Au Togo, des laboratoires mobiles créent l’engouement pour l’étude des sciences
Dodzi Aglago est l’un des jeunes innovateurs primés lors de l’Expo de l’Union Africaine. Quand il était encore enseignant de sciences physiques, il ne disposait pas des outils dont il avait besoin pour mener des expériences pratiques. Il a alors décidé de créer ce qui lui manquait.
30 avril 2019 par Dodzi Fabien Aglago, MOBILELABO SARL|
|
Dodzi Aglago avec des élèves qui font une expérience
CREDIT: MOBILELABO

Ce billet de blog fait partie d’une collaboration entre l’Union africaine et le Partenariat mondial pour l’éducation pour donner de la visibilité aux innovateurs reconnus à l’Expo de l’Union Africaine de cette année.

Je m’appelle Dodzi Aglago. Je suis originaire du Togo et, à 27 ans, je suis le Directeur Général de MOBILELABO, une société que j’ai créée.

MOBILELABO est un Laboratoire mobile spécialisé dans la conception et la vente de matériels didactiques scientifiques. Nous offrons aussi des services tels que la construction de laboratoire et la formation des enseignants sur la fabrication de didactiques scientifiques.

Comme le nom de mon entreprise l’indique, nous sommes mobiles et nous nous déplaçons dans les écoles défavorisées pour y mener des travaux pratiques avec les enfants, moyennant une petite contrepartie.

Pas d’outils pour enseigner les sciences de façon pratique

L’histoire a commencé en 2013, après ma Licence et les soucis que j’ai rencontrés durant mon Master. Je suis rentré dans l’enseignement en tant que professeur de sciences physiques et de mathématiques. Mais, le collège où j’enseigne ne dispose pas d’un laboratoire, ni du matériel nécessaire à l’enseignement des sciences, à l’instar des 90 % des autres écoles du Togo. Cela veut dire qu’on ne pouvait pas réaliser les expériences décrites dans les manuels scolaires comme cela est recommandé.

Lors de la correction du baccalauréat de 2013, sur les 200 copies que j’ai corrigées, seules 25 ont obtenu la moyenne. Ça m’a beaucoup touché, puisque mon pays a besoin d’ingénieurs, de techniciens, de médecins, bref, de scientifiques. J’ai aussi pensé que l’investissement des parents dans l’éducation de leurs enfants était gaspillé.

D’autre part, il n’existe pas sur le marché de l’éducation en Afrique une entreprise qui peut fournir à moindre coût les équipements scientifiques dans tous les domaines. Et les écoles défavorisées ne disposent pas des moyens d’avoir un laboratoire, ou du matériel de travail de qualité.

C’est de ce constat et de ma frustration qu’est donc venue l’idée de créer un laboratoire mobile, qui est devenu aujourd’hui la société MOBILELABO. Depuis 2014, elle m’a permis de créer dix emplois directs et a maintenant un chiffre d’affaire de douze millions de francs CFA par an.

Faire le tour des communautés pour présenter nos services

Pour faire la promotion de nos produits et services, nous organisons des expositions scientifiques dans les écoles, sur les places publiques, et nous célébrons les journées dédiées aux sciences. Nous sommes également présents dans la formation des enseignants. Nous animons des clubs scientifiques dans les écoles et produisons des émissions à la télé et à la radio pour démystifier certains évènements scientifiques. Nous expliquons par exemple comment se forme les éclipses, les raz de marée, ou comment fabriquer des piles électrochimiques. C’est ainsi que nous arrivons progressivement à conquérir le cœur de notre communauté.

Ce travail nous a permis de créer trois succursales dans le pays, de construire 10 laboratoires (salle avec paillasse, armoire et matériels) dans les écoles, et de vendre plus de 500 kits scientifiques dans différents domaines, afin de permettre aux enseignants de réaliser les expériences avec les élèves en physique, chimie, ou sciences de la vie et de la terre.

Entre autres on peut citer en biochimie : les kits d’identification des ions, de combustion des solides, d’étude acide-base, de représentation des molécules et atomes. Dans le domaine de la physique, nous proposons des kits traitant du principe de la poussée d’Archimède, aussi bien que de la production d’électricité ; des kits de bancs optiques et de transistors, et bien d’autres encore.

