Compétences du 21ème siècle : quel pourrait être le rôle du PME ?

Le PME a publié une nouvelle étude sur la manière dont il pourrait appuyer les pays partenaires à intégrer les compétences du 21ème siècle dans leurs systèmes éducatifs. Cette nouvelle publication présente la manière dont le PME pourrait utiliser ses différents leviers pour agir, en vue de doter les enfants et les jeunes de ces compétences. Ces dernières sont essentielles pour qu'ils soient des membres actifs, engagés et productifs au sein de leur communauté, de leur pays et de ce monde globalisé.

16 janvier 2020 par Ramya Vivekanandan, Global Partnership for Education Secretariat
|
Lecture : 6 minutes
|
Plusieurs écolières utilisant un ordinateur pour l'enseignement des mathématiques dans une école primaire de Chennai, en Inde.
Plusieurs écolières utilisant un ordinateur pour l'enseignement des mathématiques dans une école primaire de Chennai, en Inde.
PME/Deepa Srikantaiah

Le monde du 21ème siècle est radicalement différent des précédents. Nous vivons à l'ère de la mondialisation, caractérisée par des niveaux de mobilité et de migration sans précédent, ainsi que par des troubles civils et politiques, et une dégradation de l'environnement. Cette évolution se traduit également dans la conjoncture économique actuelle, qui est également mondialisée et qui subit constamment des changements rapides.

Une éducation pour le 21ème siècle

Que signifie tout cela pour l'éducation ? Dans ce contexte, qu'est-ce que cela signifie d'être un bon élève ou d’être diplômé ? Auparavant, la maîtrise des enseignements de base (la lecture, l’écriture et l’arithmétique) pouvait être suffisante.

Or, pour réussir à s'engager de manière efficace dans des sociétés de plus en plus complexes, portées par l'économie mondialisée d'aujourd'hui, les élèves ont besoin de compétences différentes, parmi lesquelles on peut citer la pensée critique, la communication efficace, le travail d’équipe, la résolution de problèmes complexes, la capacité d’avoir une vision globale et la maîtrise des technologies de l'information et de la communication.

Conscient de ces enjeux, la communauté éducative internationale a de plus en plus mis l'accent sur ces compétences, que certains appellent les « compétences du 21ème siècle », mais que l'on qualifie aussi de compétences non cognitives, de compétences générales, de compétences essentielles au développement complet de l'enfant, d'aptitudes ou de compétences transversales, transférables ou socio-émotionnelles.

Certaines recherches indiquent que ces compétences sont associées à des améliorations à court et à long terme, notamment sur la santé mentale, les aptitudes sociales, les résultats scolaires, la mobilité économique et le comportement sociable. La vision holistique de l'apprentissage de l’Objectif de développement durable 4 sur l'éducation (ODD 4) souligne également l'importance de ces compétences.

Si le PME met fortement l'accent sur l'amélioration des résultats d'apprentissage, l’engagement du Secrétariat a jusqu'à présent été limité en ce qui concerne les compétences du 21ème siècle. Toutefois, en reconnaissant leur importance croissante et dans le cadre de l'initiative sur l'évaluation au service des apprentissages (A4L) du PME, nous venons de publier une étude descriptive sur les compétences du 21ème siècle. L'objectif de cette analyse est d'éclairer les réflexions sur le rôle que le PME pourrait jouer à l'avenir dans ce domaine.

L'étude reprend une définition des compétences du 21ème siècle adaptée de celle de Binkley et al :

Les compétences du 21ème siècle sont des capacités et des attributs qui peuvent être enseignés ou appris afin d'améliorer les façons de penser, d'apprendre, de travailler et de vivre dans le monde.

Ces compétences comprennent la créativité et l'innovation, la pensée critique, la résolution de problèmes et la prise de décisions, la capacité d'apprendre à apprendre et la métacognition, la communication, la collaboration (travail d'équipe), la maîtrise de l'information, les technologies de l'information et des communications, l'alphabétisation, la citoyenneté (locale et mondiale), les aptitudes à la vie quotidienne et à la carrière, et la responsabilité personnelle et sociale (y compris la sensibilisation interculturelle et la compétence en la matière).

Conclusions de l’étude

Outre l'ODD 4, de nombreux documents cadres et initiatives au niveau mondial ont été réalisés autour des compétences du 21ème siècle. Cela a inclus des efforts tels que le programme Évaluation et enseignement des compétences du 21ème siècle (ATCS21S), le Collectif pour l'apprentissage scolaire, social et émotionnel (CASEL), le Groupe d'étude sur les indicateurs de l'apprentissage (LMTF) ainsi que l’initiative de l’UNICEF au Moyen-Orient et en Afrique du Nord portant sur l’enseignement des compétences nécessaires à la vie courante et à la citoyenneté (LSCE). Ces initiatives constituent une base conceptuelle et programmatique solide sur laquelle toute action entreprise par le PME dans le cadre de l'initiative des compétences du 21ème siècle peut s'appuyer.

Mais qu'en est-il des pays partenaires du PME ? Quelles sont leurs initiatives, leurs plans et leurs actions pour développer les compétences du 21ème siècle ? Cela a constitué l'un des principaux axes de recherche de cette étude, qui comprenait une analyse des plans sectoriels et des financements du PME pour leur mise en œuvre dans 15 pays partenaires.

