Le Bénin donne à davantage d’enfants l'accès à l'éducation
Avec le soutien du Partenariat mondial pour l’éducation, le Bénin a développé depuis 2007 l’accès à l’éducation dans les zones isolées grâce à différentes interventions, pour faire en sorte que davantage d'enfants aillent à l’école et y restent.

L’économie du Bénin repose largement sur l’agriculture, et l’une de ses principales cultures, le coton, représente 25 à 40 % du total des exportations. Le pays est ainsi classé 12ème producteur de coton dans le monde, deuxième en Afrique après le Mali et le Burkina Faso.

Dans la région d’Alibori, au nord du Bénin, que nous avons visitée en décembre dernier, la récolte du coton battait son plein, et la route entre Kandi et Cotonou était engorgée de camions chargés de balles de coton atteignant deux fois leur hauteur.

Pourquoi parlons-nous de coton dans un blog sur l’éducation ?

Parce que, comme dans de nombreux pays en développement, les familles du Bénin qui vivent dans des zones luttant contre la pauvreté gardent souvent leurs enfants à la maison pour les aider aux champs. Parfois, les parents amènent à l’école un très jeune enfant (plus jeune qu'un élève de maternelle) pour prendre la place d’un grand frère ou d’une grande sœur à qui l’on demande de surveiller le bétail, de ramasser le coton ou de participer à une autre récolte.

La province d’Alibori est l’une des plus pauvres du Bénin, et c’est donc une des régions prioritaires dans lesquelles le gouvernement du Bénin a concentré les ressources du GPE reçues depuis 2008, aux côtés de 24 autres districts défavorisés (le pays en compte 77).

Une aide ciblée sur les enfants qui en ont le plus besoin

L’amélioration de l’accès et de la rétention dans les écoles étaient les principaux objectifs du gouvernement du Bénin dans sa stratégie sectorielle 2006-2015.

Le nouveau Plan sectoriel de l’éducation 2018-2030 souligne que le taux brut de scolarisation dans les écoles primaires a augmenté pour passer de 107 % en 2011 à 116 % en 2015 (le taux est supérieur à 100 % parce qu’il comprend les enfants en âge de fréquenter le primaire et plus jeunes), mais que le taux d’achèvement n’était lui que de 67 % en 2015. Dans la province d’Alibori, le taux de scolarisation dans le primaire était l’un des plus faibles du pays, à 35 %.

Force est de constater que les filles ne s’en sortent pas aussi bien que les garçons. Les taux de scolarisation dans les premières années se sont améliorés au fil des ans, mais pour ce qui est du taux d’achèvement, les filles restent à la traîne derrière les garçons.

Pour traiter cette inégalité, le tout dernier financement du GPE a soutenu un programme de distribution de kits scolaires aux filles afin qu’elles aient tout le nécessaire pour aller à l’école. Ce kit était composé d’un sac, d’un uniforme scolaire, de cahiers, de stylos, de crayons et de gommes, d’une règle, de craie et d’une ardoise.

Au total, plus de 320 000 filles élèves de 1ère et 2ème année dans les régions ciblées par le programme ont reçu un kit scolaire de ce type. Celui-ci contribue à ce que les filles des familles les plus pauvres ne se détournent pas de l'école par manque de fournitures.

Des élèves lisant ensemble pendant un cours de français dans une classe de niveau 5 à l'école primaire Saka de Kandi.
Des élèves lisant ensemble pendant un cours de français dans une classe de niveau 5 à l'école primaire Saka de Kandi
CREDIT: GPE/Chantal Rigaud

Un repas chaud pour le déjeuner

L’offre d’un repas gratuit pour le déjeuner est une autre intervention importante ayant un impact sur la fréquentation scolaire des enfants.

Pour les familles pauvres qui ont des difficultés à fournir à manger chaque jour, la garantie qu’au minimum le déjeuner est pris en charge par l'école change bien des choses.

Au cours du premier programme du GPE entre 2008 et 2012, soutenu par un financement de 75,1 millions de dollars, 501 cantines scolaires gérées par des mères de la communauté ont fonctionné pendant deux ans, bénéficiant à plus de 127 000 enfants. Pendant la durée du programme, les taux de scolarisation ont augmenté, surpassant les cibles, en particulier pour les filles, contribuant ainsi à réduire l’écart entre les sexes.

Au cours du deuxième programme du GPE, de 2014 à 2018, financé par un financement du GPE de 42 millions de dollars et un financement additionnel de la part de la France par l’AFD, le programme de cantines scolaires a atteint un total de 318 000 élèves de primaire ayant bénéficié d’au moins un repas par jour dans les districts défavorisés.

Adissatou Bio Idrissou, chargée de la supervision du programme de cantines scolaires à la Direction Départementale du ministère des enseignements maternel et primaire dans le district d’Alibori, nous a expliqué : « Après le début du programme, nous avons constaté une augmentation du nombre d'élèves. Lorsque les cantines scolaires fonctionnent, on remarque que les enfants viennent plus régulièrement à l’école. Lorsque l’école ne fournit pas de repas, les enfants ne vont parfois pas à l’école, car ils doivent aider leurs parents à la ferme. »

L’amélioration des bâtiments et des équipements scolaires

Une autre intervention visant l’amélioration de l’accès pour les enfants du Bénin concerne l’infrastructure. En effet, trop d’écoles des districts défavorisés étaient des petites structures, fabriquées avec des matériaux locaux peu résistants aux éléments.

