5 raisons d’investir 5 milliards de dollars : entretien avec Maria Flachsbarth

Dans cette série d’entretiens, le GPE pose cinq questions sur le pouvoir de l'éducation aux acteurs du changement. Cette série s’inscrit dans le cadre de la campagne de financement du GPE qui vise à collecter au moins 5 milliards de dollars sur cinq ans pour transformer l'éducation de près d'un milliard d'enfants dans 90 pays et territoires.

02 décembre 2020 par Secrétariat du GPE
|
Lecture : 4 minutes
|
5 raisons d’investir 5 milliards de dollars  entretien avec Maria Flachsbarth

Dr Maria Flachsbarth est Secrétaire d’État parlementaire au Ministère fédéral allemand à la coopération économique et au développement.

1. Comment l'Allemagne soutient-elle l'éducation en matière de coopération internationale au développement ?

L'éducation est un droit fondamental et la clé du développement humain. Par conséquent, nous promouvons une éducation de qualité pour tous les enfants et à toutes les étapes de leur apprentissage. Nous attachons un soin particulier à « ne laisser personne de côté ». C’est la raison pour laquelle nous concentrons nos efforts sur l’éducation des filles et l’éducation dans les contextes de crises et les situations d’urgence.

Ces dernières années, nous avons déjà plus que doublé nos engagements en matière d'éducation, en faisant passer nos contributions d'environ 480 millions d'euros en 2014 à environ 1 milliard d'euros en 2019. Nous apprécions particulièrement l'efficacité des approches multilatérales dans le domaine de l'éducation, comme celle que prône le Partenariat mondial pour l'éducation.

2. A l’occasion de la Journée internationale de la fille, le 11 octobre dernier, vous avez levé la main pour l’éducation des filles. Pourquoi l’éducation des filles et le GPE sont-ils si importants à votre avis ?

Tout d'abord, l'éducation rend autonome. Elle permet aux filles et aux femmes de développer leur personnalité et leurs compétences et de mener une vie dans laquelle elle s’épanouisse et sont capables de s’autodéterminer.

Cela a des effets particulièrement positifs sur le développement de la société dans son ensemble, notamment en ce qui concerne la santé, la démographie et le développement économique. Des mamans instruites sont plus à même d’accorder la priorité à l'éducation, à la santé et au bien-être de leur famille.

Néanmoins, les filles et les femmes restent particulièrement défavorisées à travers le monde et une fille court encore trois fois plus de risque qu'un garçon de ne jamais aller à l'école. Il nous reste donc encore un long chemin à parcourir pour atteindre l’égalité des sexes dans le domaine de l’éducation.

Pour atteindre cet objectif, nous avons besoin de partenariats solides engagés à rendre l'apprentissage véritablement accessible à tous, comme le GPE. De par son rôle de coordination, le GPE est un acteur clé de l'architecture internationale de l'éducation.

3. Comment l'Allemagne aide-t-elle les enfants à poursuivre leur apprentissage et notamment à ramener les filles à l'école après la crise de la COVID-19 ?

Le Ministère fédéral allemand de la coopération économique et du développement a mis sur pied un « Programme de soutien d'urgence COVID-19 » dont l'éducation est une composante importante.

Nous nous sommes rapidement adaptés aux nouvelles réalités imposées par la pandémie et aux conséquences de cette dernière. Nous promouvons ainsi des approches d'apprentissage à distance, en coopération avec nos partenaires des pays en développement et encourageons la mise en pratique de mesures d’hygiène et de salubrité dans nos projets liés à l'éducation et la formation professionnelle.

Toutefois, nous savons que cela ne suffit pas. Nous constatons que les filles courrent plus de risque que les garçons de ne pas retourner dans les écoles une fois qu’elles rouvriront. C'est pourquoi l'Allemagne aide les pays en développement et les économies émergentes à minimiser ces risques. A ce titre, nous les aidons par exemple à mettre en place des mécanismes de réouverture garantissant aux établissements d'enseignement d’être des espaces sûrs.

À long terme, il sera crucial de renforcer la résilience des systèmes éducatifs à l’échelle globale. Grâce à son soutien aux efforts de réforme holistique, le Partenariat mondial pour l'éducation – à travers sa stratégie de riposte à la pandémie de COVID-19 en particulier - est d'une grande importance.

4. L'Allemagne étant l’un des pays donateurs clés du GPE, quelle est votre vision du GPE pour la période 2021-2025 sur laquelle s’étale son prochain plan stratégique ?

L'Allemagne restera un partenaire fiable et solide du GPE. Ma vision pour la période 2021-2025 que couvre le plan stratégique est de donner la priorité aux plus marginalisés. Nous ne devons laisser personne de côté.

L'autonomisation des filles et des femmes est cruciale pour y parvenir. J'encourage ainsi le Conseil d’administration du GPE à voir grand durant ses réunions qui se tiennent en ce moment et à décider de fournir un soutien supplémentaire à l'éducation des filles par le biais d'un guichet de financement ciblé.

J'envisage une approche ambitieuse en matière d'égalité des sexes et une bonne reconstitution des ressources du GPE à la mi-2021. Cela est essentiel pour assurer une éducation de qualité à chaque enfant.

5. Quels souvenirs gardez-vous de vos années d’études ? Y a-t-il eu des moments ou des enseignants qui vous ont particulièrement marqué ?

J'ai des souvenirs particulièrement forts de mon professeur de politique et d'histoire. Elle m'a fait prendre conscience que la politique se vit autour de nous, que l’on s'y implique soi-même ou non.

Dans un pays démocratique, chaque personne a cette chance de s'impliquer et d'avoir son mot à dire sur la façon dont les choses évoluent autour de lui. C'est grâce à elle que j'ai commencé à suivre les informations et les commentateurs politiques. Cela m’intéressait vraiment d’écouter les différentes opinions.

Je suis une personne intensément politique, mais c'est mon école qui a vraiment fait ressortir cela en moi. Une démocratie repose sur les actions de personnes démocrates. Elle ne peut prospérer par elle-même. Ce sont mes études et mon professeur de politique qui constituent les bases de ma carrière politique.

Lire les autres blogs de cette série.

Laisser un commentaire ou
Campagne 2025
Allemagne

Derniers blogs

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas divulguée. Tous les champs sont requis

Le contenu de ce champ sera maintenu privé et ne sera pas affiché publiquement.

Texte brut

  • Global and entity tokens are replaced with their values. Explorer les jetons disponibles.
  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.