Il est temps d’agir ! Investir dans les bases de l’apprentissage pour tous les enfants
Un nouveau rapport de l'UNICEF souligne qu'à travers le monde, au moins 175 millions d'enfants en âge de fréquenter le préscolaire ne sont pas inscrits dans des établissements d'enseignement maternel. Comment pouvons-nous résoudre les problèmes qui empêchent les enfants d'avoir accès à une éducation dès le plus jeune âge ?
16 avril 2019 par Jo Bourne, Global Partnership for Education et Ted Chaiban, UNICEF|
|
Un enfant tient des bananes en plastique pendant une leçon dans une école maternelle communautaire du district de Kang Meas, au Cambodge, en 2015.
CREDIT: UNICEF/UN0144155/Pirozzi

Entre trois et six ans, les enfants semblent tout juste entamer le voyage de la vie. Et pourtant, plus de 85 % du développement de leur cerveau est déjà en place. Chaque jour est ainsi essentiel à leur développement. Ils apprennent de nouvelles idées, couleurs et formes, lettres et chiffres, tandis que croît leur cerveau et leur corps.

Ces premiers temps sont l’occasion cruciale de jeter les bases d’une réussite durable, à l’école comme dans la vie.

Ce que nous faisons maintenant peut ainsi avoir un effet transformateur sur les enfants de demain. Cela nous oblige donc à agir, et à agir différemment.

Nous savons qu’un enseignement maternel de qualité est l’un des investissements les plus efficaces pour la réussite à l’école et dans la vie. Pourtant, bien que les bénéfices de cet enseignement soient avérés, des millions d’enfants ne bénéficient pas de cette précieuse chance. Le nouveau rapport « Un monde prêt à apprendre : faire d’une éducation de la petite enfance de qualité une priorité », de l’UNICEF, souligne qu’à travers le monde, la moitié des enfants en âge de fréquenter la maternelle - soit au moins 175 millions – n’y est pas scolarisée.

Comment libérer les bénéfices transformateurs de l’éducation de la petite enfance ?

  • Nous plaidons pour une meilleure prise en compte de l’enseignement maternelle dans le processus de prise de décision des États
  • Nous développons progressivement l’accès des enfants à ce type d’enseignement
  • Nous améliorons simultanément sa qualité
  • Nous investissons tôt, équitablement et intelligemment dans ce type d’enseignement
  • Et nous agissons dès à présent.

Cela ne fait aucun doute, le développement de l’enseignement maternel universel se heurte à des contraintes en termes de ressources et à des priorités concurrentes. Mais, l’analyse des progrès réalisés dans des pays comme le Népal, la Mongolie et l’Éthiopie montrent que l’accès à un enseignement maternel universel est une cible réaliste. Elle nécessite des approches à la fois pratiques et audacieuses pour tenir compte des réalités du pays

Les Objectifs de développement durable ont posé un défi ambitieux à la communauté internationale : offrir à tous les enfants un accès à l’enseignement préscolaire d’ici 2030. Des millions d’enfants sont aujourd’hui prêts pour un enseignement préscolaire. Il est crucial de se mettre dès à présent sur la voie pour réaliser cette opportunité vitale et fournir à tous les enfants les opportunités qu’ils méritent.

Plaider

Tandis que les pays s’efforcent de bâtir des systèmes capables de produire un enseignement préscolaire de qualité, les parties prenantes, tels que les Ministères de l’Éducation, sont confrontées à des difficultés non négligeables. Lorsqu’il s’agit de décider où orienter l’investissement et l’attention dans le secteur de l’éducation, le préscolaire est souvent perdant. Pour donner à chaque enfant une meilleure chance de réussite, nous devons nous efforcer ensemble de plaider pour l’enseignement préscolaire dans le cadre des plans et politiques sectoriels de l’éducation.

Nous devons le faire rapidement et accélérer les efforts pour combler les écarts en termes d’accès et d’apprentissage en faisant en sorte qu’au moins une année d’enseignement maternelle fasse normalement partie des systèmes éducatifs.

Accroître l’accès

Actuellement, l’accès à l’éducation de la petite enfance est très inégalitaire dans presque chaque pays, avec des taux de fréquentation des enfants du quintile le plus riche des pays à faible revenu huit fois supérieurs à ceux des pauvres. Lorsque l’objectif d’un pays est de développer rapidement un système d’enseignement préscolaire, il est très tentant de fournir d’abord ces services aux enfants les plus faciles à atteindre, soit généralement ceux qui vivent dans les zones urbaines ou qui sont issus des ménages plus aisés.

