Afghanistan : Les écoles communautaires stimulent la scolarisation des filles
28 mars 2019 par Secrétariat du GPE||
Le Partenariat mondial pour l’éducation (GPE) contribue de manière significative à la réhabilitation et au renforcement du système éducatif encore fragile de l’Afghanistan.

Selon les estimations du gouvernement, 20 % des 2,5 millions d’enfants et de jeunes d’âge scolaire en Afghanistan ne sont pas scolarisés. La plupart de ces enfants sont des filles, des enfants vivant dans des zones reculées et dangereuses et des enfants appartenant à des groupes vulnérables, axe d’intervention principal du soutien du GPE à l'Afghanistan.

Grâce à des politiques et stratégies éducatives robustes et la capacité de les mettre en oeuvre, le gouvernement et ses partenaires de développement peuvent s’appuyer sur les acquis réalisés grâce au soutien du GPE pour produire des résultats durables en matière d’éducation, de sorte à rompre le cycle de pauvreté intergénérationnel et contribuer à la paix et la sécurité.

Le GPE met l’accent sur les enfants défavorisés

L’Afghanistan est devenu partenaire du GPE en 2011. Dès le début, le soutien du GPE était axé sur les enfants défavorisés vivant dans des zones rurales reculées de 13 provinces, en particulier celles touchées par l’instabilité sécuritaire et politique, dont le Helmand et l’Uruzgan. Ces régions affichent les indicateurs économiques et éducatifs les plus bas du pays et une forte inégalité entre les sexes.

Depuis 2011, le GPE a collaboré étroitement avec le gouvernement et d’autres partenaires pour les réunir, afin de planifier conjointement l’éducation. Les résultats de cet effort montrent l’efficacité des processus bien établis du GPE visant à aider le gouvernement à planifier et à fournir des services d’éducation.

Cependant, il reste encore beaucoup à faire pour oeuvrer dans l’un des terrains les plus difficiles au monde. La prochaine phase de l’appui du GPE sera intégrée au Fonds d’affectation spéciale pour la reconstruction de l’Afghanistan, administré par la Banque mondiale, afin de mieux coordonner l’aide des donateurs et de faire progresser les priorités du gouvernement en matière de développement économique.

Des élèves à l'école Ayno Meena N°2 de la ville de Kandahar, en Afghanistan. Crédit: GPE/Jawad Jalali
Des élèves à l'école Ayno Meena N°2 de la ville de Kandahar, en Afghanistan.
CREDIT: GPE/Jawad Jalali

Réalisations et défis

Le GPE travaille en étroite collaboration avec le gouvernement pour renforcer le secteur de l’éducation à long terme et assurer la coordination permanente avec les partenaires, une stratégie qui lui a permis d’intensifier ses interventions et d’éviter les chevauchements inutiles ou les doubles emplois. Depuis 2013, le GPE a soutenu les quatre priorités du gouvernement qui reflètent les principales difficultés rencontrées par le secteur de l’éducation en Afghanistan. Elles incluent de :

  • Mobiliser les communautés locales pour surmonter les obstacles culturels, sociaux et politiques à l’éducation, en particulier pour les filles, afin de s’attaquer aux faibles taux de scolarisation dans le primaire. Quarante et un pour cent du budget du programme du GPE a été consacré à des interventions dans ce domaine, ce qui montre que la mobilisation de la communauté en faveur de l’éducation peut générer des améliorations sensibles.
  • S’attaquer aux obstacles traditionnels, à l’inscription par le biais d’approches alternatives, telles que l’éducation communautaire, les programmes d’apprentissage accéléré et l’éducation dispensée dans les mosquées.
  • Augmenter le nombre d’enseignantes qualifiées dans les zones à fortes disparités entre les sexes, afin d’accroître la scolarisation des filles.
  • Aider le ministère de l’Éducation à renforcer ses capacités en matière de planification et de formulation de politiques, ainsi qu’à rationaliser ses systèmes d’administration de l’éducation.
Des élèves levant le doigt pour répondre à une question au lycée Fazel Kandahari en Afghanistan. Crédit: GPE/Jawad Jalali
Des élèves levant le doigt pour répondre à une question au lycée Fazel Kandahari en Afghanistan.
CREDIT: GPE/Jawad Jalali

Des approches innovantes qui fonctionnent

Les résultats de l’appui du GPE montrent l’efficacité des approches alternatives en matière d’éducation lorsque les systèmes formels ne sont pas adéquats. Près de 40 000 élèves, répartis à peu près de manière égale entre garçons et filles, dans les districts ciblés ont bénéficié d’une éducation en dehors du cadre scolaire formel grâce à une éducation au niveau de la communauté. C’est le seul moyen, dans ces régions, pour qu’un plus grand nombre d’enfants, en particulier de filles, aient accès à l’éducation et pour accélérer l’apprentissage.

Le taux de scolarisation des filles dans le primaire est passé de 44 % en 2002 à 87 % en 2015

Quelques 200 enseignantes qualifiées et formées travaillent maintenant dans ces districts, un résultat très encourageant, car certains de ces districts sont parmi les plus instables du pays. En Afghanistan, il y a un rapport étroit entre le nombre de femmes enseignantes et le nombre de filles scolarisées.

Mais, de façon générale, l’Afghanistan progresse dans la fourniture d’une éducation de qualité à tous les enfants, et d’une manière significative en matière d’égalité des sexes, où le taux de scolarisation des filles dans le primaire est passé de 44 % en 2002 à 87 % en 2015.

L'Afghanistan en Bref
Laisser un commentaireou
Asie du Sud: Afghanistan

Derniers blogs

Tous les blogs
Le prix Nobel d'économie vient d'être attribué à Abhijit Banerjee, Esther Duflo et Michael Kremer pour leurs travaux pionniers sur la pauvreté dans le monde. Un prix tout à fait opportun, alors que...
Le gouvernement du Guyana, soutenu par le Partenariat mondial pour l’éducation (PME), réalise de grands progrès pour améliorer l’éducation de la petite enfance et réduire les disparités en matière d’...
La Journée internationale de la fille est célébrée le 11 octobre de chaque année.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas divulguée. Tous les champs sont requis