Message de fin d'année 2021 d'Alice Albright, Directrice générale du GPE
|
Alice Albright, Directrice générale du Partenariat mondial pour l'éducation. Crédit : GPE/Grant Ellis
Alice Albright, Directrice générale du Partenariat mondial pour l'éducation.
Credit:
GPE/Grant Ellis

À l'heure où je passe en revue cette année, la COVID-19 continue d'affecter les pays à travers le monde, provoquant d'énormes perturbations dans nos vies, y compris dans les systèmes éducatifs. Les pertes d'apprentissage causées par la pandémie sont stupéfiantes. Les impacts économiques de la pandémie aggravent les inégalités et s'ajoutent aux impacts du changement climatique et des conflits, le tout exacerbant la crise mondiale de l'éducation et empêchant des millions d'enfants d'aller à l'école.

Malgré ces défis, ou plutôt à cause d'eux, le Partenariat mondial pour l'éducation (GPE) est resté fort et constant dans ses efforts pour assurer une éducation de qualité pour chaque fille et chaque garçon. Tout au long de l'année 2021, nous sommes restés résolus à soutenir l'éducation des enfants les plus à risque d'être laissés de côté, notamment les filles, les enfants issus de ménages pauvres, les enfants déplacés et les personnes handicapées.

Cette année, le GPE a octroyé divers financements d'un montant total de 740 millions de dollars à plus de 30 pays pour aider à assurer la continuité de l'apprentissage des enfants les plus marginalisés, renforcer les systèmes éducatifs, faire face aux impacts de la COVID-19 et renforcer leur résilience aux crises futures.

Nous avons également commencé à déployer le nouveau modèle opérationnel du GPE déjà bien avancé dans 17 pays, dont six pays pilotes. À ce rythme, nous pensons que 2022 sera une autre année record pour le GPE en termes de financements.

Le Sommet mondial sur l'éducation de juillet a également été un moment fort cette année. Co-présidé par Boris Johnson, le Premier ministre du Royaume-Uni et S.E. Uhuru Kenyatta, le président de la République du Kenya, le Sommet a permis d'obtenir des engagements records de financements internationaux, nationaux et privés en faveur de l'éducation. Les donateurs ont fait des promesses de financements du GPE d'un montant total de 4 milliards de dollars, nous plaçant ainsi sur la bonne voie pour atteindre notre objectif de lever au moins 5 milliards de dollars au cours des cinq prochaines années pour aider à transformer l'éducation dans jusqu'à 90 pays et territoires.

Le Sommet a également permis de mobiliser plus d'un milliard de dollars de la part des partenaires dans une approche de cofinancement innovante pour transformer l'éducation des enfants les plus vulnérables, le monde des affaires et les fondations privées s'étant engagés collectivement à verser plus de 100 millions de dollars au fonds du GPE lors du sommet. Ce montant constitue à ce jour la plus grande contribution de ces communautés dans l'histoire du GPE.

Le Sommet était le point culminant de la campagne « Lève la main ». Durant la campagne, des champions de l'éducation dont Michelle Obama, Malala Yousafzai, la star du football Didier Drogba, la secrétaire générale adjointe de l'ONU Amina Mohamed, le médaillé d'or olympique Eliud Kipchoge et le mannequin Naomi Campbell se sont joints aux leaders politiques, aux défenseurs de la jeunesse, aux organisations de la société civile et bien d'autres et ont levé la main pour l'éducation.

Je remercie nos partenaires, donateurs, défenseurs de l'éducation et jeunes leaders, qui ont contribué à faire de la campagne et du Sommet qui a suivi un succès, redonnant ainsi de l'espoir à des millions d'enfants et de jeunes à travers le monde. Leur éducation a été affectée par la pandémie. La campagne et le Sommet ont été une étape cruciale pour placer l'éducation au cœur de notre réponse et de nos mécanismes de remise sur pied.

Pour superviser la mise en œuvre des engagements pris lors du Sommet et faire avancer le GPE 2025, le plan stratégique du GPE pour la période 2021-2025, nous avons accueilli au mois de septembre, un nouveau président du Conseil, S.E. Jakaya Kikwete, ancien président de la République-Unie de Tanzanie, et une nouvelle vice-présidente, la Dr. Susan Liautaud, présidente du Conseil d'administration de la London School of Economics and Political Science et présidente du conseil consultatif du Freeman Spogli Institute for International Studies à Stanford. Leur leadership sera essentiel pour mener à bien la mission ambitieuse du GPE de permettre que chaque garçon et chaque fille puisse bénéficier d'un apprentissage de qualité.

