Données sur l'éducation

Découvrez les données clés sur l'éducation dans le monde et dans les pays partenaires du GPE, classées par thèmes.

Données mondiales sur les bénéfices de l'éducation
Données mondiales sur les opportunités ratées par manque d'éducation
Données sur les pays partenaires du GPE

COVID-19

  • 2 000 milliards : c'est le nombre d'heures d'apprentissage perdues, à l'échelle globale, du fait de la non-scolarisation des élèves en présentiel.
    Source : UNICEF
  • Fin mars 2022, 23 pays – abritant au total plus de 400 millions d'écoliers – n'avaient pas encore complètement rouvert leurs écoles, et de nombreux enfants risquaient de décrocher.
    Source : UNICEF
  • Le 1er juin 2020, le GPE a doublé son financement d'urgence COVID-19 pour atteindre 500 millions de dollars pour aider les pays à faible revenu à atténuer les effets immédiats et à long terme sur l'éducation de la pandémie.
    Source : Secrétariat du GPE
  • Plus de 80 % des 66 financements accélérées pour aider les pays à répondre à la pandémie de COVID-19 en 2020 comprenaient des initiatives ciblant les enfants handicapés pour assurer la continuité de l'apprentissage.
    Source : Secrétariat du GPE
  • Le 1er avril 2020, trois semaines seulement après que la COVID-19 ait été déclarée comme pandémie, le GPE a débloqué 250 millions de dollars pour aider les pays à faible revenu à atténuer ses effets immédiats et à long terme sur l'éducation.
    Source : Secrétariat du GPE
  • Le 25 mars 2020, le GPE a fourni 8,8 millions de dollars à l’UNICEF en vue de renforcer la réponse des systèmes éducatifs à la COVID-19 dans 87 pays à faible revenu.
    Source : Secrétariat du GPE
  • Plus de 35 millions de dollars des financements accélérés COVID-19 du GPE aux pays partenaires ont été utilisés pour aider les enseignants à s'adapter aux nouvelles méthodes d'enseignement à distance.
    Source : Secrétariat du GPE
  • À l'échelle mondiale, 72 % des pays (146 sur 204) ont inclus des enseignants dans l'un des groupes prioritaires à vacciner.
    Source: World Teachers’ Day 2021 Fact Sheet, p.1
  • Des contenus d'apprentissage à distance ont été mis à la disposition des enseignants par 58 % des pays. Cependant, ce taux varie, allant de 81 % en Europe et en Amérique du Nord à seulement 29 % en Afrique subsaharienne.
    Source: World Teachers’ Day 2021 Fact Sheet, p.7
  • À l'échelle mondiale, 40 % des pays ont formé les trois quarts ou plus de leurs enseignants aux méthodes d'enseignement à distance, et notamment à l'usage de diverses formes de TIC pour enseigner en 2020. Ce taux varie de 65 % des pays d'Amérique latine et des Caraïbes à seulement 8 % pour ceux d'Afrique subsaharienne.
    Source: World Teachers’ Day 2021 Fact Sheet, p.8
  • Les pertes d'apprentissage dues à la COVID-19 à l’échelle mondiale pourraient coûter à cette génération d'apprenants près de 21 000 milliards de dollars US de revenus à vie, ce qui dépasse de loin l'estimation initiale de 10 000 milliards de dollars US faite au début de la pandémie, et même les 17 000 milliards de dollars US estimés en 2021 (Azevedo et al. 2022).
    Source : Education Finance Watch 2022. World Bank, GEMR, UIS. p.4
  • 41 % des pays à faible revenu ont réduit leurs dépenses d'éducation après le début de la pandémie de COVID-19 en 2020, soit une baisse moyenne des dépenses de 13,5 %.
    Source : Education Finance Watch 2022. World Bank, GEMR, UIS. p.4
  • Les dépenses mondiales totales en matière d'éducation au cours des 10 dernières années avant la pandémie de COVID-19 ont augmenté de manière régulière, passant de 4 000 milliards de dollars US en 2010 à 4,9 milliards de dollars US en 2018, puis ont stagné depuis début de la pandémie.
    Source : Education Finance Watch 2022. World Bank, GEMR, UIS. p.10
  • L'aide à l'éducation pourrait être réduite de 2 milliards de dollars d'ici 2022.
    Source : Rapport mondial de l'éducation pour tous, Document d'orientation 41. P1, Juillet 2020
  • On estime que 24 millions d'apprenants pourraient ne plus jamais retourner à l’école à cause de la COVID-19, les filles, les enfants de familles pauvres et les enfants handicapés étant les plus exposés à ce risque.
    Source : UNESCO, 2022
  • 88 % des pays à faible revenu et 76 % des pays à revenu intermédiaire de la tranche inférieure ont reçu une aide pour couvrir les coûts liés à la COVID-19 dans le secteur de l'éducation (Banque mondiale, UNESCO et UNICEF, 2020).
    Source : Education finance watch 2021. P8
  • 13 millions de filles pourraient être contraintes à un mariage précoce par leurs parents aux prises avec les conséquences économiques de la pandémie de COVID-19.
    Source : Banque mondiale, 2021
  • 368,5 millions d'enfants dans 143 pays qui, en temps normal, dépendent des repas scolaires comme principale source fiable de nutrition quotidienne, en sont privés aujourd’hui et doivent désormais se tourner vers d'autres sources de nutrition.
    Source: The impact of COVID-19 on children. UN Policy Brief, April 2020, p. 9
  • 20 millions de filles supplémentaires en âge du secondaire pourraient être déscolarisées à la suite de la pandémie.
    Source : Malala Fund
  • En raison des perturbations liées à la pandémie dans les programmes de prévention, 2 millions de cas de mutilations génitales féminines, qui auraient pu être évités, pourraient survenir au cours de la prochaine décennie.
    Source : UNFPA, Avril 2020
  • Avant la pandémie, plus de 50 % des enfants à travers le monde quittaient l'école primaire sans avoir acquis les compétences de base en lecture. Aujourd'hui, on estime à 70 % le nombre d’enfants confrontés à cette dure réalité.
    Source : Banque mondiale, UNESCO et UNICEF, 2021
  • Seuls 15 pays proposent un enseignement à distance dans plus d'une langue.
    Source: The impact of COVID-19 on children. UN Policy Brief, April 2020, p. 8
  • Au plus fort des fermetures d'écoles, 1,6 milliard d'apprenants n'étaient pas scolarisés, dont 810 millions dans les pays à faible revenu.
    Source : UNESCO
  • Entre 119 et 124 millions de personnes pourraient se retrouver dans l'extrême pauvreté en raison de la pandémie.
    Source : Banque mondiale, 2021

