Les solutions aux problèmes de données peuvent améliorer la qualité de l'éducation dans les pays en développement
En tant que membre de la Table ronde du PME sur les solutions aux problèmes de données dans l’éducation, la fondation Tableau peut collaborer avec les pays en développement partenaires du PME et leur offrir un soutien précieux pour rendre les données sur l’éducation plus utiles et exploitables.
19 septembre 2019 par Neal Myrick, Tableau Foundation|
|
Un élève de quatrième année à l'école de Felege Abay à Bahar Dar en Éthiopie devant son manuel scolaire.
CREDIT: PME/Kelley Lynch

À la fondation Tableau, nous avons pour mission d'utiliser les faits et le raisonnement analytique pour résoudre les problèmes qui affectent le monde. Nous fournissons des logiciels, un soutien financier et de la formation pour aider les organisations à utiliser les données, en vue d’améliorer ou d'accroître rapidement leurs résultats. Partout dans le monde, nous renforçons les capacités de divers partenaires pour que leurs actions aient un impact positif.

Des données de qualité sont essentielles pour fournir une éducation de qualité et obtenir de bons résultats. Ce type de données nous indiquent ce qui fonctionne ou, quelles écoles constituent de bons modèles, lesquelles ont besoin de soutien, et bien plus encore.

De plus, une éducation de qualité offre de meilleurs débouchés aux populations. Il a d'ailleurs aussi été démontré que l’éducation favorisait notamment une « culture » de la paix chez les individus.

Malheureusement, dans de nombreux pays, il est difficile d'obtenir des données exploitables et de qualité. La fondation Tableau a beaucoup de solutions à offrir pour résoudre cette difficulté.

Pour mieux comprendre quel type de soutien et d’expertise nous pourrions apporter pour répondre à ce défi, nous avons participé à la Table ronde sur les solutions aux problèmes de données dans l’éducation, organisée par le Partenariat mondial pour l'éducation (PME), une organisation qui soutient près de 70 pays en développement, afin de garantir à chaque enfant une éducation de base de qualité, donnant la priorité aux plus pauvres, aux plus vulnérables et à ceux qui vivent dans les pays touchés par la fragilité et les conflits.

Dans le cadre de cette table ronde, la fondation Tableau a travaillé avec d'autres fondations et entreprises, des pays en développement partenaires, des organisations multilatérales et des organismes à but non lucratif. Avec l’aide du PME, les représentants des pays ont identifié leurs principaux défis.

Nous avons ensuite défini avec eux un programme d’action pour identifier des solutions envisageables, afin de tous mieux concentrer nos efforts et coordonner notre action. C'est dans ce cadre que nous avons identifié quelques pistes d'action pour la fondation Tableau.

Nous étions particulièrement heureux de participer à la Table ronde parce que nous croyions que les enseignements tirés de nos différents financements pourraient aider à déterminer ce qu’il est possible de faire dans le domaine de l'éducation.

En février dernier, j'ai fait partie d'un groupe de partenaires qui se sont rendus en Ethiopie pour y voir comment le pays collecte et analyse les données relatives à l'éducation, et ce dont le pays a besoin pour améliorer son système. Deux choses m'ont principalement marqué.

Tout d'abord, nous avons discuté avec des enseignants et des directeurs d'écoles qui recueillaient manuellement les données qu'ils étaient tenus de fournir au gouvernement et à leurs bailleurs de fonds. Un directeur d'école m'a dit qu'il devait fournir des données similaires à six bailleurs de fonds différents - le tout de façon manuelle.

Alors même que la collecte manuelle des données est difficile, le principal défi est que les données ne sont pas, par la suite, retransmises aux enseignants ou aux directeurs d’écoles sous une forme qui leur soit utile. Ils font tout ce travail de collecte de données, mais n'en tirent en retour presque aucune valeur ajoutée.

Ce problème n'est pas propre à l'Éthiopie. Bien trop souvent, les gouvernements, les bailleurs de fonds et d'autres intervenants recueillent des données auprès des communautés sans que ces dernières n'en tirent aucun bénéfice.

Nous devons veiller à ce que la collecte de données ne devienne pas une simple « entreprise d'extraction » et veiller à ce que les collectivités puissent bénéficier des données qui les concernent.

