Un programme de mentorat qui aide les jeunes de Madagascar à prendre leur destin en main
Le fondateur du programme de formation et de mentorat « Arrêtez de devenir… SOYEZ ! » a reçu un prix au salon de l'innovation de l'UA l'année dernière. Découvrez comment son programme fournit aux jeunes malgaches les outils dont ils ont besoin pour choisir leur propre voie et atteindre leurs objectifs.
12 novembre 2019 par Angelin Marius Rafidisaonina, “Stop becoming… JUST BE! program|
|
Marius Angelin Rafidisaonina a reçu le prix du jeune innovateur de l’AU Expo en 2018.
CREDIT: Marius Angelin Rafidisaonina

Je me nomme Angelin Marius Rafidisaonina. J'ai 30 ans et je viens de Madagascar.

Le développement personnel dépend de choses simples qui nous échappent souvent. Il s’agit de vous exprimer, d’apprendre de nouvelles choses et de créer de nouvelles habitudes, de vous permettre de vivre les choses différemment et de poursuivre ce processus aussi souvent que possible.

Le manque de soutien pour les jeunes pendant leur transition vers l'âge adulte

À Madagascar, nos sociétés changent sur le plan démographique - nous sommes confrontés à une forte augmentation du nombre de jeunes au sein de la population, comme dans les autres pays d’Afrique. Malheureusement, beaucoup de jeunes ne sont pas suffisamment éduqués pour pouvoir se prendre en main et bâtir leur succès.

Le système éducatif national ne s'est pas suffisamment amélioré et il est possible que les choses ne changent pas avec le temps pour la prochaine génération. Nous sommes donc obligés de créer notre propre solution à ce défi.

Même au sein des collèges privés les plus renommés d'Antananarivo, les jeunes ont besoin d'aide. Là où les jeunes sont censés être formés pour devenir des dirigeants d’entreprises et de communautés, ils ne sont pas encore conscients de ce qu’ils veulent faire de leur vie, de ce qu’ils aimeraient devenir et de la manière de s'y prendre pour y parvenir - l’orientation professionnelle fait défaut. Ils vont à l’école tous les jours et apprennent, mais sans toutefois savoir pourquoi.

Je le sais, parce que j'étais l'un d'entre eux. J'ai vu cela pendant des années et je ne pouvais plus rester indifférent. C’est la raison pour laquelle j’ai décidé d’intensifier et de proposer une solution. Pendant plus de deux ans, j’ai effectué des recherches sur le développement personnel durant mes études de maîtrise et j’ai finalement créé le programme « Arrêtez de devenir… SOYEZ ! »

La joie ressentie par les slameurs de l’équipe de Tamatave après un concours de slam organisé dans le cadre du programme « Arrêtez de devenir… SOYEZ ! ». Crédit: Marius Angelin Rafidisaonina
La joie ressentie par les slameurs de l’équipe de Tamatave après un concours de slam organisé dans le cadre du programme « Arrêtez de devenir… SOYEZ ! »
CREDIT: Marius Angelin Rafidisaonina

Un programme de développement personnel

« Arrêtez de devenir… SOYEZ ! » est un programme de développement personnel en cinq étapes simples que tout le monde, en particulier les jeunes, peut utiliser pour se construire et gérer sa vie.

Les cinq étapes sont les suivantes :

  1. Ma personnalité, mes choix
  2. Grandir avec mes relations
  3. Élargir mon possible
  4. Faire mes premiers pas
  5. Ma mentalité, mon présent

Le programme peut être utilisé pour (se) former de manière individuelle ou en groupe. Chaque étape a une méthode et une durée spécifique.

La formation est courte et se fait à travers des conférences, des ateliers, une activité ou un événement. Son but est de sensibiliser les gens à se considérer et à considérer la vie en général de manière différente.

La partie mentoring du programme a un impact à long terme sur les gens en raison du temps investi, qui est généralement de 6 semaines ou plus. Chaque semaine, les participants reçoivent des informations sur une nouvelle étape du programme et sur la manière de la pratiquer. La semaine suivante, la session commence par des commentaires sur la manière dont les utilisateurs ont mis en pratique ce qu'ils ont appris et quelles parties ont été difficiles.

Une troisième façon d'utiliser le programme consiste à créer des activités ou des événements autour d'une passion ou d'un objectif commun et à les rendre durables en permettant aux participants de l'intégrer, d'apprendre à construire leur propre vision autour de celle-ci, de prendre des mesures et enfin, de l'intégrer à leur état d'esprit.

Avec cette approche, il n’est pas nécessaire d’enseigner car chaque participant apprend naturellement les 5 étapes. Cette approche a le meilleur impact à long terme, en particulier pour les jeunes qui peuvent parfois manquer d’autodiscipline ou qui peuvent se sentir perdus dans le système éducatif traditionnel.

Une jeunesse plus sûre d’elle et compétente

Afin de diffuser mon programme, j'ai contacté des personnes qui cherchaient une telle aide en organisant des ateliers, des formations, des camps d'été, des jeux et des concours. Les commentaires reçus des participants mettaient en avant le fait d’avoir été « réveillés » par le programme, motivés par la conviction qu'ils pouvaient réussir en gérant bien leur propre vie, leurs relations avec les autres et leur environnement.

