L’éducation ne peut attendre

Le Partenariat mondial pour l’éducation soutient activement Education Cannot Wait (l’éducation ne peut attendre), un fonds mondial ayant pour objectif de veiller à ce que l’éducation d'aucun enfant ou jeune ne soit délaissée en cas de crise.

Lancé au cours du Sommet mondial sur l'action humanitaire de 2016, l'éducation ne peut attendre est le premier fonds mondial à définir l'éducation comme une priorité de l'action humanitaire.

Au cours des cinq prochaines années, le fonds vise plus de 13,6 millions d'enfants et de jeunes vivant dans des situations de crise, tels que conflits, catastrophes naturelles et épidémies, afin de leur fournir une éducation de qualité. À l'horizon 2030, ce fonds espère avoir contribué aux besoins éducatifs de 75 millions d'enfants et de jeunes.

En ciblant un financement de 3,85 milliards de dollars pour les cinq prochaines années, L'éducation ne peut attendre contribue à renforcer la coordination et la prévisibilité du soutien à l'éducation, à améliorer les capacités et la responsabilisation des pays et à susciter un engagement politique afin que l'éducation soit considérée par tous comme une priorité absolue en cas de crise.

Le travail quotidien du fonds est géré par un Secrétariat intérimaire en attendant l'établissement de modalités d'organisation pérennes. Le GPE félicite l'UNICEF d'avoir endossé le rôle d'organisateur et d'administrateur provisoire du Secrétariat du fondsafin d'initier rapidement un soutien renforcé aux enfants en situations d'urgence et de crise prolongée.

Le GPE soutient le Secrétariat du fonds dans l'établissement de solides fondations, ainsi que d'un cadre opérationnel pour les années à venir. Un Groupe directeur de haut niveau est chargé de la direction stratégique et du processus global de prise de décision pour le fonds, ainsi que de l'orientation du Secrétariat et des opérations du fonds.

L’enjeu

  • Aujourd'hui, un enfant en âge d'être scolarisé sur quatre vit dans un pays touché par une crise. Près de 75 millions de ces enfants et jeunes sont déjà privés d’éducation, reçoivent une éducation de mauvaise qualité ou bien risquent le décrochage scolaire.
  • En cas de conflit ou de crise, les besoins éducatifs des enfants et des jeunes passent souvent au dernier plan, loin derrière les besoins élémentaires tels que nourriture et abri.
  • L’éducation sauve des vies, mais malgré la quantité croissante de données probantes sur les bénéfices qu’elle procure sur le plan individuel, familial et sociétal, en particulier en temps de crise, seul 2,7 % de l’aide humanitaire a été investi dans l’éducation en 2016.
  • Une importante part du soutien à l'éducation en temps de crise est fragmentée, mal coordonnée et basée sur une vision à court terme. Aucun soutien continu n’est prévu afin de veiller à ce que les enfants puissent bénéficier de manière ininterrompue d’une éducation de qualité même s’ils sont victimes de crises.

Sources

Le GPE et L’éducation ne peut attendre

Pendant plus d'un an, le GPE a œuvré en étroite collaboration avec plusieurs agences des Nations unies et d'autres partenaires mondiaux chefs de file en matière d'éducation afin de créer L'éducation ne peut attendre. Cette collaboration se poursuit pour élargir le plaidoyer et la collecte de fonds avec le soutien de tous.

L'éducation ne peut attendre vient compléter la mission du GPE, alignée sur les objectifs mondiaux visant l'éducation de tous les enfants du monde à l'horizon 2030, et renforce l'engagement pour le soutien à l'éducation dans les pays confrontés à des situations d'urgence et de crise humanitaire.

L'éducation ne peut attendre s'appuie également sur le modèle de partenariat collaboratif afin d'améliorer la coordination de la planification des interventions éducatives en cas de crise entre tous les acteurs de l'aide humanitaire et du développement.

Lire la déclaration du GPE lors du Sommet mondial sur l'aide humanitaire