5 points clés à retenir sur les besoins d’éducation de la petite enfance dans les pays partenaires du GPE
Consultez 5 des résultats d'un sondage en ligne envoyé aux 65 pays partenaires du GPE, afin d'évaluer leur perception en termes de besoins et de priorités en matière d'éducation de la petite enfance.
15 mars 2018 par Christin McConnell, Global Partnership for Education et Christen Maguire, Global Partnership for Education|
|
Trois élèves de l'école maternelle d'Avondale au Zimbabwe
CREDIT: GPE/ Carine Durand

Avec un intérêt croissant pour l’éducation et la protection de la petite enfance (EPPE) comme facteur clé pour obtenir de meilleurs résultats de l’apprentissage, États et professionnels tentent de déterminer comment produire l’impact le plus grand.

Si un travail non négligeable a été accompli dans le domaine de l’EPPE, des lacunes demeurent en termes de connaissances et de capacités pour définir comment veiller à un accès équitable à une EPPE de qualité au sein des systèmes éducatifs.

Pour comprendre ces lacunes, une enquête en ligne a été envoyée et diffusée dans les 65 pays partenaires du GPE à des organisations de la société civile s'occupant de la petite enfance en Afrique. L’objectif de l’enquête était d’évaluer la perception des pays de leurs besoins et priorités relatifs aux données, à la planification et à la mise en œuvre de l’EPPE.

Pays partenaires du GPE ayant répondu à l’enquête sur l’EPPE

Pays partenaires du GPE ayant répondu à l’enquête sur l’EPPE

De novembre 2017 à février 2018, 40 pays partenaires et 18 représentants d’organisations de la société civile ont répondu à l’enquête (celle-ci reste ouverte pour favoriser la participation de pays supplémentaires). L’enquête comportant 12 questions a été envoyée aux chargés de liaison du GPE, essentiellement des Directeurs de la Planification au sein des Ministères de l'Éducation, avec pour instruction d'y répondre an compagnie de leurs experts techniques d’EPPE.

Les résultats de l’enquête fournissent d’excellentes informations sur les besoins et les priorités des pays pour le sous-secteur de l’EPPE. Voici les cinq points clés que nous retenons :

  1. Les données sur les différents modèles d’EPPE suscitent un grand intérêt
  2. Si les États ne mettent en œuvre ou ne supervisent qu’un ou deux modèles d’EPPE (des centres scolaires formels ou des programmes communautaires), des informations sur d'autres modèles et leur mise en œuvre dans le contexte d’autres pays suscitent un réel intérêt. Outre les modèles scolaires ou communautaires, les pays cherchent davantage d’informations sur la transition entre l’EPPE et l’école primaire, l’éducation parentale, les programmes accélérés de préparation à la scolarité et l’apprentissage à la maison. Tandis que l’étude de la disponibilité de modèles scolaires de qualité peut constituer l’objectif à long terme d’un pays, l’utilisation d’autres modèles pourrait être une option plus économique à moyen terme afin d’améliorer l'accès à l’EPPE pour les enfants marginalisés.

  3. Les priorités de déploiement d’une EPPE de qualité dépendent d’approches existantes
  4. Les priorités de déploiement d’une EPPE de qualité dépendent d’approches existantes

    Les priorités de déploiement d’une EPPE de qualité dépendent d’approches existantes

    Un peu plus de 90 % des pays sondés font de l'amélioration des compétences, de la formation et de l’encadrement des enseignants une priorité pour faire progresser la qualité de l’EPPE. De même, une majorité de réponses sont axées sur les améliorations des programmes et des normes d’apprentissage de l’EPPE et plus de 40 % font de la construction ou de la rénovation des installations matérielles de l’EPPE une priorité.

    Voici quelques activités courantes d’EPPE dans les financements de mise en œuvre du GPE. Si la définition d’une EPPE de qualité implique certainement ces trois types d'activité, les pays pourront porter leur attention sur d’autres aspects de la qualité, notamment l’implication des parents et des communautés, les incitations et la paie des enseignants, des matériels de jeu et d’apprentissage appropriés au développement de l’enfant, une assurance qualité (comprenant un suivi et une règlementation), ainsi qu’une mobilisation du secteur privé.

