Comment la littérature pour enfants facilite-t-elle l’apprentissage social et émotionnel ?
Nombre de livres nous permettent d’explorer la vie sociale et émotionnelle d’autres êtres, en nous permettant de nous identifier aux désirs, défis, motivations et sentiments des personnages.
5 août 2019 par Christabel Pinto, Room to Read|
|
The Hen Farida est un livre écrit par Huda Al Shaer, illustré par Sasha Haddad et nominé pour le prix Etisalat pour la littérature arabe pour enfants.
CREDIT: Dar Al Yasmeen 2017 (partenaire de publication de Room to Read)

J'aime le sentiment que cela procure d'être absorbé par un bon livre, d'être si profondément investi dans la vie des personnages et dans le déroulement de leurs expériences, que le monde physique autour de moi s'estompe en un silence flou. Sans aucun doute, les livres sont puissants. Des histoires captivantes peuvent accélérer mon pouls, provoquer des rires, des larmes et me faire me sentir tellement différente après les avoir lues.

Des enseignants utilisant de bons livres soutiennent nos objectifs d'éducation pour les enfants

La vision du Partenariat mondial pour l'éducation en faveur de l'éducation des enfants s'aligne sur l'objectif de développement durable, notamment l'ODD 4, qui vise à « assurer une éducation de qualité inclusive et équitable et à promouvoir les possibilités d'apprentissage tout au long de la vie pour tous ». L’amélioration des résultats en littératie est importante pour réaliser cette vision. L’objectif 4.7 des ODD le précise d’ailleurs : tous les apprenants doivent acquérir « des connaissances et des compétences… pour promouvoir le développement durable », incluant notamment une éducation aux « droits de l’homme, à l’égalité des sexes, à la promotion d’une culture de la paix et de la non-violence, à la citoyenneté mondiale et à la valorisation de la diversité culturelle ».

La littérature pour enfants peut contribuer à réaliser tout cela. Un bon livre entre les mains d'un enseignant qualifié a un potentiel illimité pour faire des enfants des lecteurs voraces et des apprenants enthousiastes tout au long de leur vie. Les enseignants peuvent également utiliser des récits pour soutenir le développement d'un large éventail de capacités émotionnelles et sociales, notamment une plus grande empathie, une appréciation de la diversité et des compétences propres à promouvoir la paix. En d'autres termes, les livres soutiennent le développement de l'alphabétisation et des compétences sociales et émotionnelles qui favorisent la citoyenneté mondiale.

La littérature pour enfants facilite le développement social et émotionnel

Les compétences sociales et émotionnelles permettent aux personnes «  de comprendre et de gérer leurs émotions, de définir et d'atteindre des objectifs positifs, de ressentir et de faire preuve d'empathie envers les autres, d'établir et de maintenir des relations positives et de prendre des décisions responsables » (CASEL). Ces capacités humaines chez les enfants conduisent à de meilleurs résultats scolaires et à leur bien-être (CASEL).

Il a été prouvé que notre cerveau traite les interactions entre des personnages de fiction de la même manière que des expériences sociales réelles. Cela fait des histoires un merveilleux moyen d’explorer la vie sociale et émotionnelle de l’homme, dans la mesure où elles nous permettent de nous identifier aux désirs, aux défis, aux motivations et aux sentiments des personnages. Les histoires fictives permettent aux enfants d’apprendre des expériences qu’ils n’ont jamais vécues – notamment celles qui suscitent des émotions difficiles - dans la sécurité d’un monde confiné qui n’est pas réel. La littérature sert également de point de référence pour les enfants en tant que modèle de personnages, de stratégies d'adaptation, de résolution créative de problèmes et d'acceptation des différences (Roberts et Crawford, 2008). Il n'est donc pas surprenant que les lecteurs assidus soient plus en mesure de faire preuve d'empathie envers les autres et de voir le monde sous des angles différents (Paul, 2012).

 

Comment choisir de la littérature pour enfants de qualité

Les bonnes histoires mettent en avant des personnages auxquels on peut facilement s’identifier : des personnages qui font face à des situations de la vie réelle et vivent des expériences universelles telles que la perte d’une personne/chose importante dans leur vie, l’échec et la réussite ; des personnages qui affichent des émotions reconnaissables telles que la joie, la peur et la colère ; et ont des traits de personnalité familiers. Un scénario intéressant sera par exemple centré sur un conflit dont le personnage principal joue un rôle clé dans la résolution. Lorsqu'un personnage auquel on peut s’identifier vit des expériences universelles et résout avec succès des problèmes complexes, cela permet aux enfants de se voir comme des agents de changement dans leurs propres mondes.

