Incheon : une avancée historique pour l'éducation
Le Forum mondial sur l’éducation (FME), qui s’est tenu à Incheon, en Corée du Sud, du 19 au 22 mai 2015, s’est montré à la hauteur des espoirs et attentes qui en font un moment clé dans l’histoire du mouvement de l’Éducation pour tous.
09 juin 2015 par Alice Albright, Global Partnership for Education
|
Lecture : 9 minutes
|
Alice Albright, Julia Gillard and developing country partner Ministers of Education at the World Education Forum in Incheon, Korea (c) GPE/Livia Barton

Le Forum mondial sur l’éducation (FME), qui s’est tenu à Incheon, en Corée du Sud, du 19 au 22 mai 2015, s’est montré à la hauteur des espoirs et attentes qui en font un moment clé dans l’histoire du mouvement de l’Éducation pour tous. Le Gouvernement de la République de Corée a su accueillir aimablement ce rassemblement grâce à une hospitalité remarquable, et en incarnant, comme une véritable source d’inspiration, le pouvoir de transformation que représentent ses investissements constants dans une éducation de qualité.

Des leaders et décideurs politiques de l’éducation au niveau international, dont 150 ministres venus du monde entier, ainsi que de nombreuses institutions multilatérales telles que le Partenariat mondial pour l'éducation, des organisations de la société civile et non gouvernementales sont parvenus à un consensus général pour mettre en œuvre le Cadre d’action Éducation 2030 qui sera officiellement adopté cette année.

Ce consensus était encore bien incertain au moment où les nombreuses parties ont entrepris cette difficile tâche qui a duré plus d'un an. L’UNESCO a le grand mérite d'avoir su guider ce processus avec ténacité et efficacité. Les tables rondes enrichissantes se sont focalisées sur des sujets cruciaux, et les participants enthousiastes se sont attelés à relever les futurs défis. 

La Déclaration d’Incheon

Témoin le plus tangible de ce consensus, la Déclaration d’Incheon clarifie la voie dans laquelle s’engage la communauté internationale pour les 15 prochaines années :

« Conscients de l’urgence, nous nous engageons en faveur d’un agenda pour l’éducation unique et renouvelé qui soit holistique, ambitieux et mobilisateur, qui ne laisse personne de côté. Cette nouvelle vision trouve sa pleine expression dans l’ODD 4 proposé « Assurer une éducation inclusive et équitable de qualité et promouvoir des possibilités d’apprentissage tout au long de la vie pour tous », et dans les cibles correspondantes. Transformatrice et universelle, elle permet de s’atteler au « chantier inachevé » de l’agenda de l’EPT et des Objectifs du Millénaire pour le développement relatifs à l’éducation, en relevant les défis de l’éducation aux niveaux mondial et national. »

Le Partenariat mondial pour l’éducation accueille et approuve avec enthousiasme le nouvel objectif mondial pour l’éducation (ou ODD4) bien plus ambitieux que celui de l’Éducation pour tous et des Objectifs du millénaire pour le développement qui l’ont précédé. Ce nouvel objectif propose une vision complète pour l’éducation, qui sera centrale dans la mise en œuvre de tous les autres Objectifs de développement durable post-2015.

La formalisation du rôle du Partenariat mondial pour l’éducation

Nous sommes également ravis que la Déclaration d’Incheon distingue tout particulièrement le Partenariat mondial pour l’éducation et recommande qu’il joue un rôle central dans la mise en œuvre de l’agenda post-2015 en matière d’éducation :

« À cette fin, nous confions à l’UNESCO la tâche de mettre en place un mécanisme de coordination mondial approprié, en consultation avec les États membres, les institutions co-organisatrices du Forum mondial sur l'éducation 2015, et d’autres partenaires. Considérant que le Partenariat mondial pour l’éducation constitue un pôle de financement multipartite de l’éducation à l’appui de la mise en œuvre de l’agenda, selon les besoins et les priorités des pays, nous recommandons qu’il fasse partie de ce futur mécanisme de coordination mondial. »

Ceci représente un tournant majeur dans l’histoire du Partenariat mondial. Son rôle est ainsi formalisé comme mécanisme de coordination mondiale post-2015 aux côtés des agences des Nations unies et de la Banque mondiale. C’est là une reconnaissance de l’œuvre et des réussites du Partenariat mondial, et nous nous sentons à la fois humbles et fiers d’avoir gagné la confiance de la communauté internationale pour jouer un rôle essentiel et durable dans les efforts pour que les enfants du monde entier puissent bénéficier d’une éducation.

