Reconstitution des ressources financières

La 3ème reconstitution des ressources du GPE pour 2018-2020 vise à obtenir suffisamment d’engagements dans l’éducation de la part des pays partenaires et des bailleurs de fonds actuels et nouveaux, afin de permettre la scolarisation et l'apprentissage de tous les enfants et les jeunes.

La 3ème campagne de reconstitution des ressources du GPE est l’occasion de lever les fonds nécessaires à la mise en œuvre du GPE 2020, le plan stratégique du partenariat, et d’augmenter le financement mondial de l’éducation pour parvenir à la réalisation de l'ODD 4.

Lancé en 2016, le Rapport de la Commission de l’éducation a donné l’élan pour un programme plus ambitieux en matière d’éducation. Durant l'année 2017, le solide soutien de la société civile et l’influence des ambassadeurs de l’éducation se sont avérés décisifs pour le secteur, la conférence de financement du GPE étant l’occasion de produire des résultats significatifs.

Lors de l'Assemblée générale des Nations unies au mois de septembre 2017, des leaders mondiaux se sont rassemblés pour la réunion Financer le futur : éducation 2030, durant laquelle ils se sont engagés à soutenir l'éducation, et en particulier la conférence de financement du GPE. Les présidents sénégalais et français ont annoncé qu'ils co-présideraient la conférence à Dakar en février 2018.

Plusieurs réformes, notamment un plan stratégique, une politique sur l’égalité des sexes et un nouveau cadre de résultats, placent le GPE de manière idéale pour capitaliser sur cet élan.

Ressources pour les médias sur la reconstitution des ressources du GPE

Zoom sur...

Extraits des allocutions importantes lors de la réunion «Financer l'avenir: éducation 2030» qui a eu lieu le 20 septembre 2017 à l'ONU en marge de la 72ème Assemblée générale.
Le Partenariat mondial pour l’éducation (GPE) se réjouit du parrainage conjoint par les gouvernements du Sénégal et de la France de sa Conférence de financement, qui aura lieu le 2 février 2018 à...
Plus que jamais, l'éducation est cruciale pour façonner l'avenir que nous voulons. L'avenir que nous espérons. L'avenir que nous méritons. Rejoignez la campagne #BatirLavenir du...

Le plaidoyer pour l'investissement

Plaidoyer pour l'investissement pour 2020

La reconstitution des ressources du GPE marque le début d'une nouvelle ère pour le financement de l'éducation, afin de renverser la tendance du déclin de l'aide au secteur. Cette campagne présente l'opportunité de tenir les promesses, non seulement envers les enfants des pays en développement, mais aussi pour la sécurité et la prospérité du monde entier.

L'objectif du GPE est d'atteindre 2 milliards de dollars par an d'ici 2020. L'ambition du GPE nécessitera un doublement de ce montant à 4 milliards par an d'ici 2030.

Pour sa campagne de financement, le GPE recherche des contributions d'un montant de 3,1 milliards de dollars entre 2018 et 2020 pour atteindre les objectifs du plan stratégique GPE 2020.

Le GPE veut également débloquer plus de 900 millions de dollars par le biais d'un nouveau fonds à effet multiplicateur, qui incitera les pays à trouver des financements supplémentaires de la part d'autres bailleurs, générant ainsi 3 dollars pour chaque dollar apporté par le GPE.

Explorez la version en ligne du plaidoyer pour l'investissement

Télécharger le PDF (5MB)

Les objectifs de la reconstitution des ressources du GPE

La campagne de reconstitution vise à garantir des ressources suffisantes pour mettre en œuvre le GPE 2020, notamment les ressources et financements intérieurs destinés au Fonds du GPE.

Les objectifs de la campagne de reconstitution sont :

  • Augmenter les ressources intérieures pour l’éducation dans les pays en développement, pour qu'elles atteignents au moins 20 % du budget national
  • Augmenter les ressources extérieures pour permettre au GPE de mieux soutenir les pays en développement partenaires
  • Diversifier les contributions en attirant de nouveaux bailleurs souverains, en augmentant la contribution des bailleurs existants et en attirant de nouveaux bailleurs issus des fondations et secteur privés.

La campagne de reconstitution des ressources collabore avec des ambassadeurs, notamment les commissaires de la Commission de l'éducation et les leaders de la société civile, et veille à ce que la valeur de l’investissement dans l’éducation soit soulignée dans les principaux forums publics politiques. La campagne culminera avec la conférence de financement le 2 février 2018 à Dakar, présidées par le Sénégal et la France.

Résultats attendus

Une classe de 1e année. Cameroun. Credit: GPE/Stephan Bachenheimer

Une classe de 1e année. Cameroun

Crédit: GPE/Stephan Bachenheimer

Avec 3,1 milliards de dollars de financement, le soutien du Partenariat mondial pour l'éducation aux pays en dévelopement pourra atteindre les résultats suivants :

  • 19 millions d’enfants supplémentaires achèveront le cycle primaire, dont 9,4 millions de filles et plus de 10,8 millions d’enfants vivant dans des pays touchés par la fragilité ou les conflits
  • 6,6 millions d’enfants supplémentaires achèveront le premier cycle du secondaire, dont 3,9 millions de filles et 3,9 millions d’enfants vivant dans des pays touchés par la fragilité ou les conflits
  • formation de 1,7 million d’enseignants
  • construction de 23 800 salles de classe
  • distribution de 204 millions de manuels scolaires.

 

Des élèves dans une école primaire au Cameroun.

Crédit: GPE/Stephan Bachenheimer

Les précédentes campagnes de reconstitution des ressources

La 1ère campagne de reconstitution des ressources couvrait la période 2011- 2014 et a généré l’annonce de contributions de la part de 60 partenaires. Près de 2 milliards de dollars ont été contribués au Fonds du GPE au cours de cette période.

La 2ème reconstitution des ressources couvrait la période 2015 - 2018 et a introduit un nouveau modèle financier et opérationnel. Au cours de cette reconstitution, les partenaires donateurs ont annoncé 2,1 milliards de dollars de contributions et les pays en développement partenaires se sont quant à eux engagés à fournir 26 milliards de dollars supplémentaires.