Je suis fier de dire que l’existence de MOBILELABO à contribuer à susciter des vocations de scientifiques chez plus d’un demi-million d’élèves au Togo et au Bénin.

Nous comptons poursuivre ces actions en emmenant les communautés à comprendre la nécessité des sciences, afin de voir des laboratoires construits dans chaque école.

Travailler avec les pouvoirs publics

Au départ, ce n’était pas facile d’avoir l’autorisation du ministère ou des directeurs d’écoles. Mais, nous avons obtenu notre première victoire lorsque nous avions mené une activité dans une école et que ce sont les chefs d'établissement eux-mêmes qui nous ont recherchés après notre départ.

Aujourd’hui nous travaillons avec plus de 500 écoles. Le ministère a compris la nécessité de notre activité dans le domaine de l’éducation. Nous avons déjà exécuté des projets avec la Commission Nationale de l’UNESCO (camps scientifiques des meilleures filles du Togo) et l’Ambassade des Etats-Unis par exemple (fourniture de kits scientifiques pour l’équipement des écoles où l’Ambassade intervient dans la construction).

Nous avons reçu également l’appui technique du ministère du Développement à travers des formations en création et gestion d’entreprise. Notre défi est maintenant d’instaurer une journée scientifique et technologique dans les écoles à l’échelle nationale, afin d’augmenter le nombre d’étudiants en sciences et inciter davantage les décideurs à soutenir la formation scientifique.

Un coup de pouce du prix reçu

Gagner le deuxième prix de l’IEA nous a donné plus de crédibilité auprès de nos clients, de nos partenaires et du gouvernement.

De plus, les moyens mis à notre disposition sont en train de nous permettre de passer d’une production artisanale à une production mécanique ; et de diversifier nos produits et services.

Pour les prochains mois, nous comptons ouvrir notre unité de chimie (boutique et labo de synthèse des produits chimiques), collaborer avec les boutiques de vente de fournitures scolaires, afin de devenir des partenaires de vente de certains de nos kits et commencer à nous implanter dans les pays voisins.

Des élèves en pleine expérimentation. Crédit: MOBILELABO
Des élèves en pleine expérimentation pour produire de l'eau potable
CREDIT: MOBILELABO

Mon message aux autres innovateurs

La persévérance et l’innovation continue, à travers des séances de formation, sont très importantes. Notre plus grande réussite sera l’impact de nos projets dans notre communauté, nos pays et en Afrique, qui se manifestera par la formation de plus en plus de jeunes aux professions scientifiques, nous mettant en bonne voie pour l’atteinte des objectifs de l’agenda 2030 du projet « AFRICA WE WANT »

Je remercie l’Union Africaine pour cette initiative et je l’encourage à continuer. Je voudrais aussi encourager mes compatriotes à consommer local, car il ne sert à rien de continuer à consommer des produits étrangers, si nous pouvons les développer nous-mêmes.

Enfin, ce serait une bonne idée de mettre les innovateurs en réseau, afin de mieux réfléchir sur les défis du continent et les solutions à y apporter.

Laisser un commentaireou
Technologie et innovation
Afrique sub-saharienne: Togo

Derniers blogs

Tous les blogs
L’égalité des sexes et l’éducation des filles ont progressé dans de nombreux pays, mais des difficultés subsistent. Nous vous proposons 6 graphiques qui présentent un état des lieux de la parité des...
En savoir plus sur les indicateurs 4.a.1, 4.b.1 et 4.c.1 des données de l’ODD 4
Le rapport annuel sur les résultats du Partenariat mondial pour l'éducation met en évidence les progrès réalisés par le partenariat dans la mise en œuvre de sa stratégie quinquennale et les domaines...

Commentaires

Lire ce genre d'article d'une telle prouesse me réconforte davantage que l'Afrique regorge de talents. Et il faut des solutions qui tiennent compte des réalités endogènes. L'Afrique a plus à apporter au monde plus qu'elle n'en reçoit . C'est d'ailleurs le cas. Tous mes encouragements à ce courageux monsieur.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas divulguée. Tous les champs sont requis