Les filles ne doivent pas être laissées de côté à l’heure où les écoles secondaires rouvrent en Afghanistan
|
Une élève au tableau dans une école en Afghanistan. 2014. GPE/Jawad Jalali

Déclaration d'Alice Albright, Directrice générale du Partenariat mondial pour l'éducation

À l'heure où les établissements d'enseignement secondaire rouvrent à travers l'Afghanistan, le Partenariat mondial pour l'éducation (GPE) reste profondément préoccupé par le fait que les filles pourraient ne pas être en mesure de retourner dans les salles de classe.

Aucune fille, y compris celles du secondaire, ne doit être exclue de l'école ou retardée dans la reprise de ses études. Le droit à une éducation de qualité pour tous les enfants en Afghanistan – en particulier les filles – doit être sauvegardé.

L'Afghanistan a fait des progrès significatifs en matière de scolarisation, multipliant par neuf le nombre d'enfants scolarisés au cours des 20 dernières années. Les filles représente un nombre sans cesse croissant de ces nouveaux élèves.

Depuis 2011, le GPE a investi plus de 200 millions de dollars pour aider à créer de nouvelles écoles, former des enseignants et augmenter les taux d'inscriptions.

Ces acquis essentiels doivent être protégés. Offrir à toutes les filles et tous les garçons une chance égale d'apprendre est essentiel pour construire un avenir stable pour l'Afghanistan.

Une élève au tableau dans une école en Afghanistan. 2014. GPE/Jawad Jalali
Asie du Sud: Afghanistan

Dernières actualités