Concevoir, adapter et mettre à l’échelle les innovations en matière d’éducation pour répondre aux besoins d’un plus grand nombre d’enfants

Les perturbations de l’éducation causées par la pandémie de COVID-19 nécessitent la mise en œuvre, à grande échelle, d’approches innovantes qui transforment les systèmes éducatifs pour répondre aux besoins de tous les enfants. Mais comment y parvenir ? Comment tirer le meilleur parti de ce qui fonctionne, l'adapter et l’appliquer à plus de communautés ? Comment continuer à innover et à expérimenter des initiatives qui s'attaquent aux inégalités profondément enracinées qui durent au-delà des cycles de financement de projets à court terme ?

20 janvier 2021 par Jenny Perlman Robinson, Brookings
|
Lecture : 4 minutes
|
Des élèves de l'école publique d'Azimpur à Dhaka, au Bangladesh. Crédit : GPE/Chantal Rigaud
Des élèves de l'école publique d'Azimpur à Dhaka, au Bangladesh.
Crédit : GPE/Chantal Rigaud

Ce blog a été précédemment publié sur le site web du KIX (en anglais).

Il y a beaucoup de matière à réflexion en ce début d’année 2021. Nous avons été mis au défi de réinventer nos façons de travailler, de nous socialiser, d’apprendre – de coexister, tout simplement – et ce, en pleine pandémie. L’éducation se trouve au coeur de ce bouleversement. La COVID-19 a mis en évidence le rôle essentiel que joue l’éducation dans nos vies, qu’il s’agisse de fournir un soutien psychosocial, sanitaire et nutritionnel essentiel, de préparer les enfants et les jeunes à un monde en constante évolution en leur transmettant des connaissances et des compétences essentielles ou de fournir aux parents un espace sécuritaire leur permettant de travailler. L’éducation a pris la place centrale qui lui revient en 2020.

À l’heure actuelle, alors qu’une nouvelle année nous attend, le mantra est de reconstruire en mieux. Les perturbations causées par la pandémie et son impact considérable nécessitent des approches éducatives innovantes à grande échelle qui transforment les systèmes éducatifs pour répondre aux besoins de tous les enfants. Cependant, comment y parvenir ? Comment pouvons-nous tirer parti au mieux de ce qui fonctionne, de l’adapter et de le répliquer dans davantage de communautés ? Comment pouvons-nous continuer à innover et à expérimenter de manière à remédier aux inégalités profondément enracinées qui demeurent au-delà des cycles de financement de projets à court terme ?

Pour répondre à ces questions et préoccupations fondamentales auxquels sont exposés les systèmes d’éducation du monde entier, le Centre pour l’éducation universelle (en anglais) de la Brookings est fier de s’associer au Partage de connaissances et d’innovations (KIX) du Partenariat mondial pour l’éducation pour entreprendre une action commune et une recherche complémentaire visant à élaborer et à réunir de nouvelles données probantes et des conseils pratiques à mettre à l’échelle dans le domaine de l’éducation. Ceci, en mettant l’accent sur les pays à revenu faible et intermédiaire. Grâce à ce nouveau projet appelé Recherche sur la mise à l’échelle de l’impact des innovations dans l’éducation (ROSIE), le Centre pour l’éducation universelle collabore à un sous-ensemble de projets financés par KIX , afin de contribuer à constituer une base de données factuelles exploitable sur une mise à l'échelle durable et équitable de l'éducation.

L’approche de ROSIE s’appuie sur le projet Millions Learning (en anglais) du Centre pour l’éducation universelle, qui a recensé les principaux facteurs de la mise à l’échelle dans l’éducation autour de quatre grands thèmes :

La conception : l’amélioration de l’apprentissage à grande échelle exige une planification à l’échelle dès le départ. Les principaux facteurs comprennent la réponse à la demande locale, la garantie d’un apprentissage rentable, le maintien d’une adaptation flexible, la promotion des enseignants et la mise à profit de l’expertise de la communauté.

La mise en œuvre : la mise en œuvre à grande échelle nécessite une combinaison de stratégies politiques, techniques, économiques, sociales et culturelles. Les principaux facteurs comprennent l’établissement de partenariats et d’alliances, la formation de champions et de leaders à tous les niveaux, le fait de saisir les occasions, l’utilisation de technologies appropriées et l’utilisation d’une série de données afin de poursuivre les améliorations.

Le financement : il devrait reposer sur des modèles de coûts précis et transparents qui prennent en compte la qualité, l’équité et l’inclusion. La façon dont les ressources sont affectées importe autant que les chiffres absolus. Les principaux facteurs comprennent l’identification d’un financement flexible pour renforcer les capacités, l’adoption d’une approche à long terme permettant d’investir dans les capacités organisationnelles de base et l’activation d’un financement en « phase intermédiaire ».

L’environnement favorable : aussi essentiels que soient ces trois autres aspects, la mise à l’échelle ne se produit pas en vase clos. L’environnement au sein duquel une politique ou un programme fonctionne joue un rôle essentiel en facilitant ou en entravant le processus de mise à l’échelle. Parmi les principaux facteurs, citons un environnement politique favorable et une culture de la recherche et du développement.

Un premier ensemble de projets du KIX prendra part à ROSIE, apportant ainsi une vaste expertise, ainsi que des questions et enjeux à examiner en matière de mise à l’échelle. D’autres projets régionaux du KIX s’y ajouteront au milieu de l’année 2021.

L’une de nos premières actions consistera à collaborer à ces projets du KIX afin d’identifier, ensemble, une série de questions communes en matière d’apprentissage dans le cadre de cette recherche-action collaborative de ROSIE. Ces questions porteront sur les problèmes liés aux processus, tels que les facteurs, les contraintes, les compromis et les mesures incitatives de la mise à l’échelle et du changement des systèmes qui concernent directement les projets du KIX et qui sont pertinents pour l’ensemble de la communauté éducative.

Ces travaux s’accompagneront de recherches supplémentaires portant sur la façon dont les décideurs et les personnes en charge de l’éducation à l’échelle nationale abordent la mise à l’échelle, notamment leur façon de relever les innovations à mettre à l’échelle, ce qu’ils considèrent comme certains des principaux facteurs et obstacles à la mise à l’échelle des innovations en matière d’éducation et la façon dont les innovations peuvent être conçues pour être intégrées et soutenues au sein des systèmes gouvernementaux existants.

Nous nous réjouissons à l’idée de communiquer régulièrement les résultats des recherches et les idées pratiques tout au long des trois années de la durée du projet, en nous inspirant des méta-apprentissages tirés des travaux des projets du KIX et en nous appuyant sur les recherches complémentaires.

À la fin du projet, nous développerons une série de ressources ciblées pour répondre aux défis courants et aux facteurs spécifiques en matière de mise à l’échelle ainsi qu’aux conditions habilitantes. Nous espérons que ROSIE contribuera de manière signification à une meilleure compréhension collective de la manière dont les innovations en matière d’éducation peuvent être conçues, adaptées et mises à l’échelle pour créer des systèmes éducatifs plus forts et plus résilients — menant vers un changement transformateur, bien au-delà des perturbations immédiates provoquées par la pandémie

Laisser un commentaire ou

Derniers blogs

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas divulguée. Tous les champs sont requis

Le contenu de ce champ sera maintenu privé et ne sera pas affiché publiquement.

Texte brut

  • Global and entity tokens are replaced with their values. Explorer les jetons disponibles.
  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.