Égalité des genres

  • Une année de scolarité de plus peut augmenter les revenus d’une femme de 10 à 20 %
    Source : World Bank, Returns to Investment in Education (2002)
  • 129,2 millions de filles dans le monde ne sont pas scolarisées (2018). Cela inclut 32,3 millions de filles en âge de fréquenter le primaire, 29,9 millions en âge de fréquenter le premier cycle du secondaire et 67 millions en âge de fréquenter le second cycle du secondaire.
    Source : UIS Fact Sheet 56, p.2, septembre 2019
  • 2 fois plus de filles sont en passe d'atteindre l'égalité des genres.
    Source : Secrétariat du GPE
  • 69 % des pays partenaires ont atteint ou presque la parité entre les sexes en matière d'achèvement du primaire.
    Source : Rapport sur les résultats 2021. P.6
  • 53 % des pays partenaires ont enregistré une amélioration notable sur l'indice d'équité depuis 2010.
    Source : Rapport sur les résultats 2021. P.6
  • Sur 5 filles non scolarisées dans l’enseignement primaire dans les pays partenaires du GPE, 4 vivent dans un pays touché par la fragilité et les conflits. Pour le premier cycle du secondaire, cette proportion est de 2 sur 3.
    Source : Rapport sur les résultats 2021. P.38

Éducation en période de crise

  • Chaque année d'éducation réduit le risque de conflit d'environ 20 %.
    Source : World Bank. Doing well out of war (Paul Collier), 1999, p. 5
  • Les enfants vivant dans des pays fragiles ou touchés par un conflit sont plus de deux fois plus susceptibles de ne pas être scolarisés comparé à ceux des pays stables. De même, chez les adolescents vivant dans un contexte de conflit, le risque de ne pas être scolarisé est supérieur de plus de deux tiers.
    Source : GEM Report, Policy Paper 21, June 2015, p.2
  • 69,4 % des enfants ont achevé l'école primaire dans les pays partenaires touchés par la fragilité et les conflits en 2020, contre 66 % en 2013.
    Source : Rapport sur les résultats 2021. p.38
  • 62 % des financements du GPE pour la mise en œuvre de programmes ont été alloués à des pays partenaires touchés par la fragilité et les conflits en 2021, contre 44 % en 2012.
    Source : Secrétariat du GPE
  • Dans les pays partenaires du GPE fragiles ou touchés par un conflit, le nombre de filles achevant leurs études pour 100 garçons, est passé de 74 à 88 pour le primaire, et de 67 à 83 pour le premier cycle du secondaire, entre 2002 et 2015.
    Source : Estimations du Secrétariat du GPE basées sur les données de l'ISU

