Le G7 affirme son soutien au GPE pour la promotion de l'éducation des filles
|
Une jeune fille entrain d'écrire dans son cahier à l'école St. Anthony au Guyana, en septembre 2018. Crédit : GPE/Carolina Valenzuela
Une jeune fille entrain d'écrire dans son cahier à l'école St. Anthony au Guyana, en septembre 2018.
Crédit : GPE/Carolina Valenzuela

À l'issue de leur réunion qui s'est tenue à Londres du 3 au 5 mai, les ministres des Affaires étrangères et du Développement des pays du G7 ont publié un communiqué dans lequel le soutien à l'éducation des filles figure en bonne place comme action clé pour promouvoir l'égalité des genres et réduire la pauvreté, et pour assurer une reprise durable suite aux effets de la pandémie de COVID-19.

Le G7 a défini deux nouveaux objectifs mondiaux pour améliorer l’éducation des filles à savoir :

  • 40 millions de filles de plus doivent être scolarisées d'ici 2026 dans les pays à revenu faible et à revenu intermédiaire de la tranche inférieure ;
  • 20 millions de filles supplémentaires doivent être capables de lire à l'âge de 10 ans ou à la fin de l'école primaire dans les pays à revenu faible ou à revenu intermédiaire de la tranche inférieure, d'ici 2026.

Pour atteindre ces objectifs, les ministres du G7 se sont engagés à mobiliser « des ressources financières et techniques, notamment par le biais du Partenariat mondial pour l'éducation, et à travailler avec les gouvernements nationaux pour protéger les dépenses nationales consacrées à l'éducation ».

La Directrice générale du GPE, Alice Albright, a par ailleurs pris part à cette réunion interministérielle sur l’éducation des filles le 5 mai.

Lire le communiqué dans son intégralité

Une jeune fille entrain d'écrire dans son cahier à l'école St. Anthony au Guyana, en septembre 2018. Crédit : GPE/Carolina Valenzuela
Une jeune fille entrain d'écrire dans son cahier à l'école St. Anthony au Guyana, en septembre 2018.
Crédit : GPE/Carolina Valenzuela

Dernières actualités