Les jeunes ont le pouvoir de susciter le changement et obtenir l’accès à l'éducation pour toutes les filles

En cette Journée internationale de la fille, un membre du conseil des jeunes ambassadeurs du GPE parle au nom des filles de son pays, la Gambie, et du monde entier

Salimatou Fatty, membre du Conseil consultatif de la jeunesse du GPE. Crédit: Salimatou Fatty

Salimatou Fatty, membre du Conseil consultatif de la jeunesse du GPE.

CREDIT: Salimatou Fatty

Les jeunes jouent un rôle important pour encourager l’éducation pour tous, et pour les filles en particulier.

Malheureusement, dans de nombreuses régions du monde, notamment dans mon cher pays la Gambie, on n’accorde pas à l’éducation des filles la même importance que celle des garçons. Pendant de nombreuses années en Gambie, les filles n’ont pas eu accès à l’éducation du fait de croyances traditionnelles et culturelles selon lesquelles « il n’était pas important d’éduquer des filles ».

Nombre de personnes pensent que la place des filles est à la cuisine ou auprès des jeunes enfants du foyer. Ainsi, de nombreuses familles n’envoient pas leurs filles à l’école et ne valorisent pas leur éducation.

Très jeune, j’ai été confrontée à de nombreux obstacles pour suivre mes études mais, avec l’aide et les conseils de ma mère, j’y suis parvenue. Mon père est décédé quand je n’avais qu’un an. J’ai grandi dans un ménage défavorisé et j’aidais ma mère dans son petit commerce. Avec l’argent gagné, j’ai pu achever les cycles de l'éducation de base. Je suis actuellement inscrite en droit à l’Université de Gambie.

Les jeunes contribuent à faire évoluer les normes dépassées de la société

Grâce à des groupes de jeunes militants tels que Peer Health Exchange, African Youth Initiative Network,ma propre fondation, et tant d’autres, qui s’efforcent de sensibiliser le public et les parents à travers le pays, la société commence à évoluer, et davantage de filles sont désormais scolarisées. Nous avons cependant encore besoin de plus de jeunes ambassadeurs pour parvenir à l’éducation pour tous.

Les jeunes constituent une force vive agissant pour le bien commun, et leur énergie, lorsqu’ils ont la possibilité d'exercer leurs droits, leur permet de susciter des changements positifs. Ils peuvent remettre en question les stéréotypes négatifs au sein de leur société et les remplacer par les notions d'égalité et d'inclusion.

Ainsi, les jeunes garçons peuvent par exemple demander à leurs parents de donner la possibilité à leurs sœurs de les accompagner à l’école, ou les filles peuvent militer pour que leurs camarades filles puissent être scolarisées elles aussi. De nombreux jeunes font désormais campagne contre les idéologies rétrogrades avancées par les traditionnalistes opposés à l’éducation des filles.

Les filles peuvent participer activement à l’évolution de la société si on leur en donne la possibilité

Abonnez-vous aux alertes de notre blog

De nombreuses initiatives ont pour seul objectif de promouvoir, protéger et respecter l’éducation des filles. Mais d’autres efforts doivent être faits pour maintenir les filles à l’école et leur donner un accès équitable aux opportunités d’emploi et d’apprentissage. Il s’agit ainsi de les aider à développer des compétences importantes pour devenir des femmes indépendantes, tremplin pour un meilleur développement socioéconomique dans le monde.

Lorsque nous militons pour l’égalité des chances dans l’éducation pour tous, nous pensons non seulement à l’enseignement dispensé dans la salle de classe, mais également aux opportunités de formation à des métiers nécessitant des qualifications, tels que la plomberie, l’électricité, la confection, la menuiserie, la mécanique, et bien d’autres, question d’élargir nos possibilités d’emploi.

Notre société ne doit pas juger le succès d’un individu sur la base de sa performance académique, car de nombreuses filles rencontrent des obstacles qui ont un énorme impact sur leur éducation. Certaines sont traitées comme des esclaves ; d'autres sont mariées de force ou font l’objet de toutes sortes de stigmatisations, du fait d’être enceinte pendant leur adolescence.

Il est donc primordial de leur offrir une assistance pour qu’elles puissent devenir des citoyennes productives au-delà des études qu’elles ont pu faire. Nous devons créer des réseaux mondiaux de jeunes pour former les prochains dirigeants du monde : ils permettront aux jeunes de collaborer, de créer des réseaux, de partager des idées et des parcours de réussite, afin de s’influencer de façon positive.

Mon appel à l’action

Aujourd’hui, en cette Journée internationale de la fille, je lance un défi, à moi-même et à tous les autres jeunes : se rassembler pour soutenir l’éducation des filles (et des garçons !). Les jeunes peuvent influer sur les politiques et veiller à ce que les lois existantes en faveur des droits des filles et des femmes soient appliquées.

Les organisations de promotion de l’éducation des filles doivent être renforcées et tenir bon pour mettre les États devant leurs responsabilités.

AGISSEZ en appelant votre gouvernement, qu’il soit en Afrique, en Asie ou en Amérique latine, à #FinancerLeducation et offrir des opportunités d’éducation à toutes les filles dans chaque ville, cité, village ou hameau afin de changer le monde et #BatirLavenir.

 

Jeunes, Éducation des filles

Auteur (s)

Membre du Conseil consultatif de la jeunesse du GPE
Salimatou Fatty est étudiante en droit à l'Université de la Gambie et fondatrice / Directrice exécutive de la Fondation Salimatou pour l'éducation (SaFE), une organisation qui milite pour une éducation de qualité et l'égalité...

Derniers blogs

Photo de la semaine : Rashida Ibrahim, enseignante d'anglais de 28 ans, s'est engagée à contribuer au développement de son pays en éduquant les membres de sa communauté.
Observations d'Alice Albright lors de son voyage au Honduras, où elle a pu constater les progrès réalisés dans le secteur de l'éducation ainsi que les défis qui subsistent.
Découvrez une série de billets de blogs que nous avons publiés sur les liens complexes entre l'éducation et la pauvreté.