Utiliser les données administratives pour mieux planifier la réouverture des écoles

Le Cadre pour la réouverture des écoles – élaboré par l'UNESCO, l'UNICEF, la Banque mondiale et le Programme alimentaire mondial - propose des points d’analyse visant à guider les décideurs politiques et leur donner des conseils pour les aider à concevoir et à mettre en œuvre des plans de réouverture des écoles qui favorisent un fonctionnement sûr, un meilleur apprentissage et l'inclusion des plus marginalisés.

20 juillet 2020 par Marc-Antoine Percier, Global Partnership for Education
|
Lecture : 7 minutes
|
Des enseignants publiant des résultats aux examens officiels dans le compté de Nyeri au Kenya en avril 2017.
Des enseignants publiant des résultats aux examens officiels dans le compté de Nyeri au Kenya en avril 2017.
Crédit: PME/Kelley Lynch

Au début de la pandémie, presque tous les pays ont fermé leurs écoles pour tenter de contenir la propagation de la COVID-19. Alors qu’en juillet 2020 les écoles sont encore fermées dans plus de 40 des pays partenaires du PME, au moins 26 autres ont déjà rouvert certaines de leurs écoles ou sont en train de le faire. Des dates de réouverture ont également été annoncées par de nombreux autres.

Le Cadre pour la réouverture des écoles – élaboré par l'UNESCO, l'UNICEF, la Banque mondiale et le Programme alimentaire mondial - propose des points d’analyse visant à guider les décideurs politiques et leur donner des conseils pour les aider à concevoir et à mettre en œuvre des plans de réouverture des écoles qui favorisent un fonctionnement sûr, un meilleur apprentissage et l'inclusion des plus marginalisés.

Le cadre recommande aux pays partenaires de recueillir de nouvelles données afin de mieux appréhender « la manière dont les écoles, les enseignants, les élèves et les communautés font face à la fermeture des écoles et à la pandémie ». La collecte de nouvelles données permettra aux décideurs politiques, aux partenaires de développement et aux organisations de la société civile de comprendre en temps réel l’impact de la crise de la COVID-19 sur leurs systèmes éducatifs, et si les conditions préalables à la réouverture sont réunies.

Des données sont déjà disponibles au niveau des ministères de l'éducation

Alors que de nouvelles données sont collectées, les ministères de l'Éducation disposent déjà d’un large éventail de données administratives qui peuvent être mobilisées dès maintenant pour analyser la situation ou développer des approches adaptées au contexte de la réouverture des écoles.

Dans la plupart des pays partenaires du PME, les ministères de l'Éducation recueillent et diffusent régulièrement des données administratives sur les élèves et les écoles, qui incluent généralement notamment les ressources humaines, physiques, pédagogiques et financières. Ces informations sont généralement recueillies par le biais d'un recensement annuel des écoles, qui constitue - dans la plupart des pays - l'épine dorsale d'un système d'information pour la gestion de l'éducation (SIGE).

Ce blog présente la manière dont les données administratives peuvent soutenir la gestion des crises, sur la base d’exemples pratiques sur la manière dont les données peuvent aider les gouvernements des pays partenaires à mieux comprendre les effets possibles de la pandémie sur leur système éducatif et concevoir des interventions adaptées.

