Aider les enfants sourds à aller à l'école, nécessite d’aider leurs parents aussi
25 ans après la déclaration de Salamanque, beaucoup trop d’enfants handicapés ne vont toujours pas à l’école. L'un des moyens de supprimer efficacement les obstacles à leur scolarité consiste à avoir recours aux groupes de parents.
10 juin 2019 par Joanna Clark, Deaf Child Worldwide|
|
Les parents d’enfants sourds ont un rôle vital à jouer dans le développement de leur enfant. Kenya.
CREDIT: Deaf Child Worldwide

Cette année marque une étape importante dans l'histoire de l'éducation inclusive : il y a 25 ans, en Espagne, la Conférence mondiale de Salamanque sur les besoins éducatifs spéciaux regroupait 92 gouvernements et 25 organisations internationales. La charte rédigée à son issue - La déclaration de Salamanque – visait l’intégration de tous les enfants handicapés dans toutes les écoles du monde.

Un quart de siècle plus tard, où en sommes-nous quant au respect de cet engagement mondial ?

La dernière étude indique qu'environ 40 % des enfants handicapés vivant dans des pays à revenu faible ou intermédiaire de la tranche inférieure ne vont pas à l'école primaire et que 55 % n’atteignent pas le secondaire. De plus, il est probable que ces chiffres sous-estiment l'étendue du problème. De toute évidence, il reste encore beaucoup à faire.

Les problèmes sont complexes et nous ne pouvons le nier. Permettre à chaque enfant handicapé d'aller à l'école et d’y recevoir une éducation de qualité, adaptée à ses besoins est un défi mondial majeur. Mais, un quart de siècle après, le peu de progrès réalisés est stupéfiant.

Résoudre un problème majeur à la scolarisation des enfants sourds

Deaf Child Worldwide œuvre en Afrique de l'Est, en Asie du Sud et en Amérique latine pour améliorer la vie des enfants sourds et collabore avec des partenaires pour faire en sorte que les enfants sourds puissent bénéficier d'une éducation de qualité. Bien que les défis soient différents dans chaque culture, communauté ou pays, il existe un obstacle d’ordre universel.

Neuf enfants sourds sur dix sont nés de parents sans connaissance ni expérience en matière de surdité. Par conséquent, les parents ont souvent peu d’attentes quant aux capacités de leurs enfants et disposent d’un soutien limité pour aider ces derniers à s’épanouir et à réussir.

Les parents deviennent le premier enseignant de leur enfant. Ici, au Bangladesh. Crédit: Deaf Child Worldwide
Les parents deviennent le premier enseignant de leur enfant. Ici, au Bangladesh.
CREDIT: Deaf Child Worldwide

Sans soutien, les parents d'enfants sourds – tout comme les enfants sourds eux-mêmes – peuvent se sentir isolés et seuls. Il s'ensuit qu’établir le contact avec les parents est une étape cruciale pour donner aux enfants sourds la possibilité de réussir dans la vie. Toutes les familles devraient avoir la chance de croire en leur enfant.

Le pouvoir des parents

À juste titre, dans les débats sur l’éducation inclusive pour les personnes handicapées, leur rendre l’éducation accessible et apporter un soutien et une formation aux enseignants restent les priorités.

Cependant, nous oublions souvent le pouvoir transformateur des parents. Les parents d’enfants sourds ont un rôle vital à jouer dans le développement de leur enfant. Ils sont la clé pour développer les compétences de communication de leurs enfants dès les premières années de leur vie et pour s’assurer que leurs enfants sont prêts à apprendre au moment de leur entrée à l’école.

L'une des interventions les plus réussies que nous ayons développées consiste en la création et au soutien de groupes locaux de parents dans toutes les régions où nous travaillons.

En travaillant avec des parents qui vivent la même situation, il se passe quelque chose de merveilleux. Les parents deviennent des défenseurs déterminés, motivés et dotés de pouvoirs pour le changement. Ils deviennent le premier enseignant de leur enfant. Ils partagent leurs frustrations avec quelqu'un qui est déjà passé par là. On dit souvent qu’il faut un village pour élever un enfant et que la maison est la première et la plus importante des salles de classe de l’enfant. Nous ne saurions être plus d'accord.