Éducation inclusive

  • Dans 40 % des pays partenaires, les financements du GPE appuient une ou plusieurs activités relatives à l'éducation des enfants handicapés.
    Source : Secrétariat du GPE
  • Sur 35 pays ayant des financements actifs en 2018, 34 mentionnaient le handicap, les besoins spéciaux ou l'éducation inclusive dans leurs plans et analyses sectorielles de l'éducation.
    Source : Secrétariat du GPE
  • Près de 40 % des pays partenaires offrent des formations professionnelles aux enseignants sur l'éducation inclusive.
    Source : Secrétariat du GPE
  • Un tiers des pays partenaires du GPE prévoient de construire de nouvelles écoles ou de rénover des écoles existantes pour les rendre accessibles aux enfants handicapés.
    Source : Secrétariat du GPE
  • Près d'un milliard de personnes dans le monde vivent avec un handicap. Parmi elles, au moins 1 sur 10 est un enfant, et 80 % vivent dans les pays en développement.
    Source : Rapport mondial sur le handicap
  • On estime entre 93 et 150 millions le nombre d’enfants vivant avec un handicap.
    Source : Rapport mondial de suivi de l'EPT 2015, p.100
  • Le taux d'alphabétisation des adultes handicapés est de 3 %. Pour les femmes, il est encore plus faible, soit 1 %.
    Source : UNGEI. Still left behind: Pathways to inclusive education for girls with disabilities, p.12

Éducation de la petite enfance

Enseignement et apprentissage

  • On estime que 53 % des enfants âgés de 10 ans dans les pays à revenu faible ou à revenu intermédiaire sont incapables de lire et de comprendre un texte court adapté à leur âge.
    Source : Banque mondiale, 2019
  • L'ISU estime qu’en 2017, plus de 617 millions d'enfants et d'adolescents en âge de fréquenter le primaire et le premier cycle du secondaire (soit 6 sur 10) n'atteignent pas les niveaux de compétence minimum requis en lecture et en mathématiques.
    Source : UIS Fact Sheet N°48, February 2018 p.12
  • 70 % des pays partenaires disposant de données ont enregistré une amélioration des résultats d’apprentissage entre les périodes 2010–2015 et 2016–2019.
    Source : Rapport sur les résultats 2021. P. 27
  • 89 % des financements ont soutenu des systèmes d'évaluation de l'apprentissage et/ou des SIGE en 2020.
    Source : Rapport sur les résultats 2021. P. 6
  • 155,7 millions de manuels scolaires ont été distribués dans les pays partenaires grâce aux financements du GPE entre 2016 et 2020.
    Source : Rapport sur les résultats 2021. P. 92
  • La proportion de financements de mise en œuvre en appui aux systèmes d’évaluation des acquis scolaires a augmenté, passant de 67 % en 2016 à 83 % en 2020.
    Source : Rapport sur les résultats 2021. P. 7-8
  • Des financements d’un montant total de 775 millions de dollars ont été alloués à des activités conçues essentiellement pour améliorer l’apprentissage, ce qui représente 36 % des financements de mise en œuvre du GPE approuvés entre 2016 et 2020.
    Source : Rapport sur les résultats 2021. P. 27
  • 78 % des financements de mise en œuvre en cours au cours de l’exercice 2020 ont été consacrés à des activités liées aux évaluations des acquis scolaires.
    Source : Rapport sur les résultats 2021. P. 27
  • Le taux d'alphabétisation des jeunes à l'échelle mondiale est de 91 %, ce qui signifie que 102 millions de jeunes ne disposent pas des compétences de base en littératie.
    Source : Meeting commitments: are countries on track to achieve SDG 4? 201 p.9
  • On dénombre 92 femmes alphabètes pour 100 hommes alphabètes dans le monde. Dans les pays à faible revenu, ce taux est de 77 femmes pour 100 hommes alphabètes.
    Source : Meeting commitments: are countries on track to achieve SDG 4? 2019 p.9
  • En Afrique subsaharienne, seuls 64 % des enseignants du primaire et 50 % des enseignants du secondaire disposent de la formation minimale requise. Cette proportion est en baisse depuis 2000.
    Source: Meeting commitments: are countries on track to achieve SDG 4? 2019 p.9
  • Au rythme actuel, d'ici 2030, plus de la moitié des enfants d'âge scolaire n’auront pas acquis les compétences de base requises pour le niveau du secondaire, y compris les compétences clés telles que la maîtrise de la lecture et du calcul, la résolution de problèmes et la pensée critique. Les pertes d'apprentissage dues aux fermetures d'écoles liées à la COVID-19 pourraient constituer des facteurs aggravants.
    Source: Brookings, 2019
  • Plus de 80 % des 617 millions d'enfants et d'adolescents qui n'apprennent pas suffisamment pour atteindre les niveaux de compétence minimum se trouvent dans des pays à revenu faible ou intermédiaire, bien que ces pays ne représentent que 60 % de la population mondiale en âge scolaire.
    Source : UIS Fact Sheet N°48, February 2018 p.12
  • À l'échelle mondiale, deux tiers des enfants – 68 % ou 262 millions sur 387 millions - vont à l'école et atteindront la dernière année du primaire mais, n'acquerront pas les compétences minimales en lecture. Près de 60 % (137 millions) des adolescents sont scolarisés mais n'apprennent pas grand chose.
    Source : UIS Fact Sheet 46, p.10
  • 91 % des enfants en âge d'aller à l'école primaire dans les pays à faible revenu n'acquerront pas les compétences de base en lecture, 87 % les bases en mathématiques, contre respectivement 5 et 8 % dans les pays à revenu élevé.
    Source : UIS Fact Sheet 46, p.16
  • 93 % des adolescents en âge de fréquenter le secondaire dans les pays à faible revenu n'atteindront pas le niveau de compétence minimal en lecture, contre 27 % dans les pays à revenu élevé.
    Source : UIS Fact Sheet 46, p.11
  • En moyenne, les pays à revenu faible et moyen dépensent 2 % de leur PIB chaque année dans des frais liés à l'éducation qui ne mènent à aucun apprentissage.
    Source : The Learning Generation, executive summary, p. 7
  • Les femmes représentent près des deux tiers des analphabètes dans le monde (2014).
    Source : ISU