  1. Les données administratives peuvent aider les décideurs politiques à mieux appréhender la manière dont le système éducatif et les élèves sont affectés par la fermeture des écoles
  • Les données sur la scolarisation des élèves aident à estimer le nombre d'élèves qui ne vont actuellement pas à l’école en raison de la fermeture des écoles et dans quelles régions du pays. Les données sur la scolarisation des élèves sont les informations les plus fréquemment contenues dans les recensements scolaires. Dans la requête de financement accéléré COVID-19 du Bénin par exemple, des données provisoires pour l'année scolaire 2019-2020 ont été utilisées pour estimer que 3,3 millions d'élèves et 88 000 enseignants ont été touchés par la fermeture de 16 000 écoles, tous niveaux d'enseignement confondus.
  • Les données peuvent être utilisées pour évaluer la dépendance des communautés aux programmes d'alimentation scolaire et pour concevoir des interventions similaires. La perte de revenus de certaines familles du fait de l’impact économique du coronavirus peut exacerber les difficultés d'accès à la nourriture, et nuire ainsi à la santé et à l'état nutritionnel des enfants. Les données du recensement scolaire peuvent permettre aux ministères de l'Éducation et aux partenaires de développement d'estimer le risque de malnutrition en examinant le nombre et la proportion d'élèves qui bénéficient de programmes d’alimentation scolaire dans chacune des écoles du pays. En outre, ce type d'informations peut être utilisé par les gouvernements ou les partenaires de développement pour cibler les interventions en matière de nutrition dans les zones où la dépendance à l'égard de ces programmes est élevée.
  • Les données sur la scolarisation dans les écoles non publiques sont utiles aux gouvernements pour estimer un afflux potentiel d'élèves dans le système scolaire public. En raison de la crise économique et de l'augmentation des prix des denrées alimentaires, les ménages pourraient ne plus être en mesure de supporter les frais de scolarité des écoles privées. En outre, à court terme, un certain nombre d'écoles privées/ou nécessitant des frais de scolarité pourraient éventuellement fermer (en anglais). Lorsque les données sur la scolarisation sont reliées à un système d'information géographique, ce qui semble être de plus en plus le cas, on pourrait encore mieux voir où se trouvent les écoles privées, et les zones géographiques où les écoles publiques pourraient être confrontées à un afflux de nouveaux élèves.
  • À long terme, les données administratives permettront aux gouvernements de comprendre dans quelle mesure la crise de la COVID-19 a eu un impact sur la scolarisation et les abandons, et si les élèves, les filles en particulier, sont retournés à l'école. Selon la Fondation Malala, 20 millions de filles en âge de fréquenter le secondaire de plus pourraient ne plus y retourner (en anglais) après la crise. La comparaison des données d'avant et d'après la crise permettrait aux pays d'avoir une vue d'ensemble de la proportion d'enfants retournant à l'école et de concevoir des interventions ciblées pour y promouvoir l'accès et le maintien dans les écoles, notamment en ce qui concerne les populations les plus vulnérables.
  1. Les données administratives peuvent aider les ministères de l'Éducation à élaborer des plans de réouverture et à garantir que les écoles peuvent fonctionner en toute sécurité.
  • Les données sur les inscriptions peuvent aider les ministères de l'Éducation à décider de quels niveaux ou de quels apprenants doivent retourner à l’école en priorité. De nombreux pays ont rouvert partiellement des écoles ou envisagent de le faire. Un examen des stratégies de réouverture mené par Insights for Education (en anglais) montre que les pays ont tendance à donner la priorité aux classes d'examens, afin de réduire le risque de ne pas passer d'examen national si les écoles restent fermées pour le reste de l'année scolaire. Mais d'autres classes ou certains types d’apprenants peuvent également être pris en compte, comme ceux des petites classes ou des classes de transition, par exemple. Les données du recensement scolaire comprennent souvent le nombre et la proportion de redoublants et de cas d'abandons à l’échelle de la classe et dans chaque niveau. Ce type d'information s’avère utile en termes de mobilisation si le gouvernement décide de donner la priorité aux classes où les élèves risquent davantage de prendre du retard ou de ne pas retourner à l’école lors de la réouverture en raison des taux élevés de redoublement et d'abandon.
  • Les données peuvent aider les ministères de l'Éducation à déterminer la faisabilité de la mise en place de mesures de distanciation physique dans les salles de classe. L'évaluation de la faisabilité des mesures de distanciation dépend de la disponibilité des données sur la scolarisation (nombre d'élèves par école et par niveau), les salles de classe et le mobilier (nombre de chaises, de bureaux), qui sont généralement recueillies lors des recensements scolaires annuels.
  • Les données peuvent être utilisées pour réorganiser les journées de classe. Dans de nombreux cas, les mesures de distanciation physique rendent difficile la présence de tous les élèves à l'école au même moment. Cela signifie que les pays doivent mettre en place des horaires doubles, réduire la taille des classes, utiliser des locaux autres que les salles de classe ou échelonner les séances d'apprentissage afin d’éviter qu’il y ait trop d’élèves et de personnel dans les écoles simultanément. Que la décision de réorganiser les horaires scolaires soit prise au niveau central, qu’elle soit décentralisée ou prise au niveau de l'école, les données sur la scolarisation et les locaux des établissements scolaires sont essentielles pour tester différentes solutions.
  • Les données peuvent aider les ministères de l'Éducation à déterminer si des protocoles sanitaires peuvent être établis. De nombreux pays disposent de données sur les installations sanitaires et l'état des locaux scolaires. Les informations sur le raccordement des écoles au réseau de distribution d'eau peuvent être particulièrement utiles pour tester la faisabilité de l'établissement de protocoles sanitaires dans les écoles. Le ministère de l'Éducation du Mozambique a indiqué que les écoles n’ayant pas accès à l'eau ne seront pas autorisées à rouvrir. (en anglais) par exemple. Les données sur l'accès à l'eau dans les écoles peuvent aider les ministères à cibler les installations à réhabiliter, où en installer de nouvelles et où distribuer des désinfectants pour les mains. Enfin, les données sur le personnel non enseignant (tels que les concierges par exemple) peuvent être utiles pour comprendre la capacité des écoles à désinfecter régulièrement les salles de classe et le mobilier avant que les élèves n'y entrent.
  • Les données sont essentielles pour organiser la distribution des équipements de protection individuelle et des produits de nettoyage dans les écoles. Les données du recensement scolaire incluent généralement des informations sur l'emplacement et l'accessibilité des écoles dans tout le pays. Ce type d'information peut être utile, notamment pour les gouvernements qui s'engagent à acheter et à distribuer des millions de masques aux élèves, aux enseignants et au personnel non enseignant dans les régions éloignées.
  • Les données peuvent fournir des indications sur le personnel enseignant, des indications essentielles pour préparer la réouverture des écoles. La plupart des recensements scolaires recueillent des données sur le nombre d'enseignants, leur statut professionnel (fonctionnaire, contractuel) ainsi que leur rôle et d'autres informations individuelles (y compris leur date de naissance). Ces informations permettent de calculer les ratios élèves/enseignant et de réorganiser le déploiement des enseignants. Les recensements scolaires peuvent également fournir des informations intéressantes sur les qualifications des enseignants et leur capacité à s'adapter à différentes approches administratives et d'apprentissage, et à mettre en œuvre des mesures de prévention et de contrôle des infections.
  • Enfin, dans un contexte où les écoles ne peuvent pas rouvrir immédiatement, les données peuvent également tester la faisabilité de la mise en œuvre de solutions d'apprentissage à distance. Ce blog ne traite que des données administratives. Cependant, les informations sur la couverture radio, télé, téléphonique et internet, triangulées avec les données des enquêtes auprès des ménages peuvent s’avérer utiles pour déterminer si différentes options d'apprentissage à distance peuvent être mises en œuvre, et dans quelle mesure les ménages ont accès à ces solutions. Ce type d'analyse peut aider les décideurs politiques à concevoir une combinaison de modalités d'enseignement à distance au profit du plus grand nombre d'élèves possible.

