Habtam n'a plus peur d'aller à pied à l'école
Chaque jour, Habtam Asfaw se rend à l’école de Meskerem à Bahar Dar, en Éthiopie. Jusque-là, elle avait toujours peur de s'y rendre parce que des jeunes garçons et des hommes la harcelaient en chemin. Grâce à une formation suivie à l'école, elle se sent désormais mieux préparée à réagir au harcèlement. Et il ne s’agit que d’une des initiatives que son école a lancée pour permettre aux filles de poursuivre leurs études, avec le soutien du PME et d’autres partenaires de développement.
26 juillet 2019 par Secrétariat du GPE|
|
Habtam Asfaw sur le chemin de son école à Meskerem, dans la région de Bahar Dar, en Éthiopie, où elle est en CM2.
CREDIT: PME/Kelley Lynch

Chaque jour, Habtam Asfaw se rend à l'école de Meskerem à Bahar Dar, en Ethiopie, où elle fréquente le CM2. La marche ne serait pas longue si elle n'avait pas à gérer les hommes et les garçons la harcelant et l'effrayant le long du chemin. Chaque jour, partout dans le monde, des filles comme Habtam sont victimes de harcèlement physique, psychologique et sexuel, ainsi que de violences lorsqu'elles se rendent à l'école ou y reviennent.

Depuis que Habtam a suivi une formation pratique à l’école, elle a davantage confiance en elle et se sent mieux préparée à faire face au harcèlement. Cette formation mensuelle offre un espace où les filles peuvent partager leurs expériences et leurs craintes avec des enseignantes qui les conseillent sur des questions telles que la menstruation, la planification familiale, la violence sexiste et la résolution des conflits.

Pour aider les filles à assister aux cours, l’école de Meskerem a également construit un espace pour l’hygiène menstruelle où les filles peuvent faire une pause, se reposer et se changer si nécessaire. Cela leur garantit de pouvoir gérer leurs règles de manière sûre, hygiénique et confortable, et contribue à réduire l'absentéisme lié aux menstruations.

L'UNICEF estime qu'en Afrique, 1 fille en âge d'aller à l'école sur 10 n'y va pas pendant ses règles.

Soutenues par le PME et d’autres partenaires de l’éducation, les écoles éthiopiennes reçoivent des subventions pour s'améliorer, en se concentrant sur les besoins les plus pressants. Cela comprend souvent des interventions visant à soutenir l’éducation des filles, telles que la préparation à la vie active, la rénovation des salles de classe et la construction de toilettes séparées pour les garçons et les filles.

En seulement quatre ans, entre 2013/14 et 2017/18, le taux d'achèvement des filles en 8e année est passé de 47 % à 56 % et le taux de redoublement des filles de la 1ère à la 8e année est passé de 8 % à 5 %. En Éthiopie, de plus en plus d'écoles deviennent conviviales pour les filles, et pour des filles comme Habtam, un environnement scolaire sûr est la clé pour poursuivre et terminer ses études.

 

 

Laisser un commentaireou
Éducation des filles

Derniers blogs

Tous les blogs
Des élèves assis à même le sol au centre Mnyimbi TuTu à Zanzibar en Tanzanie. Crédit: PME/Chantal Rigaud
L’éducation des enfants constitue un domaine prioritaire pour le mécanisme de Partage de connaissances et d’innovations du PME. Pour qu’un plus grand nombre d’enfants fréquentent des structures...
Des participants du 5ème Forum Régional Africain sur le Développement Durable (ARFSD) à Marrakech. Avril 2019. Crédit: ARFSD
Les ODD reconnaissent le rôle crucial d'une éducation inclusive et équitable de qualité dans l'édification d'un monde meilleur et plus égalitaire. A cet effet, le Réseau Africain de la Campagne pour...
Deux élèves chantant devant leurs camarades à l'école Shree Mahendrodaya à Sindhupalchowk, au Népal. Crédit: PME/Aya Kibesaki
Nous devons reconnaître l’impact de la violence sur l’éducation des filles et veiller à ce que chaque gouvernement puisse protéger et promouvoir le droit des filles d’accéder à l’éducation, loin des...

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas divulguée. Tous les champs sont requis