Cambodge

Cambodge

  • Partenaire du GPE depuis : 2006
  • Agence de coordination: UNICEF
  • Responsable pays au GPE: Aya Kibesaki

Zoom sur...

A l'occasion de la Journée mondiale de la vue, Sightsavers parle de l'importance des programmes de dépistage des problèmes occulaires dans les écoles pour s'assurer que les enfants...
A l'occasion de la Journée mondiale des enseignants, découvrez comment les enseignants dans le monde entier façonnent l'avenir de millions d'enfants, en particulier ceux qui en ont le...
Dans ce diaporama, découvrez les nombreux défis auxquels sont confrontés enfants et jeunes du monde entier dans leur quête d’une éducation de qualité

L'éducation au Cambodge

Le Plan stratégique d’éducation (PSE) du Cambodge pour la période 2014-2018 s’inscrit dans la « Vision 2030 » du pays, qui entend bâtir une économie durable, compétitive et harmonieuse.

Le PSE est axé sur sept grands sous-secteurs (éducation de la petite enfance, enseignement primaire, enseignement secondaire et technique, enseignement supérieur, éducation non formelle, développement des jeunes et éducation physique et sportive) et définit trois principales politiques pour parvenir aux objectifs visés :

  • Politique 1 : garantir à chacun un accès équitable aux services d’éducation
  • Politique 2 : améliorer la qualité et la pertinence des apprentissages
  • Politique 3 : assurer un encadrement et une gestion efficaces du corps enseignant à tous les niveaux.

Le PSE décrit certains des domaines prioritaires suivants :

  1. Développement de la protection et de l’éducation de la petite enfance : augmenter le taux d’inscription dans les services préscolaires communautaires et à domicile destinés aux pauvres, aux minorités ethniques et aux enfants handicapés. Porter à 80 % le taux de scolarisation des enfants de cinq ans dans les écoles maternelles en 2017-2018.
  2. Enseignement primaire et secondaire : veiller à ce que tous les enfants en âge d’aller à l’école soient scolarisés et fréquentent l’école jusqu’à la fin de l’année scolaire et du cycle d’enseignement. Planifier la construction d’établissements, en particulier pour augmenter le nombre des établissements du premier cycle du secondaire. Étendre les programmes de bourses d’études dans l’enseignement primaire et secondaire.
  3. Qualité de l’éducation et assurance-qualité : élaborer un cadre qualitatif et des outils permettant de renforcer les capacités des écoles maternelles, ainsi que des établissements primaires et secondaires, et la capacité des enseignants à se conformer au niveau de qualité requis, ce qui passe par la formation des enseignants, la fourniture de manuels scolaires, la formation des chefs d’établissement, la création de laboratoires scientifiques, l’enseignement de l’informatique et des langues étrangères ainsi que la mise en place d’ateliers pour les apprentis et la création de terrains de sport.
  4. Enseignement technique et professionnel : mettre en place un cadre national pour les qualifications afin d’améliorer la qualité de l’enseignement technique et professionnel.
  5. Qualité de l’enseignement : instaurer un programme de gestion et d’évaluation des performances des enseignants..
  6. Enseignement supérieur : procéder à une réforme globale du système d’enseignement supérieur afin de l’aligner sur les normes régionales et internationales.
  7. Système de gestion fondé sur les résultats : développer et renforcer les capacités requises pour l’instauration d’un système de planification, de budgétisation et de suivi fondé sur des données factuelles et axé sur les résultats aux échelons national et infranational.
  8. Gestion financière et financement : renforcer les capacités d’établissement et d’exécution du budget et de passation des marchés publics, décentraliser les budgets des écoles, améliorer la gestion financière et renforcer les fonctions d’audit.
  9. Alphabétisation et apprentissage tout au long de la vie : créer des programmes d’équivalences et des dispositifs pour l’alphabétisation et pour l’apprentissage tout au long de la vie.

Selon des données nationales, le Cambodge a consacré 16,3 % de son budget à l’éducation en 2014, ce qui représente 2 % de son produit intérieur brut.

Lors de la deuxième Conférence de reconstitution des ressources du GPE, le pays s’est engagé à porter ces pourcentages à respectivement 25,7 % et 3 % à l’horizon 2018. Il s’est également engagé à continuer d’étoffer le corps enseignant, les structures institutionnelles et le cadre professionnel permettant de gérer le système éducatif, et aussi à améliorer et à renforcer son système d’information sur la gestion de l’éducation.

Financements

Tous les montants sont en dollars US.

Type de financement Années Allocations Décaissements Agent partenaire
Mise en oeuvre de programme 2014-2017 38 500 000 38 500 000 BIRD
2008-2012 57 360 856 57 360 856 BIRD
Préparation d'un plan sectoriel 2016 61 945 0 UNICEF
2013 226 682 0 UNESCO
Préparation d'un programme 2016 154 325 0 UNESCO
2013 200 000 156 216 BIRD
  TOTAL 96 503 808 96 017 072  

Données

Source : Banque mondiale - Données sur l'éducation
Les données sur l'éducation sont compilées par l'Institut de statistique de l'UNESCO à partir des réponses officielles à des enquêtes et à partir de rapports fournis par les autorités de l'éducation de chaque pays.

