Laissez les enfants d'Haïti retourner à l'école
Depuis le début du mois de septembre, plus de 3 millions d'enfants ont à peine pu aller à l'école en Haïti à cause des troubles sociaux.
1 novembre 2019 par Nesmy Manigat|
|
Des élèves de l'école nationale Charles Belair à Fond Verrette. Haïti.
CREDIT: PME/Chantal Rigaud

Depuis de nombreux mois, Haïti, mon pays, est secoué par des troubles sociaux qui paralysent la vie du pays. Ce chaos a entraîné de violentes attaques contre des personnes, des biens et la fermeture de fonctions gouvernementales de base telles que les services de santé et le commerce. Depuis début septembre plus de trois millions d'enfants n’ont pas pu aller à l'école.

Les parents haïtiens qui paient le plus lourd fardeau de l’investissement dans le système éducatif haïtien ne peuvent se permettre de laisser ces leurs enfants sans la possibilité d’exploiter pleinement leur potentiel. Il en est de même pour nos partenaires internationaux qui apportent leur contribution à l’Etat. L'éducation est un droit humain dont les enfants haïtiens sont actuellement privés.

Chaque heure d’école manquée nuit à leur développement personnel et à leurs perspectives économiques et sociales. Tandis que les enfants restent inactifs, sans la stimulation intellectuelle ni l’activité physique dont ils bénéficient à l’école, ils perdent un temps précieux dans la construction de leurs connaissances et de compétences qui leur permettront de s’engager, ainsi que le pays, sur la voie de la prospérité et de la stabilité.

En outre, plus les enfants demeurent sans la supervision, la structure et la sécurité apportées par l’école, plus ils courent le risque d'être négligés, d'abandonner définitivement leur scolarité et d'être victimes de violences, causées par les troubles ou par des agressions ciblant particulièrement les filles. En ces temps difficiles, les enfants ont encore plus besoin du refuge sûr de l’école leur permettant de retrouver une vie normale et la sécurité.

Il est regrettable que certaines écoles publiques et privées aient été forcées de rester portes closes alors qu’elles tentaient d’ouvrir. Cela est non seulement dangereux pour les enfants et pour la stabilité d’Haïti, mais c’est également une violation des droits fondamentaux. La Déclaration sur la sécurité dans les écoles (en anglais), approuvée par Haïti, appelle à assurer la continuité de l'éducation des enfants durant les conflits.

Il faut se rappeler que certaines écoles qui offrent aux enfants des repas, répondant ainsi à un besoin essentiel, ont dû maintenant interrompre leurs services. Une initiative financée par le Partenariat Mondial pour l’Education avait par exemple permis à plus de 140 000 écoliers du primaire de bénéficier chaque jour d’un petit déjeuner et d’un repas chaud à l’heure du déjeuner. Dans certaines régions, ceci constitue les seuls repas des enfants. La fermeture des écoles met donc en danger la santé de base de certains enfants.

Les enfants haïtiens souffrent de ne pas aller à l’école et notre pays souffre aussi. L’éducation a toujours été au centre des efforts déployés depuis longtemps par les parents pour favoriser une société plus juste et une économie plus dynamique. Le bien-être d'Haïti dépend donc fortement de la disponibilité d'un capital humain bien formé. L’éducation est le moteur du capital humain de tous les pays et Haïti ne fait pas exception.

Pour cette raison, les Haïtiens ont depuis longtemps voulu mettre sur pied un système éducatif de qualité accessible à 100 % des enfants. Avec le soutien du PME et d'autres partenaires internationaux, des objectifs ambitieux visant à renforcer le système éducatif ont été fixés afin que tous les enfants puissent en bénéficier.

Certes, nous faisons face à des difficultés dans la réalisation de ces objectifs et certains enfants ne vont toujours pas l’école. La violence et les troubles rendent d’autant plus difficile l’exécution de ce travail important.

Au moment où j’écris ces lignes, les manifestations se poursuivent partout en Haïti et semblent attirer un nombre croissant de personnes. Quels que soient les raisons de ces manifestations et l’urgence pour Haïti de renforcer sa gouvernance, il ne fait aucun doute que cette situation a des conséquences graves sur des millions d’enfants en Haïti, victimes innocentes. Toutes les parties doivent travailler ensemble pour permettre au moins aux enfants de retourner immédiatement dans le cadre sécurisant de leur école. Deux mois sans école pèsent déjà lourdement sur leurs progrès. Plus les enfants perdent du temps d'apprentissage, plus le pays tout entier est perdant.

Entre rareté de combustible, troubles politiques, problèmes économiques récurrents, 2019 sera une année sans apprentissage pour la majorité de ses 90 % d'enfants scolarisés.
Laisser un commentaireou
Enfants non scolarisés

Derniers blogs

Tous les blogs
Ce nouveau plan sectoriel est le résultat d'une analyse approfondie et d'un travail consultatif menés par le ministère de l'Éducation et ses partenaires, dont le PME.
Un nouveau cours en ligne, développé dans le cadre d’un partenariat entre l'IIPE-UNESCO et le PME, pour aider à renforcer et normaliser la qualité des évaluations indépendantes des plans sectoriels...
Un bref aperçu de quelques rapports clés publiés entre 2018 et 2019 sur l'état et les progrès de l'éducation dans le monde.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas divulguée. Tous les champs sont requis