Capitaliser sur une expérience réussie dans la lutte contre l'épidémie de paludisme en Zambie

Les premiers financements de la fondation Tableau ont été accordés dans le secteur de la santé, notamment en 2014 dans le cadre d’un partenariat avec une organisation appelée PATH. Ce projet visait à aider le ministère de la Santé de la Zambie à éradiquer le paludisme d’ici 2021. Par l`intermédiaire de PATH, notre appui a consisté en l’apport de logiciels, financements et formations visant à renforcer les capacités requises au sein des institutions zambiennes.

Avant que nous ne nous mobilisions, les autorités zambiennes recueillaient déjà des données sur le paludisme au niveau des districts et les transmettaient au niveau national. Chaque année, en juin, ils organisaient une réunion pour discuter des données agrégées des différents districts et sur cette base prendre des décisions.

Il s'agissait d'un processus fastidieux, qui exigeait souvent que les registres soient retranscrits manuellement et analysés au moyen de feuilles de calcul. L'analyse des données en temps réel était pratiquement impossible à concevoir, et encore moins à mettre à la disposition des décideurs à travers tout le pays.

Grâce à nos efforts concertés avec PATH et le ministère, les données ont été désagrégées jusqu'au niveau communautaire et des dispensaires, ce qui a permis de cibler très précisément l'affectation des ressources.

Des normes minimales en matière de données ont été établies ainsi qu'un processus automatisé de traitement des données, ce qui a permis de pallier au manque de connaissances analytiques et de fournir aux décideurs des informations fiables et à jour. En effet, le ministère a instauré un système de collecte et d'analyse hebdomadaire des données. Ainsi, dans certains dispensaires des réunions sur ces données sont actuellement organisées chaque jeudi et non plus uniquement en juin.

Aujourd'hui, l'information sur le paludisme se propage plus vite que la maladie elle-même ! L'utilisation des données en temps opportun pour guider la prise de décisions a conduit la province du Sud de la Zambie à faire état d'une réduction de plus de 90 % des décès dus au paludisme, et de plus de 80 % des cas depuis 2014. D'autres provinces et pays ont adopté cette approche axée sur les données.

Grâce à notre travail dans d'autres pays et secteurs, nous avons démontré que l'approche consistant à suivre des données désagrégées jusqu'au niveau individuel et à donner aux individus, dans toutes les chaînes décisionnelles, les moyens de les utiliser en temps opportun, est applicable dans des contextes politiques, géographiques, sociaux et culturels et à des problèmes divers. C'est pourquoi nous pensons que cette approche pourrait également fonctionner dans le secteur de l'éducation.

Neal Myrick s'entretenant avec des élèves lors d'une visite en Éthiopie en janvier 2019 dans le cadre de la table ronde sur les données de l'éducation.
Neal Myrick s'entretenant avec des élèves lors d'une visite en Éthiopie en janvier 2019 dans le cadre de la table ronde sur les données de l'éducation.
CREDIT: PME/Alexandra Humme

Une meilleure visualisation des données pour une meilleure analyse

Les communautés peuvent tirer profit des données recueillies les concernant lorsque ces données leurs sont restituées sous des formes utiles et pertinentes telles que les visualisations de données. Les visualisations permettent aux utilisateurs de voir et de comprendre leurs données, afin de pouvoir prendre des décisions informées sur la façon d'améliorer leur travail.

Dans le secteur de l'éducation, les visualisations des données des examens nationaux pourraient s'avérer particulièrement utile.

Aujourd'hui, les données relatives aux examens sont recueillies de manière électronique au fur et à mesure que les élèves remplissent des formulaires qui sont ensuite numérisés. Les résultats de leur examen sont analysés au niveau du ministère, mais ils ne sont restitués à l'école que sous forme papier. Il s’agit généralement de lignes et de colonnes de données sans la moindre analyse de ce qu'elles signifient.

En Éthiopie, j'ai constaté que certaines écoles analysaient manuellement les données, en répondant à des questions telles que : les résultats des filles et des garçons sont-ils différents ? Si oui, dans quel domaine ?

Les données fournissent les réponses à ces questions. Si les directeurs d'écoles disposaient d'analyses visuelles simples au lieu de lignes et de colonnes de données brutes sous forme de feuilles de calcul, les responsables pourraient prendre des décisions éclairées sur la manière d'améliorer les résultats.