Les jeunes commencent à réaliser de petits projets dont ils savaient toujours qu’ils pourraient améliorer leur vie mais qu’ils n’avaient jamais pris le temps de faire. Ils prennent mieux soin de leurs relations, car ils ont appris que cela leur est très utile au fur et à mesure qu’ils progressent dans leur vie et planifie des projets à long terme.

Le programme offre une formation et un mentorat sur demande à des particuliers, des associations ou d'autres organisations à travers Madagascar. Il propose également des activités différentes et durables à Tamatave pour aider les jeunes à exploiter leur potentiel quels que soient leurs résultats scolaires.

L’impact du prix de l'exposition sur l’innovation dans l’éducation en Afrique

Mon ambition est de créer une communauté Web autour de ce que font les jeunes partout en Afrique, à commencer par ce que je sais qui se passe dans mon pays, afin d'inspirer les gens et les inciter à agir dans les domaines qui les intéressent.

À Madagascar, nous sommes quelques entrepreneurs qui se soutiennent le plus possible. C’est génial de voir ce que nous pouvons faire avec si peu de ressources. À terme, nous souhaiterions nouer une collaboration directe avec le ministère de l’éducation de Madagascar, afin d’élargir notre programme.

Après avoir remporté le prix de l’UA sur l’innovation dans l’éducation en Afrique, j’ai réalisé que notre programme ne devait pas se résumer à un groupe de personnes rassemblées dans une salle pour un atelier de développement personnel. Les fonds qui nous ont été alloués nous ont permis de planifier davantage d’activités. Ce prix nous a permis de paraître plus attrayants pour d'autres organisations locales et d'être plus connectés également. J'ai désormais accès à certains réseaux africains tels que Education innovators, Ashoka Education en Afrique et l’Association pour le développement de l'éducation en Afrique, ce qui est vraiment utile.

« Arrêtez de devenir… SOYEZ ! » n'est pas destiné à être juste un programme de formation. Il n’est pas destiné à remplir les têtes d’idées sur la manière de réussir sa vie. C'est un programme pour diriger et pousser les gens à apprendre par eux-mêmes, afin qu'ils puissent devenir acteurs de leur propre vie.

S'étendre pour toucher plus de jeunes

Depuis avril, nous avons commencé à organiser des concours de slam à dans la ville de Tamatave. Nous en sommes maintenant à la quatrième édition. Le dernier qui aura lieu en décembre rassemblera tous les gagnants des quatre premières éditions.

Grâce aux activités organisées cette année, j’espère pouvoir financer l’édition de l’année prochaine avec également des contributions d’entreprises locales et des communautés.

J'aimerais rassembler plus de parties prenantes autour de nos activités, en commençant par des partenariats locaux, puis en prenant de l'expansion. Ce sera beaucoup plus percutant avec plus d'organisations impliquées.

Notre site Web nous permettra de diffuser nos activités dans le monde entier. Ce serait formidable d’avoir une ouverture sur tous les pays africains, car nous avons constaté que les Africains en savent si peu sur les autres pays du continent.

Aux autres innovateurs, je tiens à dire qu’ensemble, nous pourrons rendre l’Afrique meilleure. Je veux nous encourager tous à toujours tout donner et à partager ce que nous pouvons pour aider les autres à être inspirés, motivés et responsabilisés. Nous en avons tous besoin pour surmonter le défi auquel nous sommes confrontés.

Un message à mes compatriotes africains

Nous savons que l'Afrique sort d'un long sommeil. La situation économique s'améliore et le meilleur reste à venir. Pour soutenir ce développement, nous devons améliorer considérablement nos systèmes éducatifs. Pour cela, nous devons innover.

Nous devons offrir aux jeunes un environnement leur permettant de s'épanouir sur le plan personnel et d'acquérir des compétences comme celles que nous leur proposons dans le cadre de notre programme.

Les jeunes veulent contribuer à ce grand mouvement. Nous sommes les produits de nos systèmes éducatifs nationaux. Nous discutons et nous plaignons des aspects positifs et négatifs depuis de nombreuses années. Nous savons donc ce qui devrait être changé pour le rendre plus efficace, plus applicable et plus adapté à notre vie quotidienne et à nos aspirations futures.

Il est temps de prendre part au dialogue et de participer à la prise de décisions.

Lire les autres blogs de cette série sur les jeunes innovateurs africains

Laisser un commentaireou

Derniers blogs

Tous les blogs
Alors que les dirigeants du monde se réunissent pour la Conférence annuelle des parties à Madrid, il nous est rappelé que nous devons réorienter l’éducation, afin d'en faire un élément majeur du...
A travers trois propositions claires, Julia Gillard, écrivant à titre personnel, dresse un portrait de ce à quoi devrait ressembler l'architecture de l'éducation dans le monde, si l’on souhaite...
Tandis que nous célébrons la Journée mondiale de l'enfance et le 30ème anniversaire de la Convention relative aux droits de l'enfant, nous constatons que nous ne pourrons résoudre la crise de l'...

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas divulguée. Tous les champs sont requis