Tous ces pays font référence aux compétences du 21ème siècle (ou à leurs équivalents) dans leurs plans sectoriels, ce qui témoigne de l'intérêt des pays à organiser leurs systèmes pour promouvoir ces compétences. Par exemple, les objectifs de l'éducation énoncés dans le plan sectoriel de l'éducation 2016-2030 de la Gambie visent à « favoriser la créativité et le développement d'un esprit critique et analytique » et « faire prendre conscience de l'importance de la paix, de la démocratie et des droits de l'homme, des devoirs et des responsabilités de chacun dans le développement de ces qualités », tandis que le plan stratégique de l'éducation 2014-2018 du Cambodge fait référence au « développement holistique des jeunes cambodgiens ».

Toutefois, seuls trois pays sur les 15 ont inclus des activités liées aux compétences du 21ème siècle dans leurs financements de mise en œuvre de programmes d’éducation. Bien qu'ils puissent mettre en œuvre de telles activités par le biais d'autres ressources, ces éléments laissent à penser qu'il existe un décalage entre la vision et les aspirations relatives aux compétences du 21ème siècle énoncées dans les plans sectoriels et leur mise en œuvre, tout au moins par le biais des financements du PME.

Cela peut être dû à la perception que les compétences du 21ème siècle sont non essentielles, à un manque de connaissances sur le développement de ces compétences ou à l'idée que d'autres domaines devraient être priorisés. De plus, il semble qu'il y ait un manque de connaissances sur la façon d'aborder leur mise en œuvre au niveau systémique.

Comment inclure les compétences du 21ème siècle dans les systèmes éducatifs

Cela étant, il existe de nombreuses possibilités de combler ces lacunes. En ce qui concerne plus particulièrement les évaluations de l'apprentissage, la Brookings Institution, en coopération avec les bureaux de l'UNESCO à Bangkok et à Dakar, a coordonné des « mini-études » dans les 15 mêmes pays partenaires, afin de comprendre quels outils d'évaluation, le cas échéant, ces pays utilisent en classe et au niveau national pour cibler directement ou indirectement les compétences du 21ème siècle.

Bien que cette analyse révèle que ces outils ne sont pas spécifiquement conçus pour mesurer les compétences du 21ème siècle, il est possible d'y apporter des modifications pour que ces compétences puissent y être évaluées. Cependant, cela nécessiterait un travail bien plus approfondi afin d’appréhender la nature et le développement des compétences du 21ème siècle ainsi que pour contribuer à leur intégration dans l'ensemble du système éducatif.

Plusieurs partenaires du PME ont entrepris un travail important dans ce domaine, notamment des travaux conceptuels, l'élaboration de programmes d'études et de matériel didactique, des programmes de formation des enseignants, des initiatives d'évaluation et de mesure, des programmes visant à mettre les jeunes en contact avec les employeurs et à les aider à identifier des possibilités d'emploi, et des efforts de sensibilisation.

Malgré cela, les connaissances et l'expérience sur la façon d'aborder la mise en œuvre au niveau de l'ensemble du secteur ou du système, notamment les cadres et les directives techniques pour le faire, font défaut. Il faut pour cela mener des recherches supplémentaires, partager les connaissances, renforcer les capacités et mener des actions de sensibilisation sur les implications de l'intégration et de la promotion des compétences du 21ème siècle dans l’intégralité d'un système éducatif, et tout particulièrement dans les pays en développement.

Quel rôle peut jouer le PME ?

Les conclusions de cette étude ont fait ressortir un certain nombre de possibilités que le PME pourrait envisager pour promouvoir l'intégration des compétences du 21ème siècle dans son soutien aux systèmes éducatifs des pays en développement.

Le principe général qui les sous-tend est que le PME, en mobilisant le Partenariat dans son ensemble, peut mettre en place une concertation et un plaidoyer au niveau mondial, ainsi que des financements et des investissements dans le domaine de la connaissance pour aider les pays partenaires à réaliser leurs ambitions politiques portant sur les compétences du 21ème siècle, en particulier au niveau systémique.

Ainsi, en diffusant largement cette étude descriptive par exemple, le PME pourrait envoyer un signal fort sur sa disponibilité à accompagner les pays partenaires intéressés à faciliter l'acquisition des compétences du 21ème siècle par leurs enfants et leurs jeunes. Par ailleurs, le PME a la possibilité de participer plus activement aux concertations mondiales et aux activités de plaidoyer portant sur les compétences du 21ème siècle, en soulignant, dans le cadre de ces échanges, l'importance d'une approche systémique des compétences du 21ème siècle.

Le PME peut également promouvoir la recherche sur la manière de mettre en pratique les politiques relatives aux compétences du 21ème siècle et d'intégrer ces compétences dans l'ensemble du système éducatif. Ces travaux devraient s'appuyer sur les recherches et les cadres existants, mais être davantage adaptés aux réalités des pays en développement. Par ailleurs, pour appuyer un tel effort, le PME peut mobiliser le Partenariat dans son ensemble. 

Il peut également appuyer les travaux menés aux niveaux régional et mondial pour promouvoir le renforcement des capacités, l'échange de connaissances et l'innovation dans le cadre des compétences du 21ème siècle, en mobilisant notamment son mécanisme de financement d'activités de partage de connaissances et d'innovations (KIX) à cette fin.

Cette étude descriptive et les possibilités qui y sont présentées constituent un point de départ pour le processus de concertation au sein du PME dans le cadre de l'élaboration de son prochain plan stratégique. A travers l’examen de cette contribution et d’autres, le Partenariat devrait s’interroger sur la manière dont il pourrait contribuer à faire en sorte que les systèmes éducatifs encouragent l’apprentissage des multiples compétences dont les enfants et les jeunes ont besoin pour s'épanouir dans le monde du 21ème siècle.

Laisser un commentaire ou
TIC, Apprentissage

Derniers blogs

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas divulguée. Tous les champs sont requis

Le contenu de ce champ sera maintenu privé et ne sera pas affiché publiquement.

Texte brut

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.