Dès le lendemain du FME, le Conseil d’Administration du Partenariat mondial s’est réuni en Corée pour revoir sa mission et sa vision afin d'informer la préparation du nouveau Plan stratégique de cinq ans (2016 à 2020). Ce dernier apportera une cohérence entre le travail du Partenariat mondial et l’architecture de mise en œuvre des Objectifs de développement durable (ODD).

Le financement de l’éducation continuera d’être une priorité clé

Cependant, parvenir à la réalisation d'un programme aussi ambitieux pour 2030 que celui des nouveaux ODD nécessitera davantage d’efforts pour surmonter le statu quo. Pour obtenir de meilleurs résultats, nous devons mobiliser toutes les sources actuelles de financement de l’éducation afin qu’elles soient axées sur l’équité et la qualité. 

Ceci a également été souligné dans la déclaration sur le financement de l’éducation prononcée par 19 ministres de l’éducation de pays en développement partenaires du GPE en marge du FME. Les ministres se sont « engagés à augmenter le financement national de façon importante afin de parvenir à une éducation de qualité équitable et inclusive »  et à « prendre des mesures concrètes et entreprendre des actions conjointes pour une offre éducative de meilleure qualité pour toutes les populations, notamment les plus marginalisées et vulnérables. »

Ils ont également pris note du manque conséquent de financement nécessaire pour atteindre les objectifs de l’éducation de base dans leur propre pays.

« Nous croyons que la totalité des ressources manquantes ne pourra être mobilisée sans de plus grands efforts de la part du financement externe du secteur et nous sommes gravement préoccupés par le fait que la cible de 3,5 milliards $US sur quatre ans définie par le Partenariat mondial pour l'éducation pour le Fonds du GPE n'a pas encore été atteinte. Le Partenariat mondial joue un rôle essentiel dans la mobilisation des efforts aux niveaux mondial et national pour parvenir à une éducation de qualité pour tous les enfants, et en priorité les plus défavorisés et les plus vulnérables, grâce à des partenariats inclusifs, des financements et une forte concentration sur les systèmes éducatifs efficaces.  »

C’est un rappel sérieux du fait que l’augmentation du financement de l’éducation est une de nos plus grandes priorités, cette année et dans un avenir proche. Le financement sera ainsi au cœur de deux réunions importantes en juillet : le sommet sur l’Éducation pour le développement d’Oslo et la Conférence sur le financement du développement à Addis Abeba. Ces deux événements donneront le ton pour le sommet final de l’ONU en septembre, au cours duquel seront adoptés les nouveaux ODD.

Si l’enthousiasme dont nous avons été témoins au Forum mondial sur l’éducation d’Incheon est révélateur, nous pourrions voir naître un nouveau souffle dans la recherche d’une offre éducative de qualité pour les enfants du monde entier ces quinze prochaines années. Nous avons l’espoir que, dans 15 ans ou plus, nous nous remémorerons Incheon comme le moment qui a vu la communauté internationale faire évoluer les choses. 

Laisser un commentaire ou
Financement

Derniers blogs

Commentaires

57 millions d'ames ne jouissant pas de ce droit qu'est l'education, c'est un scandale. Pour les nations, appartenir a cette coalition devait etre une preoccupation de premiere importance. Elargir le droit a l'education, c'est réculer les barrieres de la pauvreté.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas divulguée. Tous les champs sont requis

Le contenu de ce champ sera maintenu privé et ne sera pas affiché publiquement.

Texte brut

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.
  • Global and entity tokens are replaced with their values. Explorer les jetons disponibles.