Renforcer les systèmes de données en investissant dans la connaissance et l’innovation
Des données éducatives de qualité sont essentielles pour éclairer les décisions des gouvernements en matière de planification et de politiques éducatives et soutenir une gestion efficace des écoles. Ce blog explore la manière dont de bons investissements dans la connaissance et l'innovation peuvent contribuer à renforcer les systèmes de collecte de données.
28 août 2019 par Margaret Irving, Global Partnership for Education et Rudraksh Mitra, Global Partnership for Education|
|
Un élève comptant avec ses doigts pour résoudre un problème lié à l’évaluation précoce des mathématiques (EGMA) à Nairobi au Kenya.
CREDIT: PME/Deepa Srikantaiah

Ce blog est le deuxième d’une série de six portant sur les Documents de réflexion du KIX commandée par le Secrétariat du PME, afin d’informer la conception et la mise en œuvre du mécanisme de Partage de connaissances et d’innovations (KIX). Il souligne également les résultats thématiques pertinents du Rapport sur les résultats 2019 et des évaluations du PME au niveau des pays actuellement en cours.

Des données sur l’éducation de qualité sont essentielles tant pour informer la planification et les décisions des États en matière de politiques, que pour une gestion efficace des établissements scolaires. Celles-ci constituent également la pierre angulaire de la responsabilité mutuelle.

De nombreux pays en développement ne disposent cependant pas de systèmes d’information et de gestion de l’éducation (SIGE) robustes et d’outils pour communiquer les données nécessaires aux gouvernements et partenaires, en vue de cibler les ressources là où les besoins sont les plus importants. L’Objectif de développement durable 4 (ODD 4) souligne la nécessité de garantir une exploitation élargie des données, afin d’orienter les améliorations des résultats de l’éducation en matière d’apprentissage et d’équité.

De nombreux pays en développement manquent de capacités pour produire et exploiter les données

L’Indicator 14 du Cadre de résultats du PME mesure la proportion de pays en développement partenaires (PDP) qui communiquent sur 10 des 12 indicateurs clés de l’éducation à l’Institut de la Statistique de l’UNESCO (ISU). Cela constitue un bon reflet de la capacité d’un système national de données à produire et communiquer rapidement des données.

Les résultats de l’Indicateur 14 du Rapport sur les résultats 2019 sont tout de même préoccupants : les taux n’ont pas beaucoup changé entre 2015 et 2018, avec seulement 34 % des 61 PDP évalués en 2018 communiquant sur 10 des 12 indicateurs clés de l’éducation, contre 30 % en 2015.

Le manque de financement entrave les possibilités de collecte de données

Les récentes évaluations du PME au niveau des pays indiquent que plusieurs obstacles entravent le développement de systèmes de données viables.

Le financement insuffisant et imprévisible du suivi sectoriel complique le recrutement par les pays de personnel technique en nombres adéquats, et selon les capacités requises, pour développer et mettre en œuvre des systèmes de données pour produire en série les données chronologiques nécessaires à la compréhension des tendances.

En outre, les investissements dans les systèmes de données sont fragmentés, ce qui aboutit souvent à l'existence de multiples systèmes de données parallèles qui ne produisent pas de données comparables. Enfin, certains pays rencontrent des obstacles physiques à la collecte régulière de données fiables, en particulier dans les régions isolées ou les zones sans accès à l'électricité et à Internet.

En raison de ces faiblesses, les évaluations ont également révélé que les pays partenaires ne disposaient pas de données suffisantes pour suivre de manière adéquate la mise en œuvre de leurs plans sectoriels.

Le PME investit dans des solutions liées aux données à travers des financements et la recherche

Reconnaissant la nécessité d'investir davantage et mieux dans les systèmes de données, le PME a octroyé des financements importants au développement SIGE dans les pays partenaires. Ainsi, sur les 34 financements pour la mise en œuvre de programmes actifs à la fin de l'exercice 2018, 85 % ont soutenu le développement d'un SIGE.

Le PME a également récemment lancé le mécanisme de Partage de connaissances et d’innovations (KIX), conçu pour promouvoir le partage et le financement de solutions et d’innovations ayant fait leurs preuves dans le domaine de l’éducation.

Le renforcement des systèmes de données est un des six domaines thématiques traités par le KIX, et un document de réflexion sur les systèmes de données a été élaboré pour cartographier les connaissances existant et identifier les lacunes et les opportunités à saisir. Il convient de remarquer que, quel que soit le domaine thématique, la notion de données fiables est constamment soulignée comme principal obstacle aux progrès.

« Relever le défi des données dans l’éducation » commence par remarquer que le secteur est confronté à deux grandes difficultés : la disponibilité des données (essentiellement liée à l’offre) et la façon dont les données sont exploitées (essentiellement liée à la demande). Cet examen complet des données renforce bon nombre des conclusions tirées par les évaluations au niveau des pays du PME.

Les difficultés liées à la disponibilité des données sont partiellement dues au fait que les services chargés des données dans la plupart des ministères de l’éducation sont en sous-effectifs et sous-financés. Ils s’appuient également sur des systèmes de données optimisés pour communiquer sur les chiffres de la scolarisation et les intrants plutôt que sur la qualité de la scolarité et les résultats de l’apprentissage, plus difficiles à mesurer.

