Rendre le handicap visible : comment générer davantage de données de meilleure qualité sur l'éducation des enfants handicapés ?
Des millions de personnes handicapées semblent invisibles à cause du manque de données sur elles. Aujourd'hui, deux nouvelles publications sur les données axées sur les personnes handicapées ont été lancées pour aider à analyser et à utiliser au mieux les données sur les personnes ignorées à cause de leur handicap.
23 octobre 2019 par Friedrich Huebler, UNESCO Institute for Statistics et Stuart Cameron, Global Partnership for Education Secretariat|
|
Une élève malvoyante de l'école pour déficients visuels de Sebeta en Ethiopie.
CREDIT: PME/Carolina Valenzuela

Deux nouvelles publications sur les données, sorties aujourd'hui, mettent l'accent sur les personnes handicapées, trop souvent désavantagées et « invisibles » lorsqu'il s'agit d'éducation. Exclues et non comptabilisées, elles sont souvent absentes non seulement des salles de classe, mais aussi des statistiques sur l'éducation.

Tout d'abord, une nouvelle base de données (en anglais) conçue par l'Institut de statistique de l'UNESCO (ISU) répertorie les nombreux obstacles auxquels les personnes handicapées sont confrontées en matière d'éducation. Cette base de données confirme qu'elles ont moins de chance d'être scolarisées et lorsqu’elles le sont, risque davantage de faire moins d'années d'études que les autres.

Les personnes handicapées ont beaucoup moins de chances de terminer le primaire ou le secondaire ou d'acquérir des compétences de base en littératie. De plus, les femmes handicapées sont moins nombreuses que les hommes handicapés ayant reçu une éducation formelle – elles sont doublement marginalisées : tant de par leur handicap qu’à cause de leur genre.

Financée par le Département pour le développement international (DFID) du Royaume-Uni, cette base de données est couplée à une analyse de fond détaillée (en anglais) portant sur 49 pays dont les résultats et les questions méthodologiques dans le domaine des données sur le handicap et l'éducation sont examinés de façon plus approfondie.

Le dernier rapport phare de l'ONU sur le handicap et le développement (en anglais), publié en juin dernier, accordait une place importante à ces données et à leur analyse.

Une nouvelle étude pour définir les indicateurs de l'éducation inclusive

Cette base de données a été publiée conjointement avec une nouvelle étude de l'ISU, financée par le Partenariat mondial pour l'éducation, intitulée : L'utilisation des données de l'ISU et des systèmes d'information sur la gestion de l'éducation pour le suivi de l'éducation inclusive (en anglais).

Cette étude examine les données nécessaires à l'élaboration des indicateurs mondiaux de suivi des cibles des objectifs de développement durable (ODD) 4.5 (« égalité d’accès des personnes vulnérables, y compris les personnes handicapées, les autochtones et les enfants en situation vulnérable, à tous les niveaux d’enseignement et de formation professionnelle ») et 4.a (« Faire construire des établissements scolaires qui soient adaptés aux enfants, aux personnes handicapées et aux deux sexes ou adapter les établissements existants à cette fin et fournir un cadre d’apprentissage effectif qui soit sûr, exempt de violence et accessible à tous »).

Ce document analyse les moyens d'accroître la disponibilité des données sur l'éducation des personnes handicapées et explique comment les données mondiales de l'ISU et les données nationales des systèmes d'information de gestion de l'éducation (SIGE) pourraient être mieux utilisées pour le suivi de l'éducation inclusive.

L'étude a été effectuée à partir d'un examen des formulaires de recensement scolaire de 71 pays à revenu faible ou intermédiaire d'Afrique, d'Asie, du Pacifique, d'Amérique centrale, d'Amérique du Sud et des Caraïbes, et d'une analyse documentaire.