  5. Une poursuite nécessaire du plaidoyer et du soutien en faveur de l’EPPE
  6. Une majorité de pays ont rapporté un haut niveau de volonté politique favorable à l’EPPE, mais un peu moins de la moitié ont signalé aucune ou peu de volonté politique en la matière. De même, les principaux goulets d’étranglement pour une accélération de la mise en œuvre d'une politique d’EPPE sont le financement, la coordination interministérielle et les capacités ministérielles de mise en œuvre et de leadership. Un solide plaidoyer du sommet vers la base et de la base vers le sommet permet d’expliquer l’importance de l’EPPE et de mobiliser un plus grand soutien à l’EPPE parmi les États et les professionnels.

  7. Les données et les besoins de planification de l’EPPE sont étroitement liés
  8. L’enquête a demandé aux participants de classer leurs données et besoins de planification pour l’EPPE en matière de production, d’analyse, d’exploitation et d'intégration des données, de provisions actuelles en termes de coûts et de scénarios d'augmentation des coûts, de mener une analyse des options de financement et d'élaborer des plans annuels ou pluriannuels pour l’EPPE.

    Dans l’ensemble, les priorités des pays étaient équitablement réparties entre ces sept catégories. Lors des discussions de suivi, les pays ont pu modifier leurs données clés ou priorités en termes de planification et exprimer leur besoin de soutien supplémentaire dans plusieurs de ces domaines. Plutôt qu’un soutien technique ciblé dans un domaine particulier, il pourrait être plus bénéfique de soutenir les pays dans une gamme d'activités qui produiraient une analyse et une planification plus solides dans le sous-secteur de l’EPPE.

  9. Tout le monde n’a pas la même perception
  10. Il n’est pas surprenant que les besoins et priorités exprimés par un pays en matière d’EPPE dépendent des personnes interrogées. Certains pays ont soumis plusieurs réponses, ce qui illustre bien le fait que même au sein d'un gouvernement, les opinions quant aux besoins et priorités spécifiques peuvent diverger.

    Par exemple, il peut y avoir une différence frappante entre les planificateurs généraux de l'éducation et les agents travaillant plus spécifiquement dans le domaine de l’EPPE. Les réponses de la société civile ont également pointé des aspects légèrement différents de ceux du gouvernement. Le dialogue au sein du pays (par exemple dans un groupe local des partenaires de l'éducation) impliquant plusieurs acteurs est crucial pour mieux comprendre les ressources et les besoins existants. Il peut mener à l’élaboration d'une stratégie sur les moyens concrets de déployer des services d’EPPE de qualité auprès des enfants les plus vulnérables.

  Si les résultats de l’enquête sont intéressants en soi, ils font partie d’une approche élargie axée sur le pays pour mieux soutenir l’EPPE dans les pays partenaires. Désormais, les résultats de l’enquête fournissent des informations spécifiques aux pays pour contribuer à la planification de l’EPPE grâce aux financements du GPE, ainsi qu'une orientation initiale et des priorités pour créer une base mondiale de connaissances, de solutions innovantes et de bonnes pratiques d’EPPE dans le cadre des initiatives BELDS (initiative pour un meilleur apprentissage de la petite enfance à grande échelle) et KIX (échange de connaissances et de bonnes pratiques).

Pour des résultats plus détaillés de l’enquête et / ou des questions portant sur l’EPPE au sein du GPE, merci de nous contacter : Christin McConnell ou Christen Maguire

Laisser un commentaireou

Derniers blogs

Tous les blogs
Education activists supporting the #YouthStrike4Climate movement in Abidjan. Credit: GCE
Réunis en Côte d’Ivoire le mois dernier, des défenseurs de l’éducation du monde entier ont adopté les Principes d’Abidjan sur l’obligation des États en matière de droits de l’Homme de fournir un...
Une élève posant avec ses livres dans ses bras. Ecole publique de Nyeri dans le Comté de Nyeri au Kenya. Crédit: GPE/Kelley Lynch
Depuis 2005, le Partenariat mondial pour l’éducation (GPE) soutient les progrès impressionnants du Kenya permettant à tous les enfants d'être scolarisés et engagés dans l’apprentissage. Ces progrès...
Alice Albright échangeant avec des élèves à l'école primaire de Laye au Burkina Faso. Crédit: GPE/Roland Zanre
Zoom sur l'éducation des filles et l'égalité des sexes La directrice générale du GPE, Alice Albright, a rencontré de jeunes militants pour le droit à l'éducation qui appellent le G7 et les dirigeants...

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas divulguée. Tous les champs sont requis