Enseignants

  • D'ici 2030, les pays devront recruter 69 millions d'enseignants pour assurer à chaque enfant l’enseignement primaire et secondaire : 24,4 millions d’enseignants dans le primaire et 44,4 millions d’enseignants dans le secondaire.
    Source : UIS factsheet #39, October 2016, p. 1
  • 67 millions d'enfants de plus dans les pays partenaires du GPE ont des enseignants qualifiés depuis 2002.
    Source : Secrétariat du GPE
  • Près de 1,6 millions d'enseignants ont été formés grâce aux financements du GPE entre les exercices 2016 et 2020
    Source : Secrétariat du GPE
  • 39 % des pays partenaires comptaient moins de 40 élèves par enseignant formé en 2020, contre 25 % en 2015.
    Source : Secrétariat du GPE
  • 95 % des financements du GPE pour la mise en œuvre de programmes, en 2020, prévoyaient un soutien aux enseignants, pour un total de 172 millions de dollars.
    Source : Secrétariat du GPE
  • Plus de 465 000 enseignants ont été formés grâce aux financements du GPE au cours de l'exercice 2019, contre 98 000 durant l’exercice 2014.
    Source : Secrétariat du GPE
  • Globalement, 83 % des enseignants du primaire et la même proportion d'enseignants du secondaire disposent des qualifications minimales requises. Dans le primaire, cette proportion varie de 98 % en Asie du Sud-Est à 67 % en Afrique subsaharienne. Dans le secondaire, elle varie de 97 % en Asie centrale à 61 % en Afrique subsaharienne.
    Source: World Teachers’ Day 2021 Fact Sheet, p.4
  • L'Afrique subsaharienne devra recruter 11,2 millions d'enseignants du primaire et du secondaire d'ici 2025 en raison de l'augmentation de la population d'âge scolaire et des remplacements des enseignants qui quittent la profession. Cet écart montera à 15 millions d'enseignants nécessaires d'ici 2030.
    Source: World Teachers’ Day 2021 Fact Sheet, p.3
  • La moyenne mondiale du ratio élève/enseignant formé pour l'enseignement primaire était de 27:1. Ce ratio varie de 56:1 en Afrique subsaharienne à 17:1 en Europe.
    Source: World Teachers’ Day 2021 Fact Sheet, p.5
  • Sur les 24,4 millions d’enseignants nécessaires pour réaliser l’enseignement primaire universel, 21 millions remplaceront ceux qui quittent le métier. Les 3,4 millions restants sont les enseignants supplémentaires nécessaires pour élargir l’accès à l’école et garantir la qualité de l’éducation en diminuant le nombre d’enfants par classe à 40 maximum.
    Source : UIS factsheet #39, October 2016, p. 1
  • Les pénuries d'enseignants sont les plus aiguës en Afrique subsaharienne, où 70 % des pays sont confrontés à des pénuries au niveau du primaire et 90 % des pays au niveau du secondaire.
    Source : ISU, 2016
  • Dans un tiers de tous les pays, moins de 75 % des enseignants ont été formés conformément aux standards nationaux, en 2013.
    Source : EFA GMR 2015, p.122
  • Dans les pays ayant plus d’enseignantes dans le primaire, la probabilité d'obtenir de meilleurs taux de scolarisation des filles dans le secondaire est plus grande. Malheureusement, dans certains pays, les femmes représentent moins de 25 % des enseignants du primaire.
    Source : UNESCO eAtlas of Teachers