Or, cette « approche de statu quo » ne permettra pas de tenir la promesse d’un enseignement préscolaire universel – elle ne fera au contraire que creuser les écarts existant entre les enfants défavorisés et leurs pairs. L’équité et l’expansion doivent donc aller de pair.

Les États doivent dès à présent mettre en place des politiques pour maintenir un engagement en faveur de l’universalisation et faire des enfants les plus pauvres et les plus difficiles d’accès la priorité, marquant ainsi le début de ce processus de généralisation, et non la fin. Dans les pays qui ne sont pas en bonne voie d’atteindre la cible de l’enseignement universel, il est nécessaire de faire de la mise en œuvre d’une seule année d’enseignement maternel une priorité, le but étant de l’étendre à deux années supplémentaires au fur et à mesure du développement des capacités du système.

Améliorer la qualité

Suivre un programme préscolaire a une valeur limitée pour un enfant si ce programme n’est pas conforme à une norme de qualité suffisamment élevée. De nombreux facteurs contribuent à un enseignement préscolaire de qualité : un programme adapté au développement de l’enfant, des familles et des communautés engagées, un système d’assurance qualité efficace, une gestion équitable de la planification et des ressources, et surtout, une main d’œuvre compétente et motivée.

L’offre d’enseignants préscolaires dans le monde devra ainsi doubler d’ici 2030 pour satisfaire la cible d’universalité de l’ODD avec un ratio élève-enseignant idéal de 20 à 1. Priorité plus urgente encore, les pays à faible revenu auront besoin de huit fois plus d’enseignants préscolaires qu’ils n’en ont actuellement.

Nous aurons besoin de nouvelles solutions et plans provisoires pour combler ce manque. Nous devons investir dans la qualité au fur et à mesure de la croissance du système – et non pas attendre de le faire après – pour atteindre un équilibre entre le développement de l’accès et le maintien de la qualité. L’enseignement maternel doit en effet produire de véritables bénéfices pour tous les enfants.

Renforcer les capacités de gouvernance et de mise en œuvre du système préscolaire à tous les niveaux de l’État est essentiel pour garantir les résultats d’apprentissage des enfants.

Investir tôt, équitablement et intelligemment

Si les pays veulent garantir l’accès universel au cycle préscolaire, il est impératif que les États et les bailleurs y dédient un financement accru. Le rapport de l’UNICEF recommande aux États de viser une allocation d’au moins 10 % du budget de l’éducation à l’enseignement maternel.

Et les bailleurs doivent donner l’exemple en dédiant au moins 10 % de leur aide à l’éducation à l’enseignement maternel, pour catalyser et compléter les ressources publiques.

Nous devons convenir d’une vision de l’éducation de la petite enfance commune aux États, bailleurs et partenaires, qui permette l’allocation de financement et la disponibilité d’assistance technique là où et quand cela est nécessaire.

 

Des élèves de maternelle à Sibiti au sud du Congo en 2019. © UNICEF/UN0282817/Frank Dejongh
Des élèves de maternelle à Sibiti au sud du Congo en 2019.
CREDIT: UNICEF/UN0282817/Frank Dejongh

Agir dès à présent

Pour réaliser l’enseignement préscolaire universel d’ici 2030 et donner à chaque enfant une chance équitable dans la vie, nous devons agir dès à présent. Les besoins sont urgents – et le « statu quo » n’est pas suffisant. Au rythme actuel, des dizaines de millions d’enfants ne bénéficieront toujours pas de l’éducation de la petite enfance dont ils ont besoin et qu’ils méritent.

Nous ne devons pas les décevoir

Toutes les données de ce blog proviennent du nouveau rapport mondial de l’UNICEF sur l’éducation de la petite enfance, Un monde prêt à apprendre : faire d’une éducation de la petite enfance de qualité une priorité.

 
Laisser un commentaireou

Derniers blogs

Tous les blogs
EduClick est une innovation technologique qui propose des méthodes d’apprentissage alternatives à ceux qui ne peuvent pas accéder à un apprentissage de type formel en raison de conflits armés ou de...
Six illustrations du bon usage de la vidéo dans le développement professionnel des enseignants.
25 ans après la déclaration de Salamanque, beaucoup trop d’enfants handicapés ne vont toujours pas à l’école. L'un des moyens de supprimer efficacement les obstacles à leur scolarité consiste à avoir...

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas divulguée. Tous les champs sont requis