Modifier les formulaires des SIGE pour y intégrer les données sur les personnes handicapées

L'étude conjointe mentionnée plus haut souligne certains problèmes liés aux formulaires des SIGE utilisés actuellement. En effet, le handicap y est souvent considéré comme une catégorie « fourre-tout » qui ne tient pas compte des capacités des élèves. Il est proposé que les formulaires des SIGE soient révisés pour qu’ils puissent notamment :

  • inclure des renseignements sur la situation de handicap et les résultats d'apprentissage des élèves handicapés
  • mettre l'accent sur le cas spécifique de chaque élève plutôt que sur des données globales agrégées pour tous les élèves
  • identifier les élèves handicapés en fonction de leurs difficultés fonctionnelles dans tous les domaines (vision, audition, marche, cognition, etc.)
  • recueillir des informations sur le niveau d'invalidité, et
  • supprimer les formulations péjoratives.

Les résultats de l'étude confirment la nécessité d’ :

  • améliorer la disponibilité et la qualité de données comparables sur le handicap à l'échelle internationale afin d'assurer le suivi des objectifs nationaux et internationaux,
  • élaborer de meilleurs outils pour identifier les enfants et les adultes handicapés,
  • intensifier les efforts visant à rendre le SIGE plus inclusif et à agréger au niveau national les données relatives à chaque école et
  • encourager les analystes, les organismes de plaidoyer, les décideurs et les autres parties prenantes à utiliser davantage les données sur le handicap.
Rendre le handicap visible : comment générer davantage de données de meilleure qualité sur l'éducation des enfants handicapés ?

Il faut investir davantage dans les données

La nécessité d'une plus grande collaboration entre les pays et les bailleurs de fonds est réaffirmée dans ces nouvelles publications. Les ressources financières et techniques doivent être alignées aux niveaux national et international, afin d'éviter les doubles emplois, d'améliorer la responsabilisation en matière de renforcement des capacités statistiques, de garantir un investissement efficace des ressources existantes et d'améliorer le fonctionnement et l'utilisation des SIGE.

Tout cela est-il possible ? Oui, si les investissements dans les systèmes de données étaient considérablement renforcés. La nouvelle base de données et l'étude conjointe mettent toutes deux l'accent sur le besoin urgent de financement supplémentaire pour le suivi des progrès vers la réalisation de l'ODD 4, qui appelle à une éducation de qualité pour tous.

Tous les ODD mettent l'accent sur l'équité qui suppose un progrès universel qui ne laisse personne pour compte. C'est pourquoi il est si important de recueillir, d'analyser et d'utiliser au mieux les données sur les personnes qui aujourd'hui sont exclues uniquement en raison de leur handicap.

Pour en savoir plus, participez à notre webinaire !

Le 31 octobre 2019, un webinaire organisé conjointement par le PME et l'ISU sera consacré à l'étude intitulée L'utilisation des données de l'ISU et des systèmes d'information sur la gestion de l'éducation pour le suivi de l'éducation inclusive.

Laisser un commentaireou

Derniers blogs

Tous les blogs
School children at the École Communautaire Masindray. Madagascar. Credit: GPE/ Carine Durand
Présentation de la nouvelle note d'orientation de l'INEE sur le genre.
Une enseignante apprenant à son élève à lire au tableau dans une école au Niger. Crédit: PME/Kelley Lynch
L’édition 2019 du Rapport sur les données de l’ODD 4 présente les méthodologies de collecte de données nécessaires pour suivre les progrès et mieux orienter les politiques et les ressources, afin d'...
Marius Angelin Rafidisaonina a reçu le prix du jeune innovateur de l’AU Expo en 2018. Crédit: Marius Angelin Rafidisaonina
Le fondateur du programme de formation et de mentorat « Arrêtez de devenir… SOYEZ ! » a reçu un prix au salon de l'innovation de l'UA l'année dernière. Découvrez comment son programme fournit aux...

Commentaires

La disponibilité des données sur les populations vulnérables (y compris les personnes vivant avec handicap) est un problème qui devrait interpeller non seulement les statisticiens et planificateurs de l'éducation, mais aussi les INS qui compilent les données socio-démographiques. Dans plusieurs études du genre, même dans les recensements de la population, ce problème est presque ignorée. En général, le dénominateur fait défaut, même le niveau de désagrégation des données est faible au niveau des sectorielles. En définitif il faut mettre en place une vraie politique de scolarisation des personnes vulnérables (cf scolarisation des filles).

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas divulguée. Tous les champs sont requis