De meilleures données pour la Gambie
En Gambie, le programme baptisé Results for Education Achievement and Development, cofinancé par le PME, est un exemple de ce que ces investissements peuvent accomplir en termes d’amélioration de la production et l’exploitation de données. Ce programme était aligné sur le plan sectoriel de l’éducation de la Gambie, qui prévoyait des dispositions pour renforcer le SIGE afin de produire, dans les délais, des données fiables et pertinentes. Le programme a mis en lien les résultats du Test national d’évaluation (TNE) sur différentes années pour permettre la comparaison des résultats dans le temps et a relié ces données à celles du SIGE, des ressources humaines du secteur éducatif et aux données des départements de l’éducation aux niveaux régionaux. Les acteurs nationaux ont ainsi pu exploiter cet ensemble complet de données dans le cadre de revues sectorielles régulières fondées sur des données probantes et appliquer les recommandations de ces revues afin d’améliorer.

Des enseignants publiant des résultats aux examens dans le Comté de Nyeri au Kenya en avril 2017. Crédit: PME/Kelley Lynch
Des enseignants publiant des résultats aux examens dans le Comté de Nyeri au Kenya en avril 2017
CREDIT: PME/Kelley Lynch
La plupart des systèmes suivent les données uniquement au niveau global, et non au niveau des enfants. Ils se concentrent sur « l'enfant moyen », ce qui rend difficile la tâche de déterminer si le secteur de l'éducation prête attention aux plus vulnérables ou utilise les bonnes interventions pour les atteindre.

Contrairement au secteur de la santé, les données des enquêtes par sondage aléatoire sont également relativement peu utilisées et les investissements dans un SIGE « modulaire » simple et adaptable, qui pourraient être facilement installés et déployés dans des situations de conflit et de fragilité, sont insuffisants.

Les difficultés liées à la façon dont sont exploitées les données viennent du fait que celles-ci ne sont pas recueillies et développées pour traiter les besoins des utilisateurs de première ligne. Cela conduit à un manque de demande de données parmi les acteurs de l'éducation, ce qui n'est pas aussi évident dans les autres secteurs sociaux.

Les systèmes de données existants ont tendance à desservir les flux de données des écoles vers le niveau national ou international sans véritable opportunité d’utilisation pour résoudre les problèmes locaux. Les systèmes de données ne produisent généralement pas non plus de rapports détaillant ce qui se passe au sein des écoles (scolarisation, décrochage, apprentissage, enseignants, finances et les contextes de pauvreté et de santé) en tant qu’unités de gestion. L’absence de données scolaires complètes signifie que des problèmes majeurs d’efficacité et d’équité ne sont pas notés au niveau du district et du pays.

Investir dans le renforcement des capacités et l’innovation

Pour répondre à ces difficultés, le document de réflexion du KIX propose plusieurs domaines d’investissement potentiel axé sur trois grands thèmes : le renforcement des capacités par l’intermédiaire de mécanismes mondiaux et régionaux, la production de données, notamment par des évaluations et des innovations prometteuses.

Ce large menu comprend à la fois des propositions classiques concernant l’offre, telles que l’utilisation d’innovations technologiques pour améliorer la disponibilité et l’utilisation des données d'une part ; et un appel à rechercher comment répondre aux préoccupations liées à la demande, notamment à travers de meilleures données sur les besoins des utilisateurs et leurs habitudes pour ceux intervenant au niveau des écoles et du district. Cela permettrait de mieux informer la conception du SIGE et l'améliorer l'utilisation des données.

En tant que tel, le document appelle à mettre clairement l'accent non seulement sur la génération de données plus nombreuses et de meilleure qualité, mais également sur le fait qu'elles sont utilisées pour soutenir une culture de prise de décisions fondées sur des données en matière de politiques, de planification et de gestion.

Avec la soumission des propositions pour l’appel à propositions international dont la date limite est fixe au 1er octobre – et en avril/mai 2020 pour l’appel régional – il sera passionnant de voir comment les investissements du KIX offriront l’opportunité d’un développement tangibwle des capacités, une aide à la recherche et des pratiques innovantes pour aider les pays à améliorer leurs capacités à recueillir et exploiter les données. En outre, les Centres régionaux du KIX seront l’occasion pour les pays d’apprendre de leurs pairs en matière d’approches innovantes permettant de renforcer les systèmes de données.

Ce blog s’appuie sur le document du KIX « Relever le défi des données dans l’éducation », rédigé par Luis Crouch.

Laisser un commentaireou

Derniers blogs

Tous les blogs
Le gouvernement du Guyana, soutenu par le Partenariat mondial pour l’éducation (PME), réalise de grands progrès pour améliorer l’éducation de la petite enfance et réduire les disparités en matière d’...
La Journée internationale de la fille est célébrée le 11 octobre de chaque année.
Ce n’est que lorsque l’égalité des sexes fera partie de l’ADN des systèmes éducatifs que nous pourrons obtenir des résultats d'apprentissage plus équitables en faveur des filles.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas divulguée. Tous les champs sont requis