Autres données par thème

  • 76 % des enfants ont achevé le primaire dans les pays partenaires du GPE.
    Source : Rapport sur les résultats 2021. P. 6
  • Depuis 2002, le nombre de filles pour 100 garçons qui achèvent le primaire est passé de 83 à 94, et celui des adolescentes qui achèvent le premier cycle du secondaire est passé de 86 à 91.
    Source : Moyennes pondérées par la population calculées par l'Institut statistique de l'UNESCO en juillet 2016 pour 61 pays partenaires en février 2016
  • 53 % des enfants ont achevé le premier cycle du secondaire dans les pays partenaires du GPE, contre 38 % en 2002.
    Source : Rapport sur les résultats 2021. P. 6
  • En 2020, 18 % des enfants des enfants en âge de fréquenter l’école primaire dans les pays partenaires n’étaient pas scolarisés contre 33 % en 2002.
    Source : Rapport sur les résultats 2021. P. 6
  • En 2020, 30,8 % des enfants en âge de fréquenter le premier cycle de l'enseignement secondaire dans les pays partenaires du GPE n'étaient pas scolarisés, contre 40 % en 2002.
    Source : Rapport sur les résultats 2021. P. 38
  • 44 % des filles et 34 % des garçons (de 10 à 19 ans) issus des familles les plus pauvres ne sont jamais allés à l’école ou ont abandonné leurs études avant d'avoir achevé l'enseignement primaire.
    Source : Calculs de l'UNICEF basés sur les données des enquêtes auprès des ménages, de l'ISU et de la Banque mondiale
  • En 2018, 258 millions d'enfants, d'adolescents et de jeunes n'étaient pas scolarisés. Ce chiffre inclut 59 millions d'enfants en âge de fréquenter le primaire, 62 millions d'adolescents en âge de fréquenter le premier cycle du secondaire et 138 millions de jeunes en âge de fréquenter le second cycle du secondaire.
    Source : Institut de Statistique de l'UNESCO, Factsheet 56, Septembre 2019
  • Après une baisse initiale dans les années 2000, le taux de non-scolarisation dans le primaire a à peine dépassé les 9 % depuis 2008 et le taux de non-scolarisation dans le premier cycle de l'enseignement secondaire est de 16 % depuis 2012.
    Source : UIS Fact Sheet N°48, February 2018 p.2
  • Sur les 63 millions d'enfants non scolarisés en âge de fréquenter le primaire, 34 millions vivent en Afrique subsaharienne, soit plus de la moitié. L'Asie du Sud enregistre le deuxième plus grand nombre d'enfants non scolarisés avec 10 millions.
    Source : UIS Fact Sheet N°48, February 2018 p. 2
  • Avec 21 % des enfants en âge de fréquenter le primaire mais non scolarisés, l'Afrique subsaharienne a le taux d'exclusion le plus élevé, suivie de l'Afrique du Nord et de l'Asie de l’ouest (11 %) et de l'Océanie (7 %).
    Source : UIS Fact Sheet N°48, February 2018 p.7-8
  • L'Afrique subsaharienne est la région où le taux d'adolescents non scolarisés est le plus élevé (37 %), suivie par l'Asie du Sud (17 %) et l'Afrique du Nord et l'Asie occidentale (14 %).
    Source : UIS Fact Sheet N°48, February 2018 p.8
  • En Afrique subsaharienne, pour 100 garçons non scolarisés dans le primaire, on enregistre 123 filles dans la même situation.
    Source : UIS Fact Sheet N°48, February 2018 p.9
  • Le taux de non-scolarisation dans le primaire est de 20 % dans les pays à faible revenu et de 3 % dans les pays à revenu élevé. Dans le premier cycle du secondaire, ce taux est de 38 % dans les pays à revenu faible et de 2 % dans les pays à revenu élevé, et dans le second cycle du secondaire, il est respectivement de 59 et 6 %.
    Source : UIS Fact Sheet N°48, February 2018 p.10
  • 41 % (4 sur 10 ou 25 millions) de tous les enfants non scolarisés mais en âge de fréquenter le primaire n'ont jamais été scolarisés et ne le seront probablement jamais si les tendances actuelles se poursuivent. Deux tiers d'entre eux sont des filles.
    Source : UIS GEM Report, Education for people and planet, p.180 (2016)
  • Les pays touchés par les conflits ne comptent que 20 % des enfants en âge de fréquenter le primaire, mais 50 % des enfants non scolarisés dans le monde.
    Source : Fixing the broken promise of education for all. Executive summary, 2015, p. 11
  • Entre 2016 et 2020, 78,5 % des financements pour la mise en œuvre de programmes approuvés étaient destinés à des pays partenaires touchés par la fragilité et les conflits, soit près de 1,7 milliard de dollars au total pour l'ensemble de ces pays.
    Source : Rapport sur les résultats 2021. P. 8