Dans le livre intitulé The Hen Farida (l’Histoire d’une poule qui voulait être assimilée aux coqs), les poulets sont divisés en deux groupes : les poules qui pondent et surveillent leurs petits d’une part, et les coqs qui gardent la cage pour assurer la sécurité de tous, d’autre part. Farida est dans le groupe des poules, mais elle a une belle voix et veut apprendre à chanter comme les coqs. Farida incarne un modèle de résolution créative des problèmes et la persévérance en essayant de nombreuses façons de rejoindre les coqs, chaque fois qu’elle se fait dire : « Les poules ne sont pas faites pour assurer la protection des autres ; elles pondent des œufs ». Lorsque son chant particulièrement fort sauve le poulailler des griffes d'un renard furtif, elle gagne finalement sa place dans le groupe des coqs, démontrant ainsi qu'il est possible de faire partie à la fois du monde des poules et à celui des coqs.

Les enseignants comme facilitateurs du développement social et émotionnel

Des lectures interactives à voix haute d'ouvrages pertinents constituent un élément important de l'alphabétisation, car les enseignants encouragent les enfants à comprendre le sens du texte en faisant des prédictions, des déductions et des connexions. Les enseignants peuvent planifier les invites de cette interaction pour soutenir spécifiquement les cinq compétences d’apprentissage social et affectif que sont :

  • La conscience de soi : Farida échoue plusieurs fois dans la poursuite de son objectif. Pensez à un moment où vous avez échoué tout en poursuivant un objectif. Comment vous sentiez-vous ?
  • L’autogestion : lorsque vous rencontrez une situation frustrante, que faites-vous pour vous sentir plus calme ?
  • La sensibilisation sociale : Que pense Farida quand elle est cantonnée au groupe des poules ?
  • Les compétences relationnelles : si vous étiez l’ami de Farida, comment l’auriez-vous aidée ?
  • La prise de décision responsable : Farida a essayé de sortir du poulailler. Quelles pourraient être les conséquences de se faufiler de cette façon ?

Les compétences sociales et émotionnelles sont essentielles à la citoyenneté mondiale

Les histoires peuvent également être un tremplin pour amener les enfants à des discussions sur des problèmes mondiaux liés à leurs propres expériences. En plus de poser des questions sur les rôles et l'identité de genre, The Hen Farida, un livre d'images simple, parle du besoin commun aux humains de se sentir appartenir à un groupe. Avec l’augmentation des déplacements humains et des migrations, le monde est de plus en plus un creuset de personnes différentes, mais les critères d'inclusion du « nous » par rapport à « eux » peuvent nous empêcher de voir combien nous avons tous en commun.

L’expérience de Farida peut s’appliquer à la nôtre : à quels groupes appartenons-nous ? Avons-nous choisi nos groupes ou nous ont-ils été assignés ? Quels critères d'inclusion nos groupes exigent-ils ? Quelles hypothèses faisons-nous sur les autres pour décider de leur appartenance ? Peut-on appartenir à plusieurs groupes en apparence disparates ? La conscience de soi et l'empathie des enfants grandissent en réfléchissant sur ces questions et en les plaçant sur le chemin de la tolérance envers ceux qui sont différents.

J'espère que tous les enfants acquerront les compétences en alphabétisme qui leur permettront de devenir des apprenants à vie. J'espère également que tous les enfants pourront connaitre la joie d'un livre captivant et le pouvoir d'une histoire captivante, afin de les préparer à créer des sociétés plus aimables et plus tolérantes.

Références :

Al Shaer, H. (2017) The Hen Farida. Amman, Jordan: Dar Al Yasmeen

Collaborative for Academic Social and Emotional Learning CASEL. (n.d.) Extrait de https://casel.org/

Paul, A. (March 17, 2012) Your brain on fiction. Retrieved from https://www.nytimes.com/2012/03/18/opinion/sunday/the-neuroscience-of-your-brain-on-fiction.html

Roberts, S. and Crawford, P. (2008). Literature to Help Children Cope with Family Stressors. Young Children, 63 (5): 12-17.

Laisser un commentaireou

Derniers blogs

Tous les blogs
Le prix Nobel d'économie vient d'être attribué à Abhijit Banerjee, Esther Duflo et Michael Kremer pour leurs travaux pionniers sur la pauvreté dans le monde. Un prix tout à fait opportun, alors que...
Le gouvernement du Guyana, soutenu par le Partenariat mondial pour l’éducation (PME), réalise de grands progrès pour améliorer l’éducation de la petite enfance et réduire les disparités en matière d’...
La Journée internationale de la fille est célébrée le 11 octobre de chaque année.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas divulguée. Tous les champs sont requis