Le désir d'analyser

J'ai été invité à rencontrer des interlocuteurs de tout le système éducatif qui me demandaient ce qui fonctionne et ce qui ne fonctionne pas pour leurs élèves. Ils ont le désir d'utiliser les données et les questions sur les approches efficaces, mais ils n'avaient ni les données ni les outils à disposition pour répondre à ces questions. Cette curiosité est une condition préalable importante au succès des projets d'amélioration des systèmes de données.

Alpha Bah, le directeur de l'unité des TIC au ministère de l'Éducation en Gambie, qui participait également à la Table ronde, a une curiosité intellectuelle remarquable. Son objectif est de parvenir à pouvoir faire le suivi de chaque enfant dans chaque école.

Nous croyons que cela est possible parce que nous avons déjà vu des résultats probants dans les secteurs de la santé au niveau mondial, de l’exclusion liée au logement, ainsi que de l'eau et de l'assainissement.

Formuler des recommandations applicables

Après s'être rendus en Éthiopie et en Gambie, les participants à la Table ronde ont formulé des recommandations concrètes et applicables pour répondre aux besoins et aux attentes de nos partenaires dans les pays en développement.

Les recommandations portent sur des thématiques communes qui peuvent être adaptées en fonction du contexte et des besoins de chaque pays. Elles encouragent également les pays à renforcer l'infrastructure de données et les outils existants, ce qui est toujours mieux que de recréer tout un système de données à partir de rien. Pour y parvenir, il est essentiel de prendre en compte le niveau d'avancement du système des pays en veillant à contribuer à son amélioration de façon continue et itérative.

Par exemple, l'Éthiopie ne dispose pas encore d'un plan ou de protocoles précis pour traiter des aspects opérationnels liés aux systèmes d'information pour la gestion de l'éducation, ce qui est un des aspects importants pour tout pays souhaitant améliorer son système de données. La Gambie en a déjà un.

Ainsi, une recommandation concrète pourrait être que l'Éthiopie élabore de tels protocoles, sur la base des meilleures pratiques identifiées à partir d'exemples d'autres pays, dont celui de la Gambie.

Je suis convaincu, de par notre travail avec nos collègues de la Table ronde et les diverses expériences des autres partenaires de la fondation Tableau, que le moment est venu d'apporter un changement significatif aux systèmes de données sur l'éducation et à leur utilisation.

Le leadership du PME est essentiel car, sans lui, les différents acteurs qui travaillent à l'amélioration des systèmes de données dans les pays en développement pourraient agir de manière isolée au risque de minimiser l'impact de leur action.

Sachant qu’il ne reste que dix ans pour atteindre les ODD, nous pensons qu'une meilleure coordination entre les acteurs travaillant à l'amélioration des systèmes de données est essentielle pour accélérer les progrès pour tous.

Laisser un commentaireou

Derniers blogs

Tous les blogs
Le prix Nobel d'économie vient d'être attribué à Abhijit Banerjee, Esther Duflo et Michael Kremer pour leurs travaux pionniers sur la pauvreté dans le monde. Un prix tout à fait opportun, alors que...
Le gouvernement du Guyana, soutenu par le Partenariat mondial pour l’éducation (PME), réalise de grands progrès pour améliorer l’éducation de la petite enfance et réduire les disparités en matière d’...
La Journée internationale de la fille est célébrée le 11 octobre de chaque année.

Commentaires

Bonjour, En Mauritanie, chaque année environ 40 mille élèves sur environ 60 mille échouent au BEPC. Mon établissement de formation à l'utilisation des TIC pour l'enseignement et la formation "Votre compagnon à l'ère du numérique" met à la disposition des candidats une plateforme (www.ntice.org) d'entraînement aux sujets du BEPC en mathématique sous forme d'exercices interactifs avec la possibilité d'échanger avec leurs pairs et leurs professeurs. Nous avons à notre disposition les résultats nationaux du BEPC de l'an dernier en format excel et nous souhaitons les analyser pour déterminer la situation de chaque établissement. Comment la fondation Tableau pourra -t-elle nous aider? Cordialement!

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas divulguée. Tous les champs sont requis