  • Entre 2004 et 2018, le GPE a déboursé 4 milliards de dollars pour soutenir le secteur de l'éducation dans les pays à faible revenu à travers plus de 300 financements.
    Source : Secrétariat du GPE
  • Depuis 2009, le GPE a versé 66,1 millions de dollars au fonds de la société civile pour l'éducation, soit 37,1 millions de dollars pour la période 2009-2015 et 29 millions de dollars pour la période 2016-2018, permettant ainsi de soutenir 62 coalitions nationales de la société civile au total.
    Source : Secrétariat du GPE
  • Le GPE a octroyé 15 financements d'une valeur totale de 31 millions de dollars en faveur du Programme d’activités mondiales et régionales en guise de soutien au financement de la recherche, au renforcement des capacités et au partage des connaissances sur l'apprentissage, au financement de l'éducation et aux enfants non scolarisés.
    Source : Secrétariat du GPE
  • 5,8 milliards de dollars ont été alloués sous forme de financements depuis 2003.
    Source : Secrétariat du GPE
  • Les financements du GPE pourraient représenter les deux tiers de la croissance de l'aide à l'éducation de base, si l’on tient compte des bénéficiaires non spécifiés entre les années 2000 et 2010.
    Source : GEMR Policy Paper 41 – July 2020 (P. 4).
  • En 2020, les contributions des bailleurs de fonds au GPE se sont élevées à 881,7 millions de dollars, soit la plus forte contribution annuelle depuis la création du GPE en 2002.
    Source : Rapport sur les résultats 2021. P. 95
  • 71 % des bailleurs de fonds du GPE ont augmenté ou maintenu leur aide publique au développement pour l'éducation.
    Source : Rapport sur les résultats 2021. P. 6
  • Seulement 20 % de l’aide à l’éducation est allouée aux pays à faible revenu, mais 70 % des financements du GPE soutiennent l’éducation des enfants dans les pays à faible revenu .
    Source : Calculs du Secrétariat du GPE
  • Le total des décaissements d'APD en faveur de l'éducation a atteint, en 2018, le montant le plus élevé jamais enregistré, soit 15,6 milliards de dollars US. Il s'agit là d'une augmentation de 9 %, soit 1,25 milliard de dollars de plus qu’en 2017.
    Source : GEMR Policy Paper 41 – July 2020 (P. 2).
  • Entre 2017 et 2018, le montant de l'aide totale a augmenté de 6 % dans l'enseignement de base, 7 % dans l'enseignement secondaire et de 12 % dans l'enseignement supérieur.
    Source : GEMR Policy Paper 41 – July 2020 (P. 2).
  • L'aide à l'éducation a augmenté de 21 % au cours des 10 dernières années.
    Source : Education finance watch 2021. P10.
  • Depuis 2014, l'aide à l'éducation a augmenté de 30 % pour atteindre son niveau le plus élevé jamais enregistré de 15,9 milliards de dollars en 2019.
    Source : Education finance watch 2021. P11.
  • Depuis 2015, l'aide à l'éducation de base dans les pays à faible revenu a augmenté et atteint 1,6 milliard de dollars en 2019.
    Source : Education finance watch 2021. P11.
  • Le montant de l'aide à l'éducation de base a atteint 6,5 milliards de dollars US en 2018, soit le montant le plus élevé jamais enregistré. La part allouée à l'enseignement primaire représente environ 90 % de cette somme. Le reste se composait de petites parts en faveur de l'éducation de la petite enfance, les programmes pour le développement de compétences pratiques et les programmes d'alimentation scolaire.
    Source : GEMR Policy Paper 41 – July 2020 (P. 4).
  • Les pays à faible revenu ont reçu 31 % de l'aide totale à l'éducation de base, une forte augmentation par rapport à 2015 où cette part n'était que de 23 %. Les pays à revenu intermédiaire de la tranche inférieure ont vu leur part passer de 46 à 33 % au cours de cette période, ce qui équivaut à une baisse de 0,3 milliard de dollars US.
    Source : GEMR Policy Paper 41 – July 2020 (P. 4).
  • Une part importante de l'augmentation de l'aide à l'éducation de base en 2018 est attribuée à deux pays, l'Arabie saoudite et les Émirats arabes unis qui, ensemble, ont donné 627 millions de dollars en 2018.
    Source : GEMR Policy Paper 41 – July 2020 (P. 4).
  • Les contributions des États-Unis, de la Banque mondiale, du Royaume-Uni et de l'Union européenne ont représenté ensemble plus de 50 % de l'aide totale à l'éducation de base entre 2016 et 2018.
    Source : GEMR Policy Paper 41 – July 2020 (P. 5).
  • L'aide à l'enseignement post-secondaire a atteint 6,1 milliards de dollars en 2018, soit la somme la plus élevée jamais enregistrée.
    Source : GEMR Policy Paper 41 – July 2020 (P. 7).
