Comment le GPE tirera parti d'un financement plus important

L'ambitieux nouveau cadre de mobilisation et d’allocation de financements fournira aux pays partenaires du GPE l'ensemble des outils dont ils ont besoin pour assurer l'éducation de tous leurs enfants

Au cours des quinze dernières années, le secteur éducatif a connu des avancées historiques partout dans le monde, mais de nombreux défis persistent toutefois. Ces quelques chiffres résument bien la situation : tandis que le nombre d’enfants et de jeunes non scolarisés a chuté de 111 millions entre 2000 et 2014, il reste encore 263 millions d’enfants qui ne fréquentent pas l’école. Une réalité que personne ne devrait accepter.

Selon la Commission internationale sur le financement des opportunités éducatives dans le monde, ne pas augmenter de manière substantielle le financement de l’éducation signifie qu’il faudra probablement plusieurs décennies pour assurer la scolarisation et l’apprentissage de chaque enfant. Sur la base des tendances actuelles, seul un jeune sur dix dans les pays à faible revenu aura acquis les compétences de base du secondaire à l'horizon 2030. Par conséquent, les progrès en matière de lutte contre la pauvreté, de santé, ainsi que les autres objectifs de développement dépendants de l'éducation des individus seront lents. Ce n’est tout simplement pas acceptable, car chaque enfant devrait bénéficier de l’éducation dont il a besoin et qu’il mérite.

Au GPE, nous réfléchissons sans relâche aux moyens d’élargir et d’étendre la réserve de financement qui sera essentielle pour accélérer les progrès en matière d’éducation. C’est pourquoi le Conseil d’administration du GPE a approuvé un nouveau cadre de mobilisation et d’allocation de financements qui permettra de mobiliser des fonds supplémentaires en faveur de l’éducation provenant d'un ensemble de sources élargi.

Mobiliser davantage et de meilleures ressources pour l’éducation

Ce nouveau cadre permet au GPE de jouer un rôle de financement plus large que jusqu’à présent, car il mutualise les atouts d'un partenariat grandissant pour mobiliser davantage et de meilleures ressources financières, tout en tirant parti des innovations et des engagements en soutien à la réussite scolaire.

Ce cadre aidera les pays en développement partenaires du GPE à étendre la réserve de sources publiques et privées encore inexploitées de financement de l’éducation, à mobiliser le financement intérieur des pays au moyen du modèle de financement basé sur les résultats, à partager davantage de connaissances avec les autres pays en matière d'innovation et à augmenter la volonté politique intérieure et la responsabilisation dans le secteur de l’éducation.

Toucher davantage de pays

Il permettra également de rendre les pays de la tranche inférieure des pays à revenu intermédiaire éligibles au soutien du GPE, étendant ainsi la portée du partenariat actuellement de 65 pays à 89 pays, avec une nouvelle formule d'allocation des financements qui permettra également de placer l’argent là où il manque le plus, sur la base du niveau économique (RNB par habitant) et des besoins en matière d’éducation (taux d’achèvement), avec une pondération supplémentaire pour les pays touchés par la fragilité et les conflits. En outre, les contributeurs auront davantage d'opportunités pour cibler leurs fonds sur des zones géographiques ou des thèmes spécifiques.

Recevoir nos alertes email 

Un cadre flexible et agile pour mobiliser davantage de fonds

Pour atteindre ces objectifs, le nouveau cadre comprendra quatre éléments clés :

Le GPE poursuivra tout d’abord sa politique de renforcement du secteur éducatif au moyen de son modèle de financement basé sur les résultats. Outre le financement du GPE pour les plans sectoriels de l’éducation, le Partenariat soutiendra désormais également les pays pour élaborer des dossiers d’investissement complets pour leur plan qui permettront d'attirer de nouveaux financements mieux alignés et coordonnés.

Ensuite, nous créons un fonds à effet de levier – une réserve de fonds dédiée afin de motiver les pays à faible revenu et de la tranche inférieure des pays à revenu intermédiaire, en leur proposant 1 $ pour chaque 3 $ de financement supplémentaire qu’ils pourront mobiliser auprès de sources extérieures. Ces fonds à effet de levier seront initialement capitalisés avec un minimum de 100 millions de dollars que le GPE mettra à disposition séparément de son financement traditionnel pour la mise en œuvre du plan sectoriel de l’éducation.

Le principal objectif des fonds à effet de levier est de réunir des sources supplémentaires de financement auxquelles les pays n’ont pas nécessairement eu accès jusqu’à présent, telles que les banques de développement multilatérales, d'autres organisations partenaires du développement et le secteur privé. Ce type de fonds sera ouvert à tous les pays partenaires, et la candidature à leur obtention fera l'objet d'un processus concurrentiel.

Des fonds pour l’échange des connaissances, l’innovation et la responsabilisation

Troisièmement, le nouveau cadre soutiendra les activités d’échange des connaissances et des innovations entre pays. Les pays composant notre partenariat ont des expériences, des interventions expérimentées diverses, ainsi que d’autres informations et bonnes pratiques à proposer aux autres pays pour résoudre leurs propres difficultés en matière d’éducation.

Dans cette optique, le GPE lancera un mécanisme de partage des connaissances et des innovations qui facilitera la recherche par les pays en développement partenaires de nouvelles idées auprès d’autres partenaires. Ce mécanisme sera principalement axé sur les activités au niveau mondial et sera établi afin d'attirer les acteurs non traditionnels vers l'action du GPE, notamment le secteur privé.

Quatrièmement, le nouveau cadre fournira un financement en soutien à la sensibilisation et à la responsabilisation sociale. Il s’appuie sur le Fonds de la société civile pour l’éducation, du GPE, qui a soutenu les activités de la société civile par le passé. Ces nouveaux efforts aideront les organisations non gouvernementales, les groupes de réflexion, les organismes de recherche, les départements universitaires et autres à améliorer la réaction et la participation des citoyens et à susciter la volonté politique d'aider les institutions du secteur public à relever les défis en matière de politique, de stratégie et de mise en œuvre.

Répondre efficacement aux défis persistants en matière d’éducation

Le cadre de mobilisation et d’allocation de financements est un moyen novateur pour les pays partenaires du GPE d’attirer de nouvelles sources de financement inexploitées, à la fois intérieures et extérieures. Il permettra aux gouvernements de relever les défis persistants dans le secteur éducatif et nous aidera à entraîner d’importants progrès partout dans le monde en cette période très critique.

Ce cadre fixe les conditions nécessaires pour ce type d'avancées si nous voulons garantir la réalisation de l'ODD 4 à l'horizon 2030.

Pour en savoir plus sur les financements du GPE.

Financement, Gouvernance

Auteur (s)

Directrice générale, Global Partnership for Education
Alice Albright est la directrice générale du GPE. Elle a, à son actif, vingt-sept années d’expérience internationale dans le secteur privé, le secteur à but non lucratif et le secteur public. Elle occupait auparavant ...

Derniers blogs

Photo de la semaine : Rashida Ibrahim, enseignante d'anglais de 28 ans, s'est engagée à contribuer au développement de son pays en éduquant les membres de sa communauté.
Observations d'Alice Albright lors de son voyage au Honduras, où elle a pu constater les progrès réalisés dans le secteur de l'éducation ainsi que les défis qui subsistent.
Découvrez une série de billets de blogs que nous avons publiés sur les liens complexes entre l'éducation et la pauvreté.