Gambie : aller à l’école à « dos d’âne » est bénéfique aux enfants en début de scolarité

Des enfants du village de Sinchou Demben à bord d'une charrette tirée par un âne les conduisant quotidiennement à l'école la plus proche offrant des cours élémentaires de base, à environ 3 km à Sare Babou. Crédit: Aylin Elci

Des enfants du village de Sinchou Demben à bord d'une charrette tirée par un âne les conduisant quotidiennement à l'école la plus proche offrant des cours élémentaires de base, à environ 3 km à Sare Babou

Credit: Aylin Elci

Se lever à 7 heures du matin pour amener les enfants à l'école peut sembler une activité régulière pour beaucoup. Mais qu'en est-il d'amener TOUS les plus jeunes enfants de votre communauté à l'école, sur une charrette tirée par un âne ?

Chaque matin, des enfants du village de Sinchou Demben, dans le centre de la Gambie, rencontrent Malang Demto. Bâton à la main et sourire aux lèvres, il les conduit à l'école primaire la plus proche, située à environ trois kilomètres de là. M. Demto est un agriculteur qui, depuis un peu plus d'un an, a également supervisé le « bus scolaire » du village, un chariot tiré par un âne qu'il conduit jusqu'à Sare Babou.

Il faut un peu moins d'une heure pour que le char se fraye un chemin à travers les buissons avec 10 enfants à bord, et atteigne l'école à 8h00, à temps pour le début des cours du matin. La même scène se déroule dans plus de 125 villages à travers la Gambie rurale. Des enfants grimpent sur des charrettes tirées par un âne le matin au lever du soleil.

Bien que davantage d'enfants s'inscrivent dans des écoles en Gambie, près de 30 % des enfants en âge scolaire ne sont toujours pas scolarisés. Le programme de charrette à dos d’âne fait partie d’une stratégie plus large du gouvernement en matière d'éducation, qui vise à promouvoir un accès équitable et à améliorer la qualité de l'éducation.

Dans un effort concerté pour réduire les inégalités, le gouvernement a aboli les frais de scolarité et a augmenté le nombre de communautés ayant des écoles à moins de trois kilomètres, passant de 83 % en 2013 à 95 % en 2018. Plus de construction sont prévues au cours des cinq prochaines années, en vue de combler l’écart et réduire davantage la distance à deux kilomètres.

Des charrettes tirées par des ânes, qui sont installées dans des collectivités rurales, sont conçues pour transporter des enfants dans des programmes de développement de la petite enfance ainsi que des élèves de première et deuxième années (de 3 à 8 ans) pour qui ces trois kilomètres peuvent être décourageants.

L'initiative dont la communauté est à l’origine, avec le soutien des « moniteurs communautaires » qui supervisent les groupes d'écoles, aide à garantir que les enfants vont à l'école tous les jours et rassurent les parents quant au fait que leurs enfants peuvent parcourir cette longue distance.

La Banque mondiale, engagée en Gambie depuis de nombreuses années, soutient l’amélioration de la qualité de l'enseignement et de l'apprentissage et un accès équitable aux écoles grâce au Projet de résultats et de développement des résultats de l'éducation, soutenu par un financement de l'Association internationale de développement et le Partenariat mondial pour l’éducation (GPE) en 2014.

Un nouveau projet, le Programme d'appui au secteur de l'éducation, également financé par la Banque mondiale et le GPE, a été approuvé en mars. Prolonger l'initiative des charrettes à dos d’âne fait partie de l'approche.

Malang Demto croise le chemin des élèves plus âgés qui se rendent à l'école en conduisant des enfants de Sinchou Demben à l'école la plus proche, à environ 3 km de Sare Babou. Crédit photo : Aylin Elci

Malang Demto croise le chemin des élèves plus âgés qui se rendent à l'école en conduisant des enfants de Sinchou Demben à l'école la plus proche, à environ 3 km de Sare Babou.

Crédit photo : Aylin Elci

C'est un ancien secrétaire permanent, originaire d'un village rural lui-même, qui a eu l’idée de charrette à dos d'âne, alors que le gouvernement cherchait des options peu coûteuses pour faciliter les inscriptions, en particulier pour les jeunes enfants, dans le cadre de sa politique visant à mettre l'accent sur l'accès à un développement de la petite enfance de qualité. Les ânes, un moyen de transport commun en Gambie, se sont donc imposés comme choix, à la fois naturel et innovateur, et différentes communautés à travers le pays étaient enthousiastes à l'idée.

Un premier projet pilote a révélé que, si les charrettes à l’origine étaient un moyen efficace de transporter les enfants à l'école, elles étaient trop lourdes et devaient être repensées. Par conséquent, un modèle 2.0 plus léger du chariot a été lancé en 2015. Construits avec des matériaux d'origine locale, les chariots réaménagés sont plus faciles à manipuler, ont un siège pour chaque enfant et intègrent d'importantes caractéristiques de sécurité, telles qu’un portail et des poignées faciles à saisir.