  • La part de l’aide humanitaire allouée à l’éducation a été multipliée par trois, passant de 1 % en 2014 à 3 % en 2019 et quintuplé en 5 ans.
    Source : GEMR Policy Paper 41 – July 2020 (P. 9).
  • Dans les pays à faible revenu, les dépenses liées à l'éducation sont passées de 3,48 % du PIB en moyenne en 2000 à 3,82 % du PIB en 2015. Dans les pays à revenu intermédiaire de la tranche inférieure, cette moyenne est passée de 4 % à 4,64 % du PIB sur la même période.
    Source : Addressing the learning crisis: An urgent need to better finance education for the poorest children, UNICEF, January 2020, p.2
  • Dans l'ensemble, l'aide directe à l'éducation a stagné en 2020 et a chuté de 359 millions de dollars US dans le cas des donateurs bilatéraux.
    Source : Education Finance Watch 2022. World Bank, GEMR, UIS. p.3
  • La part de l'éducation dans l'aide totale (hors aide consacrée à l'appui budgétaire global) est passée de 11,7 % en 2010 à 9,7 % en 2020.
    Source : Education Finance Watch 2022. World Bank, GEMR, UIS. p.13
  • Dans les pays à faible revenu, l'aide à l'éducation représente 18 % des dépenses totales d'éducation, tandis que dans les pays à revenu intermédiaire de la tranche inférieure, elle représente 2 % seulement.
    Source : Education finance watch 2021. P.4
  • La part de l’aide allouée à l'éducation de base et à l’enseignement secondaire est de 6,3 % (figure 3a). Si cette part était de 10 % et que tous les pays du CAD plus certains pays donateurs non-membres du CAD (Brésil, Chine, Inde, Koweït, Qatar, Fédération de Russie, Arabie saoudite, Afrique du Sud et Émirats arabes unis) consacraient 0,7 % de leur RNB à l'APD, le déficit de financement de l'éducation serait alors comblé.
    Source : GEMR Policy Paper 41 – July 2020 (P. 3).
  • L'éducation est de moins en moins une priorité pour les donateurs depuis 2010 et n'a toujours pas encore retrouvé ses niveaux d’avant.
    Source : GEMR Policy Paper 41 – July 2020 (P. 4).
  • Les 10 principaux donateurs bilatéraux du secteur de l'éducation ont contribué à hauteur de 85 % de l'aide totale à l'éducation au cours des 10 dernières années. La récession à laquelle sont confrontées leurs économies (suite à la crise de la COVID-19) devrait être plus de deux fois plus importante qu'elle ne l'était pendant la grande crise financière.
    Source : GEMR Policy Paper 41 – July 2020 (P. 10).
  • Le PIB du Royaume-Uni, par exemple, devrait baisser de 10,2 % en 2020, ce qui pourrait entraîner une baisse de 100 millions de dollars de son aide totale à l’éducation.
    Source : GEMR Policy Paper 41 – July 2020 (P. 10).
  • Une analyse des crises antérieures à la crise financière de 2007–2008 a estimé que les niveaux d'aide étaient de 18 % inférieurs 5 ans après, et de 28 % inférieurs 12 ans après le début d'une crise à ce qu'ils auraient été dans le cas contraire.
    Source : GEMR Policy Paper 41 – July 2020 (P. 11).
  • Prédiction : En 2019, le montant de l'aide à l'éducation aura augmenté au même rythme que sur la période 2012-2018. En 2020, il stagnera, même si les besoins sont plus importants, la probabilité pour les donateurs d’effectuer de telles dépenses peuvent être affaiblies. Il baissera de 12 % en 2020-2022, plus qu'au lendemain de la grande crise financière de 2010-2022. Enfin, à partir de 2023, il reprendra sa croissance au rythme moyen de 2012-2018.
    Source : GEMR Policy Paper 41 – July 2020 (P. 11).
  • La mobilité des étudiants à l’échelle internationale, qui compte pour 3,1 milliards de dollars d'aide totale à l'éducation, sera réduite.
    Source : GEMR Policy Paper 41 – July 2020 (P. 12).
  • On note un déficit de financement extérieur annuel de 39 milliards de dollars pour assurer à tous les enfants une éducation préscolaire, primaire et secondaire de qualité d'ici 2030.
    Source : GEM Report Policy Paper 18, July 2015, p.1
  • Moins du quart de l'aide à l'éducation de base (22 %) a été allouée aux pays à faible revenu en 2016, contre 36 % en 2002.
    Source : GEM Report Policy Paper 36, May 2018, p.5
  • Les pays à faible revenu ont reçu 19 % de l'aide totale à l'éducation et 23 % de l'aide à l'éducation de base en 2015.
    Source : GEM Report, Policy Paper 31, p.4
  • 68 % des pays partenaires ont augmenté la part des dépenses publiques consacrées à l’éducation ou l’ont maintenue à 20 % au moins de ces dépenses.
    Source : Rapport sur les résultats 2021. P.6