Comme nous l'avons vu plus haut, on peut tirer de nombreux enseignements des données administratives pour comprendre l'effet de la pandémie sur le système et pour mettre en place des réponses adaptées au contexte. Il est essentiel d'utiliser les données disponibles pour préparer des stratégies de réouverture solides. Des enfants (en particulier les filles) pourraient être laissés de côté à cause de stratégies de réouverture mal informées.

L'utilisation des données administratives pour élaborer un plan de riposte au COVID-19 fondé sur des données probantes est également problématique. Dans les contextes où de nouvelles informations sont nécessaires ou lorsque les données qui existent ne sont pas totalement fiables, les gouvernements devront recueillir des données en temps quasi réel pour prendre la décision la plus éclairée possible concernant la réouverture des écoles.

Le Secrétariat du PME accueillerait volontiers des exemples concrets de la manière dont les données administratives ont été utilisées pour concevoir des interventions fondées sur des données en réponse à la crise actuelle. N'hésitez pas à laisser un commentaire ci-dessous ou à me contacter à l'adresse suivante : mpercier@globalpartnership.org.

Laisser un commentaire ou
Systèmes de données

Derniers blogs

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas divulguée. Tous les champs sont requis

Le contenu de ce champ sera maintenu privé et ne sera pas affiché publiquement.

Texte brut

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.
  • Global and entity tokens are replaced with their values. Explorer les jetons disponibles.