Le fonds à effet multiplicateur du GPE

Le fonds à effet multiplicateur du GPE est un mécanisme de financement innovant qui fournit une incitation et les ressources financières nécessaires pour catalyser des investissements plus importants et de meilleure qualité dans le secteur de l'éducation.

Depuis 2018, le GPE a alloué plus de 350 millions de dollars US de financements à 35 pays à travers le fonds à effet multiplicateur, permettant ainsi à ces pays de mobiliser plus de 1,6 milliard de dollars US de cofinancement supplémentaire auprès de différents partenaires, des fondations aux banques multilatérales de développement.

Comment fonctionne le fonds à effet multiplicateur ?

Le fonds à effet multiplicateur du GPE est activé aux côtés d'autres sources de financement externe. Il peut être investi sous forme de don ou utilisé pour faire baisser les taux d'intérêt sur les prêts concessionnels contractés auprès de banques multilatérales de développement ou de donateurs bilatéraux par exemple.

Il peut également être utilisé avec d'autres sources non traditionnelles de financement du développement, y compris des capitaux privés.

Tous les pays éligibles au soutien du GPE peuvent accéder à un financement du fonds à effet multiplicateur dans le cadre du plan stratégique 2021-2025.

Obtenir une allocation du fonds à effet multiplicateur

Les pays intéressés peuvent obtenir des allocations en remplissant un simple formulaire de manifestation d'intérêt présentant le type et le niveau de cofinancement envisagé. Après l’examen de ce formulaire, un pays peut se voir attribuer une allocation qu’il pourra utiliser dans le cadre d’une future demande de financement.

L'obtention d'une allocation du fonds à effet multiplicateur du GPE dépend du respect de plusieurs critères, notamment la recherche d'un soutien externe nouveau et supplémentaire. Chaque dollar reçu du fonds à effet multiplicateur (à concurrence du plafond d'allocation dont peut bénéficier un pays) devrait débloquer de nouveaux financements externes dont le ratio minimal dépend du ou des partenaires de cofinancement impliqués.

Ce financement doit correspondre aux besoins du secteur de l'éducation et aux activités dont la mise en œuvre est en cours ou prévue par les autorités nationales et les partenaires internationaux.

Pour faciliter l'obtention d'une allocation et mobiliser des sources de financement nouvelles et différentes, deux nouvelles initiatives sont lancées pour la période 2021-2025 :

  • Une exigence de fonds de contrepartie plus faible. Les partenaires du secteur privé et les fondations peuvent aider à débloquer un financement du fonds à effet multiplicateur avec un ratio de 1: 1, c'est-à-dire un dollar de contribution supplémentaire pour chaque dollar obtenu du GPE. D'autres donateurs - y compris les donateurs bilatéraux et multilatéraux - doivent encore respecter le ratio de 3 dollars de ressources supplémentaires pour 1 dollar du fonds à effet multiplicateur.
  • La mise à jour des exigences. Les exigences au niveau du secteur pour accéder à ces financements sont passées de trois à quatre domaines dont l’évaluation est plus nuancée et plus spécifique au contexte :
    • l’équité, l’efficacité et le volume des financements nationaux ;
    • la planification, la politique et le suivi du secteur ;
    • les données et les preuves ;
    • la coordination sectorielle.

Le Secrétariat du GPE travaille en étroite collaboration avec les pays partenaires pour évaluer leur état d'avancement et leur ambition dans ces domaines.

Un pays peut décider, quand il accède à une allocation du fonds à effet multiplicateur, s'il évaluera également les obstacles à la transformation du système et les actions prioritaires pour y remédier avec le soutien des partenaires et du Fonds du GPE ; ou s’il basera le choix et la conception de son programme sur un autre document national de planification, tel que le plan sectoriel de l'éducation en cours, par exemple.

Allocations pour la période 2021-2025

Plafond des allocations Pays éligibles
Jusqu'à 50 millions $US Afghanistan, Angola, Bangladesh, Congo, Rép. Dém., Égypte, Rép. arabe, Éthiopie, Indie, Indonésie, Kenya, Mozambique, Myanmar, Nigéria, Ouganda, Pakistan, Philippines, Soudan, Tanzanie, Vietnam [18]
Jusqu'à 40 millions $US Algérie, Burkina Faso, Cameroun, Côte d’Ivoire, Ghana, Madagascar, Malawi, Mali, Maroc, Népal, Niger, Ouzbékistan, Sénégal, Somalie, Tchad, Ukraine, Yémen, Zambie [18]
Jusqu'à 30 millions $US Bénin, Burundi, Cambodge, Guinée, Haïti, Rwanda, Soudan du Sud, Sri Lanka, Syrie, Rép. arabe, Zimbabwe [10]
Jusqu'à 15 millions $US Bolivie, Rép. Centrafricaine, Congo, Rép., El Salvador, Honduras, Kyrgyz Rép., Lao RDP, Libéria, Mauritanie, Nicaragua, Papouasie-Nouvelle-Guinée, Sierra Leone, Tadjikistan, Togo, Tunisie, Cisjordanie et bande de Gaza [16]
Jusqu'à 5 millions $US Belize, Bhoutan, Cabo Verde, Comores, Djibouti, Dominique, Érythrée, Eswatini, Fiji, Gambie, Grenade, Guinée-Bissau, Guyana, Kiribati, Lesotho, Maldives, Îles Marshall, Micronésie, États féd., Mongolie, Moldova, Ste Lucie, St. Vincent-et-les-Grenadines, Samoa, Sao Tomé-et-Principe, Îles Salomon, Timor-Leste, Tonga, Tuvalu, Vanuatu [29]

Transition du fonds à effet multiplicateur du GPE pour la période 2018-2020

Les pays bénéficiant d’allocations du fonds à effet multiplicateur du GPE approuvées entre 2018 et 2020 peuvent finaliser leurs requêtes pour utiliser ces fonds. Les requêtes soumises par les pays jusqu’à décembre 2020 et en attente de confirmation sont en cours d'examen. Les pays seront notifiés des décisions finales dès que possible.

Ces pays et ceux ayant déjà obtenu une allocation du fonds à effet multiplicateur, devraient élaborer et soumettre des requêtes de financement pour utiliser tous les fonds obtenus à travers la manifestation d'intérêt validée d'ici fin décembre 2021.

Les pays peuvent décider si leur demande sera conforme au modèle de financement précédent (adopté en 2014 pour la période 2015-2020) ou utiliser le nouveau modèle opérationnel, qui sera mis en place pour la période 2021-2025.

Les responsables pays au niveau du Secrétariat collaboreront avec les pays partenaires pour les aider à choisir la bonne approche.