L'égalité des genres et l'éducation des filles font partie de l'ADN du GPE. Durant l'année, le GPE a mis un point d'honneur à faire progresser l'éducation des filles lors des grands rendez-vous politiques internationaux tels que le Forum Génération Égalité, le Sommet du G7, le Sommet de l'Union africaine, le 3e Sommet des filles africaines et d'autres événements axés sur le genre. J'ai également eu le privilège de faire partie du Conseil consultatif pour l'égalité des genres de la présidence du G7 2021 (GEAC).

L'une des principales recommandations du GEAC au G7 sur l'égalité des genres est de faire progresser l'éducation des filles, notamment par le biais d'un GPE entièrement financé. Les recommandations du GEAC sur l'éducation des filles sont reflétées dans la Déclaration du G7 sur l'éducation des filles ainsi que dans le Communiqué du G7 qui s'est engagé à verser 2,75 milliards de dollars au fonds du GPE pour nous aider à transformer les systèmes éducatifs.

Notre Rapport sur les résultats 2021 a montré que l'accès des filles à l'éducation dans les pays partenaires du GPE a bien évolué. Cependant, à l'échelle mondiale, les filles restent toujours désavantagées en matière d'accès à une éducation de qualité. Cela nous a été rappelé d'une manière brutale lorsque les filles ont été interdites d'aller à l'école en Afghanistan.

Néanmoins, je suis motivée par la détermination dont font preuve les familles et les communautés pour ramener les filles dans les écoles. Le GPE continue de plaider en faveur du droit des filles à l'éducation et de rassembler des partenaires pour empêcher l'effondrement du système éducatif afghan.

Reconnaissant l'impact significatif de la crise climatique sur les systèmes éducatifs et le bien-être des enfants, en novembre de cette année, le GPE a participé pour la première fois à la Conférence des Nations Unies sur le climat (COP26), contribuant ainsi à rappeler l'importance d'une éducation transformatrice sensible au genre comme essentielle pour faire face à la crise climatique, renforcer la résilience des communautés et faire avancer les efforts d'atténuation des effets du changement climatique sur celles-ci.

En décembre, le GPE a participé au sommet RewireED organisé par les Émirats arabes unis et Dubai Cares. Durant le Sommet, le GPE et le Groupe de coordination arabe - un regroupement d'institutions arabes de développement financier - ont lancé l'Initiative de financement intelligent de l'éducation, qui permettra de générer un demi-milliard de dollars de financements innovants en faveur de l'éducation au profit de 37 pays de l'Organisation de la coopération islamique, où 28 millions d'enfants au total ne sont pas scolarisés.

Lors de ce même sommet, le président du Conseil d'administration du GPE, S.E. Jakaya Kikwete, s'est joint à S.E. Uhuru Kenyatta, président de la République du Kenya pour saluer les engagements pris par les signataires de l'Appel à l'action des chefs d'État sur le financement national de l'éducation, à travers lequel les chefs d'États et de gouvernements de pays partenaires du GPE s'engagent à consacrer au moins 20 % de leurs budgets nationaux à l'éducation.

Cet engagement s'appuie sur les promesses faites lors du Sommet mondial sur l'éducation au cours duquel 19 chefs d'État et de gouvernement ont soutenu cet appel, ce qui représente des engagements équivalant à 200 milliards de dollars de financement de l'éducation au cours des cinq prochaines années.

Alors que cette année touche à sa fin, je souhaite profiter de ce moment pour remercier tous les partenaires du GPE pour leur travail acharné, leur dévouement et leur engagement continus. Nos efforts conjoints nous ont aidé à améliorer la vie de millions d'enfants dans le monde et à leur redonner de l'espoir, leur offrir des opportunités et la possibilité des choix éclairés dans leur vie grâce à une éducation de qualité.

Alors que nous nous tournons vers 2022, avec votre soutien, le GPE continuera à relever le défi d'assurer une éducation de qualité pour chaque garçon et chaque fille.

Alice Albright, Directrice générale du Partenariat mondial pour l'éducation. Crédit : GPE/Grant Ellis
Alice Albright, Directrice générale du Partenariat mondial pour l'éducation.
Credit:
GPE/Grant Ellis
Gouvernance

Dernières actualités