Des groupes de parents au Kenya et au Bangladesh

Au Kenya, un projet de Deaf Child Worldwide a mobilisé des centaines de parents pour qu’ils défendent les droits de leurs enfants sourds. Après avoir été sensibilisés à l'inclusion des sourds et aux droits des personnes handicapées, ils ont ensuite appris comment faire pression de manière efficace et comment s'engager avec le gouvernement local au nom de leurs enfants. 

Au Bangladesh, nous avons créé trois groupes de parents dans différents districts et leur avons permis d’accéder à une formation sur l’éducation des enfants sourds. Nous les avons guidés sur la manière d’aider leurs amis, leurs familles et la communauté toute entière à comprendre ce qu’est la surdité et à communiquer avec leurs enfants.

Malgré les différences entre les endroits où ces projets ont été mis en place, dans les deux cas, l'autonomisation des parents et la création de groupes de parents ont conduit à des avancées significatives avec les autorités locales et d'autres organismes représentant les enfants sourds. Dans les deux régions, ces enfants mènent désormais une vie meilleure grâce au soutien dont bénéficient actuellement leurs parents.

L'effet sur les parents

Tous nos éléments concrets montrent que l’effet sur l’enfant et ses parents est transformationnel. Une mère, Mita Debnath, qui vit avec son enfant sourd à Jhenaidah au Bangladesh, a expliqué comment en rejoignant un groupe de parents, elle avait pu développer des compétences et prendre en charge son fils :

«  Dès que j'ai entendu parler de ce programme, j'ai décidé de m'y inscrire. Chaque fois que je m’y rends, je me sens un peu plus apaisée, un peu plus soulagée et un peu plus optimiste. . . Je crois que cela transformera la vie de mon enfant pour le mieux. Cela a déjà transformé la mienne. »

Un père, Zakirul Islam Babu, a résumé de manière succincte le sentiment d'autonomisation que l'adhésion à un groupe de parents lui avait procuré :

« Notre sens des responsabilités avait toujours été réprimé. Maintenant, nous nous sentons suffisamment libérés pour assumer de telles responsabilités. »

Ces récits témoignent du fait qu’un soutien direct, une meilleure compréhension de la manière d’élever un enfant sourd et les outils pour faire campagne efficacement peuvent transformer des individus isolés en force de changement. Une fois qu’un groupe de parents a été créé, les parents deviennent de fervents défenseurs de l’éducation de leurs enfants.

Il existe diverses manières de lutter contre la crise de l'éducation des enfants handicapés. Nous avons besoin d'un engagement mondial. Il est nécessaire que les pays, les ONG et d’autres organisations se rassemblent pour donner la priorité à l’éducation des enfants handicapés.

La création de groupes de parents n’est qu’un moyen, puissant bien sûr, de faire face à cette crise. Il ne faut pas le sous-estimer.

En novembre 2019, Deaf Child Worldwide célébrera le 30e anniversaire de la Convention des Nations Unies relative aux droits de l'enfant, avec la publication d'un rapport sur l'expérience des enfants sourds dans les pays en développement.

Pour plus d'informations, consultez le site Internet de Deaf Child Worldwide

 

Laisser un commentaireou
Enfants handicapés

Derniers blogs

Tous les blogs
Ballaaf Ould Salem Vall est enseignant et chef d’établissement. Il officie notamment en tant qu’enseignant d’études religieuses et d’instruction civique au College Riyad 5, Tarhil, Nouakchott, Mauritanie. Crédit: GPE/Kelley Lynch
En savoir plus sur les indicateurs 4.a.1, 4.b.1 et 4.c.1 des données de l’ODD 4
Des élèves de niveau 3 de l'école Sandogo B à Ouagadougou au Burkina Faso. Crédit: GPE/Kelley Lynch
Le rapport annuel sur les résultats du Partenariat mondial pour l'éducation met en évidence les progrès réalisés par le partenariat dans la mise en œuvre de sa stratégie quinquennale et les domaines...
Des enfants dans la région du Lac Tchad. Crédit: GPE/Carine Durand
Le 20 juin est la Journée mondiale des réfugiés. Pour les enfants qui sont pris au piège du chaos de devoir quitter leur maison et parfois leur famille, le fait de pouvoir continuer à recevoir une...

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas divulguée. Tous les champs sont requis