Accès

Taux brut de scolarisation au primaire (%)

Taux d’achèvement du primaire (%)

Taux d’achèvement du 1er cycle du secondaire (%)

Taux d’enfants non scolarisés (%)

Financement domestique

Dépenses publiques pour l’éducation en % du PIB (%)

Dépenses publiques pour l’éducation en % des dépenses publiques

Dépenses publiques pour l’éducation primaire en % des dépenses publiques pour l’éducation

Enseignants

Ratio élèves/enseignants formés

Pourcentage d’enseignants formés (%)

Le GPE au Cambodge

Une enseignante et ses élèves dans une salle de classe de la Prek Eng Lower & Upper Secondary School au Cambodge. Crédit: GPE/Livia Barton

Le premier financement du GPE, de 57,4 millions de dollars, avait pour objectif d’accélérer les progrès vers une amélioration du taux d’entrée en 1ère année du primaire à l’âge normal, des taux nets de scolarisation, de rétention et de progression, ainsi que du taux d’achèvement de la 6ème année.

Le second financement, de 38,5 millions de dollars, a deux grands objectifs :

  • Élargir l'accès à l’éducation préscolaire pour les enfants de 3 à 5 ans
  • Contribuer à améliorer l’accès à l’éducation de base et la qualité de cette dernière, en particulier pour les enfants issus de milieux défavorisés.

Ces objectifs seront atteints grâce aux actions suivantes :

  • Construction d’écoles maternelles, mise en place de programmes préscolaires à domicile et à base communautaire.
  • Formation initiale intensive des formateurs nationaux à la protection et à l’éducation de la petite enfance, formation initiale et continue des enseignants et formations destinées aux mères référentes des réseaux de programmes préscolaires à domicile.
  • Campagne de communication visant à sensibiliser les parents aux bienfaits de l’éducation préscolaire et campagne d’information destinée aux femmes enceintes et aux mères d’enfants de moins de deux ans.
  • Expansion du programme national de bourses d’études dans le primaire et le premier cycle du secondaire pour les élèves pauvres et défavorisés inscrits de la 4ème à la 9ème année.
  • Aide aux élèves présentant des troubles auditifs ou visuels grâce à la formation des enseignants au dépistage des handicaps et à une extension du programme de médecine scolaire.
  • Organisation à l’échelon national de l’évaluation des compétences en lecture et en mathématiques dans les petites classes.
  • Formation continue des enseignants à l’éducation inclusive (portant sur les enfants handicapés) et des chefs d'établissement à la gestion efficace des enseignants.
  • Formation des chefs d'établissement à la planification du développement scolaire et aux systèmes d’évaluation.
  • Construction de bureaux de district pour l’éducation.
  • Formation des fonctionnaires responsables de l’éducation au niveau central, provincial et des districts, ainsi que des membres des comités villageois pour l’éducation, afin de développer et de mettre en œuvre un système de suivi unifié pour l'éducation préscolaire et l'enseignement primaire.
  • Fourniture d’une aide technique aux bureaux de district pour l’éducation, en particulier en zone rurale, afin qu’ils apportent un soutien efficace aux établissements scolaires.

L’UNESCO est l’agence de coordination pour le secteur de l’éducation au Cambodge ; le Groupe local des partenaires de l’éducation compte parmi ses membres les principaux partenaires au développement actifs dans le secteur de l’éducation.

Source : World Bank Project Appraisal Document. March 2014.

Résultats

Le premier financement du GPE a permis au Cambodge de réaliser d’importantes avancées dans l'éducation préscolaire et l'enseignement primaire. Il a contribué à tester et à introduire plusieurs mesures essentielles qui améliorent l’accès à l’éducation et la qualité de l’enseignement, lesquels figurent en bonne place dans le PSE du pays. Le volet « éducation préscolaire » a introduit de nouvelles modalités pour la prestation des services destinés aux enfants de 3-5 ans, et inscrit, pour la première fois, la protection et l’éducation de la petite enfance au titre des priorités de développement du Cambodge. Un système de bourses d'études a été élaboré, instauré et étendu dans le primaire. Grâce à une étude sur la prévalence du handicap, le financement du GPE a permis de mettre en avant l’inclusion dans le système éducatif des enfants handicapés. En outre, des éléments d'éducation inclusive ont été intégrés dans la formation initiale dispensée par tous les établissements de formation des enseignants.

Le deuxième financement du GPE a permis au Cambodge de parvenir aux résultats suivants :

  • 26 766 enseignants du primaire supplémentaires sont qualifiés grâce aux interventions du projet
  • 2 895 enseignants communautaires de la petite enfance et parents référents ont reçu une formation et du matériel pédagogique
  • 1 180 directeurs d'école ont suivi une formation en leadership
  • 5 640 enseignants ont reçu une formation sur le dépistage des handicaps
  • 121 746 enfants âgés de trois à cinq ans ont bénéficié des services d'éducation de la petite enfance
  • 128 146 élèves bénéficient de bourses d'études financées par le projet.
  • 64 % des enfants de 5 ans sont inscrits dans des districts urbains et ruraux où ils disposent de 100 nouvelles écoles maternelles officielles et 1 000 nouvelles écoles maternelles communautaires. 65,2 % de ces enfants étaient des filles en 2016, contre 53,5 % en 2013
  • 63 % des enseignants du primaire utilisent maintenant des méthodes efficaces d'évaluation de la lecture au premier degré
  • 7 provinces ont mise en oeuvre des systèmes de planification et de suivi pour la petite enfance et l'éducation primaire
  • En 2016, 56,7 % des enfants qui étaient inscrits au premier cycle du secondaire étaient des filles, contre 37,4 % en 2013
  • L'évaluation en mathématique de la première année a été mise en œuvre dans 5 provinces, et les évaluations nationales et la publication de leurs résultats ont été déployées pour les 3e, 6e et 8e années
  • Un système d'évaluation de l'apprentissage au niveau primaire a été mis en place.

Source : Rapport de mise en oeuvre de la Banque mondiale. Décembre 2016

Dernière mise à jour 05 septembre 2017