À l'heure actuelle, environ 2 000 jeunes élèves des collectivités rurales du pays comptent sur environ 200 charrettes tirées par des ânes comme moyen de transport quotidien pour se rendre à l'école et en revenir. 100 charrettes à dos d’ânes supplémentaires transporteront 1 000 autres jeunes enfants dans la prochaine phase du projet.

Le coût unitaire par enfant a chuté à environ 10 cents par jour, et les chariots, conçus avec des matériaux locaux, sont faciles à réparer.

Adama Jobe du Ministère de l'éducation de base et des enseignements secondaires supervise la coordination de cette initiative et du dialogue entre les communautés et le ministère. Il visite régulièrement les écoles et explique le processus : « d'abord, nous avons planifié d’identifier les communautés dans le besoin, réalisé une consultation et élaboré des lignes directrices. Ensuite, l'argent a été mis dans les comptes des écoles, et les directeurs d'école et des comités de gestion d'école ont acheté les ânes. »

Ces comités continuent à gérer les charrettes tirées par des ânes en consultation avec les communautés locales. C'est le processus collaboratif qui a fait de l'approche une réussite.

Dans la ville de Medina Manneh, entre Banjul et la frontière nord du pays avec le Sénégal, l'école a reçu trois charrettes pour aider à transporter les enfants des villages de Fafanding et Sam Njoben, chacun situé à environ trois kilomètres.

Le dossier « Donkey Cart » du directeur, à l'école Sare Babou en Gambie centrale. Crédit photo : Aylin Elci

Le dossier « Donkey Cart » du directeur, à l'école Sare Babou en Gambie centrale.

Crédit photo : Aylin Elci

Kebba Sonko, le directeur de l'école, explique que les chariots transportent environ la moitié des enfants deux classes de développement de la petite enfance des écoles - environ 30 à 35 enfants âgés de 3 à 6 ans - tandis que l'autre moitié vit à moins d'un kilomètre à l'école. Le lien avec le plan élargi de développement de la petite enfance du gouvernement est essentiel car, non seulement les enfants qui bénéficient de programmes de développement de la petite enfance de qualité sont plus susceptibles de s'inscrire à temps mais en plus, ils affichent des niveaux plus élevés de fréquentation, d'achèvement et de réussite scolaire.

En Gambie, où 38 % des enfants ne commencent pas l'école à l'âge officiel de 7 ans, la qualité du développement de la petite enfance est non seulement importante pour ses bienfaits sur le développement mais, aussi comme un point d'entrée essentiel à l'école.

La prise en charge des charrettes tirées par des ânes est assurée par des volontaires sélectionnés par la communauté qui peuvent bénéficier de l'animal et de la charrette lorsqu'elle n'est pas utilisée dans le cadre du projet, par exemple pour transporter des marchandises.

En s'inspirant des directives du ministère, Lamin Jabarteh, un directeur d'école a développé un ensemble de règles pour gérer les charrettes. Le comité de gestion de l'école est une des principales raisons pour lesquelles ce programme fonctionne si bien car, c'est le premier point de contact entre le village de Sare Babou et l'école - et le village Kholo ou le chef.

«Dans une communauté, le travail se fait en commun. Ce n'est pas un fardeau pour nous tant que nous faisons partie de la communauté», estime Ali Balo, l'autre chauffeur de « bus » de l'école du village de Sara Adama, qui amène son fils Musa et d’autres enfants à l'école à bord de son chariot.

« L'initiative est quelque chose dont le ministère peut être fier », affirme M. Jobe, faisant allusion à son équipe enthousiaste, alors qu'il marche derrière une charrette tirée par un âne. « Les enfants veulent aller à l'école et nous les soutenons. Les charrettes tirées par des ânes ont vraiment fait la différence. »

Cette histoire a été initialement publiée sur le site Web de la Banque mondiale.

Afrique sub-saharienne: Gambie

Auteur (s)

Education Specialist, The World Bank
Alison is an education specialist in the west and central Africa region where she focuses on developing and implementing large scale lending projects in basic education, education sector support, technical and...

Derniers blogs

A l'occasion de la Journée mondiale des réfugiés ce 20 juin, nous partageons des faits qui nous rappellent l'importance de veiller à ce que tous les enfants, y compris les réfugiés, aient accès à l'...
Comment pouvons-nous intégrer l'ODD 4 dans les cycles nationaux de politique et de planification ? La promotion de mécanismes de dialogue sectoriels efficaces et l'intégration de l'ODD 4 dans l'...
Des niveaux d'apprentissage inégaux constituent une menace pour l'éducation dans le monde. Alors, quelles approches adopter pour mesurer si les enfants ont la possibilité d'avoir des chances égales d...