Défendons l’éducation – il est temps de passer aux actes ! | Partenariat mondial pour l'éducation

Défendons l’éducation – il est temps de passer aux actes !

Semaine mondiale d’action pour l’éducation : 23 – 29 avril

Les membres de la coalition nationale pour l'éducation de la Somalie, Education for All Somalia (EFASOM), se réunissent pour planifier des activités en vue de la Semaine mondiale d'action pour l'éducation 2017. Crédit: EFASOM/Global Campaign for Education

Les membres de la coalition nationale pour l'éducation de la Somalie, Education for All Somalia (EFASOM), se réunissent pour planifier des activités en vue de la Semaine mondiale d'action pour l'éducation 2017

CREDIT: EFASOM/Global Campaign for Education

Cette année, la Semaine mondiale d’action pour l’éducation de la Campagne mondiale pour l’éducation demande aux citoyens et aux Etats de Défendre l'éducation en garantissant leur responsabilité envers l’Objectif de Développement durable 4 (ODD 4) et en permettant une participation active des citoyens.

L’année 2015 a couronné des années de discussions, de négociations et de campagnes en vue de l’adoption d’un Objectif de Développement durable visant une éducation de qualité pour tous, c’est-à-dire équitable, inclusive et gratuite. Deux ans plus tard, il est temps pour les Etats de prouver qu’ils travaillent véritablement à cet objectif – il est temps de passer aux actes.

Qu’est-ce que la Semaine mondiale d’action pour l’éducation ?

La Semaine mondiale d’action pour l’éducation est un des moments clés du mouvement pour l'éducation. Lancée il y a 14 ans et menée par la Campagne mondiale pour l’éducation, elle est l’occasion pour les citoyens et les militants d'exiger l'action des pouvoirs publics de leur Etat afin de faire valoir le droit à l'éducation et d'œuvrer de façon ciblée pour une véritable évolution sur le terrain, avec le soutien supplémentaire de millions de membres du public du monde entier.

La lenteur des progrès pour atteindre l’objectif en matière d’éducation

Malgré les bonnes intentions de certains Etats et les efforts sans relâche de la société civile pour responsabiliser ces derniers, le climat socio-politique actuel est peu favorable aux actions menées pour tenir les engagements pris dans l'ODD 4.

Les difficultés rencontrées par les militants de la société civile sont multiples : les pays en proie à de graves conflits prolongés et ceux confrontés à la montée des mouvements populistes, l’élection de leaders militant pour des politiques publiques conservatrices et favorables au monde des affaires, ainsi que les coupes budgétaires en matière d’éducation et d’aide.

Simultanément, la voix de la société civile se voit étouffée.

L’éducation soutient pourtant de nombreux ODD et est également cruciale à l’application d’autres droits – les engagements envers l’éducation ne doivent pas et ne peuvent pas être ignorés.

Malgré ce contexte difficile, la société civile doit trouver de nouvelles façons de répondre à ces menaces grandissantes pour continuer à mettre les Etats face à leur responsabilité quant aux engagements qu’ils ont pris de garantir le droit à une éducation pour tous équitable et de qualité, financée par des fonds publics.

Il peut ainsi s’agir de remettre en question les restrictions juridiques et règlementaires, de plaider pour un financement accru et mieux adapté de l’éducation ou d’exiger la protection de l’indépendance et de l’espace de la société civile. En tant que militants de l’éducation, nous nous engageons à travailler aux côtés du public dans son ensemble et à influencer nos élus.

La Semaine mondiale d’action est l'occasion de le faire en incitant les individus et les organisations à mobiliser leurs réseaux, leurs membres et leurs amis pour y participer et partager les résultats avec d'autres militants de l'éducation dans le monde dans le but de renforcer notre voix et de porter haut et fort la même cause.

Les membres de la coalition pour l’éducation nationale et régionale de la CME organiseront ainsi tout un ensemble d’activités variées.

En Amérique latine, la coalition argentine, Campaña Argentina por el Derecho a la Educación, travaille à une alliance avec les syndicats enseignants et les autres organisations et mouvements sur la plateforme « Pour une éducation meilleure et plus étendue ».

Au Mexique, Incidencia Civil en la Educación organise une assemblée nationale au Sénat sur l'évaluation de l’ODD 4.

Au Moyen-Orient, la Yemen Coalition for Education For All vise la collecte de 100 000 signatures pour exiger auprès de l’État et des organisations internationales que ceux-ci tiennent leur promesse concernant la mise en œuvre de l’ODD 4.

La coalition irakienne Iraqi Coalition for Education organise un programme radio, une discussion sur le développement des politiques éducatives en Irak et un atelier avec des ONG sur l’ODD 4.

La Palestine Coalition for Education organise des activités dans plusieurs régions de la Palestine, notamment une table ronde avec les blocs parlementaires et les membres du Comité de l’éducation du Conseil législatif pour discuter de leur rôle en matière de responsabilisation envers l’ODD 4.

En Afrique, la Coalition Nationale pour l’Education Pour Tous, au Burkina Faso produira un documentaire et organisera un forum de la société civile dédié à l’éducation.

La coalition rwandaise Rwandan Education For All Coalition organisera une table ronde avec les parties prenantes, ainsi qu'une conférence de presse.

Tout ceci n’est qu’un aperçu, car du Danemark à Madagascar ou du Liban en Colombie, un large éventail d'activités est prévu.

L’éducation a besoin de davantage de financements

Il est essentiel de se souvenir que l’insuffisance des financements est l’un des principaux obstacles à la garantie d'une mise en œuvre réussie de l’ODD 4. Tout engagement déjà pris envers l’éducation, et les engagements pris au niveau national, régional ou international, doit inclure des plans réalistes et fiables en matière de financement – les Etats donateurs tout comme les pays en développement doivent joindre le geste à la parole.

De nombreuses coalitions incluent des cibles de financement claires dans la demande qu’elles formulent aux états en matière de défense de l'éducation, et notamment des annonces de contribution qui doivent être faites auprès du Partenariat mondial pour l’éducation. Le Partenariat a en effet récemment lancé la campagne de Reconstitution des ressources du GPE 2020 moment critique pour financer ce fonds mondial pour l’éducation, afin qu’il dispose des fonds nécessaires pour continuer à soutenir les efforts intérieurs des gouvernements des pays en développement pour réaliser l’ODD 4 dans leur propre pays.

Les Etats ne sont pas les seuls à devoir assumer leurs engagements. Inscrite à la fois dans les ODD et le Cadre d’action pour l’éducation 2030 figure la responsabilité des citoyens à prendre une part active dans le soutien à la réalisation de ces engagements. Après tout, le droit à l’éducation est notre droit – et lorsque ce droit est bafoué pour un si grand nombre, nous devons être solidaires et faire entendre notre voix pour celui-ci.

En demandant aux citoyens du monde entier de Défendre l’éducation, la Campagne mondiale pour l’éducation et ses membres assument leur responsabilité en mobilisant des millions de personnes et en leur demandant de dire à leur gouvernement qu'il est temps de passer aux actes.

Société civile

Commentaires - Donnez votre avis!

Information pour pouvoir participer la prochaine semaine

Bonjour ,

Tout d'abord , je vous remercie des efforts que vous faites dans l' education. Je suis Gambien de nationalite et je suis le coordinateur des programmes de Francais au Ministère de l' education Nationale de la Gambie . J' aimerais bien participer a la prochaine semaine de l' action que vous allez organiser . J' aimerais avoir de l' experiences et aussi partage celle de la Gambie.
Bien cordialement .

Andrew Sambou

Laisser un commentaire