Nous avons vu quelques écoles de ce type près de Kandi dans la province d’Alibori, dont il ne restait que quelques murs debout, et dont le toit de paille s’était envolé depuis longtemps. Par contraste, les nouvelles écoles bâties par le programme soutenu par le GPE sont solides, bien éclairées et aérées, et possèdent de grandes salles de classe.

Au total, 318 salles de classe de primaire et 212 salles de classe de collège ont été bâties dans les districts défavorisés grâce au programme, et équipées de bureaux et de tableaux. Par ailleurs, 101 blocs sanitaires et latrines ont été également bâtis.
Le nouveau bâtiment du lycée So-Ava, près de Cotonou au Bénin, dispose de 8 salles de classe. Il est construit sur pilotis pour permettre aux cours de se poursuivre même en cas d'inondations.
Le nouveau bâtiment du lycée So-Ava, près de Cotonou au Bénin, dispose de 8 salles de classe. Il est construit sur pilotis pour permettre aux cours de se poursuivre même en cas d'inondations.
CREDIT: GPE/Chantal Rigaud

Sur l’île située au milieu de la rivière Sô, près de Cotonou, nous avons également vu des salles de classe et des latrines bâties sur pilotis, pour que la classe puisse se faire même pendant la saison des inondations qui a lieu chaque année entre septembre et novembre.

Florent Kouhouenou et Pierre Houessou, représentants des parents respectivement pour l’école primaire Sô-Ava et le collège Sô-Ava, ont déclaré apprécier les nouvelles salles de classe dont bénéficient leurs enfants. M. Houessou a même qualifié les nouvelles classes de « véritables bijoux qui font la fierté de la communauté »

D’autres efforts sont nécessaires pour poursuivre les réussites passées

Les efforts accomplis pour faire venir davantage d’enfants à l’école grâce aux kits, aux repas et à l’amélioration des salles de classe ont été complétés par d’autres interventions telles que la formation des enseignants (plus de 57 000 enseignants ont bénéficié d’une formation pendant la période 2008-2012, et plus de 10 600 entre 2014 et 2018) et la distribution de matériels pédagogiques d’enseignement (les enseignants ont reçu une valise pleine de fournitures pour leur salle de classe).

Financements accordés par le GPE au Bénin

  • 2018: 200 000 $ (Financement pour la préparation d’un programme)
  • 2016: 428 794 $ (Développement du plan sectoriel)
  • 2014-2018: 42,3 millions $ (Financement pour la mise en œuvre du programme)
  • 2012: 56 200 $ (Développement du plan sectoriel)
  • 2008-2012: 75,1 millions $ (Financement pour la mise en œuvre du programme)
  • Total: 118,1 millions $

Nous savons toutefois qu'améliorer l'accès ne suffit pas, et, dans la lignée de la vision de l’ODD 4 (l’apprentissage pour tous), le gouvernement du Bénin cible désormais ses interventions pour améliorer la qualité de l’éducation.

Le ministère des Enseignements maternel et primaire a ainsi préparé un nouveau programme, qui sera présenté pour un financement du GPE sous peu, comprenant des activités telles que l’amélioration des programmes scolaires, la formation des enseignants à de meilleures pratiques pédagogiques et l’amélioration des instituts de formation des enseignants.

Le plan sectoriel de l’éducation 2018–2030 identifie clairement la qualité comme la priorité des prochaines années. Le GPE se tient prêt à poursuivre son soutien, aux côtés des partenaires de développement, afin d’offrir à de plus en plus enfants du Bénin la possibilité de bénéficier d’une éducation de qualité.

Laisser un commentaireou
Afrique sub-saharienne: Bénin

Derniers blogs

Tous les blogs
Le Partenariat mondial pour l’éducation (PME) a aidé l’Érythrée à élargir l’accès à une éducation de qualité dans les quatre régions les plus vulnérables du pays. Ainsi, environ 19 000 enfants issus...
L’évaluation régionale des acquis scolaires menée dans les pays francophones peut fournir des données relatives à l’indicateur 4.1.1 de l’ODD 4 pour mesurer les connaissances en maths et lecture des...
Selon les premières projections sur les progrès accomplis dans la réalisation de l’objectif de développement durable 4 (ODD 4), le monde n’atteindra pas son objectif d’une éducation de qualité pour...

Commentaires

Je tiens à féliciter mon pays le Bénin pour ces efforts de rétention des enfants défavorisés à l'école. Toutefois, il faut noter que le tout ne suffit pas de retenir les enfants à l'école s'ils ne sont pas bien formés. Alors je suggère que l'État fasse plus d'effort dans le sens de formation des enseignants car un enfant mal éduqué, mal formé est plus dangereux qu'un enfant qui n'est pas du tout formé.

Je remercie GPE pour toutes les actions menées en faveur du secteur de l'éducation dans les pays africains. Je suis burkinabé poursuivant mes etudes en Planification et management de l'éducation et je voudrais savoir si GPEa enregistré des interventions au Burkina Faso.

Merci de votre commentaire. Oui, le Partenariat mondial pour l'éducation (GPE, du sigle anglais), est aussi actif au Burkina Faso. Vous pouvez trouver plus d'informations ici: https://www.globalpartnership.org/fr/country/burkina-faso

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas divulguée. Tous les champs sont requis