  • Les dépenses publiques par habitant consacrées à l'éducation étaient en moyenne près de 150 fois plus élevées dans les pays à revenu élevé que dans les pays à faible revenu.
    Source : Education Finance Watch 2022. World Bank, GEMR, UIS. p.3
  • Plus des trois quarts (76 %) des dépenses en éducation dans le monde proviennent des gouvernements, et les ménages ont contribué à hauteur d’un peu moins d'un quart en 2020. Cependant, dans les pays à faible revenu, cette part était de 35 %. En comparaison, les ménages des pays à revenu élevé ont contribué à hauteur de 16 % aux dépenses totales de l'éducation.
    Source : Education Finance Watch 2022. World Bank, GEMR, UIS. p.3
  • Entre 2010-2011 et 2018-2019, les dépenses publiques d'éducation en pourcentage du PIB sont restées à 4,3 % dans les pays à revenu intermédiaire de la tranche inférieure, et sont passées de 3,2 à 3,5 % dans les pays à faible revenu.
    Source : Education finance watch 2021. P4
  • Dans les pays à revenu faible et à revenu intermédiaire, les dépenses d'éducation ont augmenté de 5,9 % par an, entre 2009 et 2019.
    Source : Education finance watch 2021. P3
  • La contribution des ménages, des gouvernements et de l'aide au développement aux dépenses d'éducation dans le monde est restée relativement constante au fil du temps, les gouvernements contribuant à hauteur d’environ 82 %, les ménages à hauteur de 17 % et l'aide au développement à hauteur de moins de 1 %.
    Source : Education finance watch 2021. P3
  • Les dépenses d'éducation dans les pays à revenu faible ou à revenu intermédiaire de la tranche inférieure devraient passer de 3,5 à 6,3 % du PIB entre 2012 et 2030, si l’on souhaite réaliser la promesse d’un enseignement pré-primaire, primaire et secondaire universel.
    Source : Education finance watch 2021. P5
  • Les dépenses publiques pour l’éducation de 40 % des pays à revenu faible et à revenu intermédiaire de la tranche inférieure restent en dessous des références internationales en la matière.
    Source : Education Finance Watch 2022. World Bank, GEMR, UIS. p.7
  • Les ménages des pays à revenu faible et à revenu intermédiaire de la tranche inférieure continuent de supporter une part importante des coûts de l'éducation, soit 39 % des dépenses totales d'éducation contre 16 % dans les pays à revenu élevé.
    Source : Education Finance Watch 2022. World Bank, GEMR, UIS. p.3
  • En 2018-2019, les pays à faible revenu ont dépensé environ 48 dollars US par enfant d'âge scolaire, contre 8 501 dollars US dans les pays à revenu élevé.
    Source : Education finance watch 2021. P5
  • Dans les pays à faible revenu, le fossé séparant les taux d'achèvement du primaire entre les enfants issus des ménages les plus riches et ceux issus des ménages les plus pauvres dépasse 30 points de pourcentage.
    Source : La génération d’apprenants. Résumé exécutif. p.10
  • En moyenne, dans les pays à faible revenu, 46 % des ressources ont été allouées aux 10 % d'élèves affichant les niveaux d’éducation les plus élevés. Dans les pays de la tranche inférieure des pays à revenu intermédiaire, ce pourcentage était de 26 %.
    Source : United Nations Children’s Fund, The Investment Case for Education and Equity, UNICEF, New York, January 2015, p. 59
  • Dans les pays pauvres disposant de données, les enfants en âge de fréquenter le primaire issus des 20 % des ménages les plus riches, ont 4 fois plus de chance d’être scolarisés dans des niveaux appropriés que les enfants issus des 20 % des ménages les plus pauvres, en moyenne.
    Source : The Learning Generation, p. 41
  • Les jeunes issus des 20 % des ménages les plus pauvres sont presque 6 fois plus susceptibles d'être incapables de lire que ceux issus des 20 % des ménages les plus riches.
    Source : GEM Report, Policy Paper 20, p. 7
  • Dans les pays où les inégalités scolaires sont 2 fois plus importantes, la probabilité d'éclatement d'un conflit fait plus que doubler.
    Source : The Learning Generation, p. 14
  • En 2016, 77 millions d'enfants de plus étaient scolarisés dans les pays partenaires du GPE, par rapport à 2002.
    Source : Calculs du Secrétariat du GPE. Différence dans le nombre d'enfants scolarisés entre 2002 et 2016. Données de l'ISU.
  • 24 millions d'enfants de plus, dont 13 millions de filles, étaient inscrits au premier cycle du secondaire en 2014 par rapport à 2002.
    Source : Calculs du GPE sur la base des données de l’ISU
Dernière mise à jour : 10 juillet 2022