Depuis 2002, les pays partenaires du GPE ont obtenu des résultats remarquables et permis à des millions d'enfants d’être scolarisés et de bénéficier d’une éducation de qualité.

77 millions
d'enfants de plus
fréquentaient l'école primaire
en 2016 par rapport à 2002 dans les pays partenaires
76 %
d'enfants ont achevé le primaire
dans les pays partenaires en 2015 contre 63 % en 2002.
66 %
des pays partenaires
comptent autant de filles que de garçons achevant l'école primaire en 2016 contre 42 % en 2002
96 %
des plans sectoriels de l'éducation évalués
en 2016/17 répondent aux normes de qualité contre 58 % en 2014/15

Notre impact

A l'école Amadou Diagne Woré à Dakar, 80 % des élèves réussissent l'examen de fin d'études, contre 47 % seulement l'année dernière.
A l'occasion d'une réunion de haut niveau organisée ce mercredi à New York par le GPE, la communauté éducative discutera de nouvelles mesures à prendre pour que les enfants réfugiés puissent toujours...
Le Soudan a subi plusieurs conflits armés qui ont dévasté le secteur éducatif. Reconnaissant qu’un système éducatif solide peut favoriser la paix et prévenir les conflits, le gouvernement soudanais,...
La cérémonie de clôture du projet d’éducation préscolaire au Guyana a été marquée par les discours de plusieurs partenaires et les témoignages de bénéficiaires du programme.

Blog Éducation pour tous

12 octobre 2018
Le Pôle de Qualité inter-pays sur l’enseignement et l’apprentissage (PQIP-EA) de l’ADEA rassemblent les membres autour de défis communs en matière d'éducation et de formation. De quelle manière cette instance peut-elle être bénéfique pour le monde de l'éducation en Afrique ?
11 octobre 2018
A l'occasion de la Journée internationale des filles, examinons à quel point il serait transformateur que toutes les filles du monde reçoivent une éducation de qualité pendant 12 ans.
10 octobre 2018
Le 11 octobre est la Journée internationale de la fille. En Afrique, les filles sont trop souvent laissées pour compte lorsqu'il s'agit d'acquérir les compétences dont elles ont besoin pour pouvoir obtenir de bons emplois. Deux approches peuvent pourtant leur être bien bénéfiques : un programme basé sur les compétences et une formation sensible au genre.