Déclaration des dirigeants - Financer le futur : Education 2030

|
Logos of Norway, France, Senegal, Malawi

Déclaration des dirigeants faite à l'occasion de la réunion "Financer le Futur: Education 2030", qui s'est tenue le 20 septembre 2017 à l'Assemblée générale des Nations unies.

Le monde est confronté à une crise alarmante de l’éducation. Sans action immédiate, plus de la moitié de la génération de jeunes à venir - 825 millions des 1,6 milliard de jeunes en 2030 - sera laissée pour compte, sans aucune chance, en particulier les plus démunis et les plus marginalises. Le manque grandissant de compétences entravera la croissance économique, avec de lourdes conséquences. Aujourd'hui, 30 millions d'enfants sont déplacés, dont 10 millions réfugiés, et seulement la moitié d'entre eux vont à l'école régulièrement.

L'éducation est un droit humain universel et fondamental, tel qu'énoncé dans la Déclaration universelle des droits de l'homme de 1948. L'éducation est au centre de l'Agenda 2030 pour le développement durable. L'objectif 4 du développement durable engage la communauté mondiale à « Assurer l'accès de tous à une   éducation de qualité, sur un pied d'égalité, et promouvoir les possibilités d'apprentissage tout au long de la vie.

Dans un contexte de plus en plus mondialisé, nous devons agir de manière décisive pour investir davantage dans l’éducation, en offrant à tous les enfants et les jeunes les mêmes chances de prospérer. Nous nous engageons à développer des systèmes éducatifs plus inclusifs, plus réactifs et plus résilients afin de répondre aux besoins de chaque enfant. Nous observons avec inquiétude qu'une grande partie de la population non scolarisée dans le monde vit dans des zones touchées par les conflits. Nous sommes conscients qu'il faut libérer le potentiel des groupes les plus marginalisés et exclus, en particulier les millions de filles qui se voient actuellement refuser une éducation. Nous nous engageons à promouvoir l'égalité des sexes et à lutter contre la violence en milieu scolaire.

Le financement national est primordial et il doit être accru. L'aide publique au développement est également nécessaire et elle doit aussi être accrue et affectée de manière beaucoup plus efficace.

Afin de réaliser l'ODD 4, nous appelons tous les partenaires à s'engager dans une approche alignée et globale du financement international en soutenant pleinement la reconstitution des ressources du Partenariat mondial pour l'éducation, en octroyant des financements pour les situations d'urgence par l'intermédiaire du fonds L'Education ne peut attendre, et en saluant la proposition du Secrétaire général de l'ONU relative au Mécanisme de financement international pour l'éducation.

Ne pas investir dans l'éducation a des répercussions profondes. Alors que nous nous engageons à investir davantage dans l’éducation, nous reconnaissons également la nécessité de veiller à ce que tous les financements en faveur de l'éducation soient utilisés de manière plus efficace et efficiente.

264 millions d'enfants ne sont pas scolarisés aujourd'hui. Derrière chaque statistique se trouve une fille ou un garçon plein de potentiel. Les priver de cette chance et de leurs droits n'est pas acceptable au 21ème siècle. Nous savons ce qui doit être fait, et nous devons saisir l'opportunité de combler le déficit de financement. Nous sommes déterminés à accélérer et à mesurer nos efforts pour que chaque enfant puisse aller à l'école et recevoir une éducation de qualité, ainsi qu'à atteindre les objectifs de développement durable d'ici 2030.

Financement, ODD 4

Dernières actualités

Des élèves de l'école pour filles d'Amrighebe au Tchad. Crédit: PME/Carine Durand
27 août 2019
Le Partenariat mondial pour l'éducation et l’Initiative des Nations Unies sur l'éducation des filles (UNGEI) se félicitent de ce que le G7 ait mis l’accent sur l’éducation des filles et l’égalité...
Djibril Ndiaye Diouf à la réunion des points focaux des pays partenaires en décembre 2018 au Bénin. Crédit : GPE/Chantal Rigaud
23 août 2019
Le secrétariat du PME et toute la famille des partenaires du PME déplorent le décès d'un cher ami et collègue, le nommé Djibril Ndiaye Diouf, décédé le 22 août 2019.
Une élève de CE 2 souriant à la caméra son livre de lecture ouvert devant elle. École de Felege Abay à Bahar Dar en Éthiopie. Crédit: PME/Kelley Lynch
16 août 2019
Géré par Oxfam IBIS et doté d'une enveloppe de 55,5 millions de dollars du PME, "L'Education à voix haute" est le plus grand fonds au monde destiné exclusivement à appuyer les organisations de la...