Comment le Cameroun renforce son système éducatif avec l’appui du GPE

Le GPE adopte une approche à multiple facettes pour soutenir efficacement le renforcement du système éducatif au Cameroun

Des élèves dans leur salle de classe dans une école au Cameroun. Crédit: GPE/Stephan Bachenheimer

Des élèves dans leur salle de classe dans une école au Cameroun

CREDIT: GPE/Stephan Bachenheimer

L’accès à l’éducation dans certaines régions du Cameroun s’est détérioré au cours des derniers mois: la région de l’extrême-nord subit des attaques répétées de Boko Haram, des réfugiés en provenance de la République Centrafricaine affluent massivement dans la région de l’est, et les régions anglophones du sud-ouest et du nord-ouest sont en proie à une crise politique.

Depuis 2007, le GPE apporte son appui au secteur de l’éducation au Cameroun et a alloué des financements d’un montant total de 100,7 millions de dollars. L’actuel programme, le PAEQUE (Projet d’amélioration de l’équité et de la qualité de l’éducation), est principalement axé sur l’amélioration de la qualité de l’offre éducative et la promotion de l’équité qui se traduisent par des actions concrètes comme :

  1. L’amélioration du degré d’alphabétisation et des notions d’arithmétique, afin de permettre aux élèves d’acquérir de bonnes bases en lecture et calcul, le GPE contribue à la distribution de manuels de lecture et de calcul dans les écoles publiques. Plus d’un million de manuels scolaires et de guides d’enseignement ont été distribués dans ce cadre, contribuant à l’amélioration du ratio élèves/manuels de 12/1 en 2012 à 6/1 en 2017.
  2. Le renforcement des compétences des enseignants et l’amélioration de leur condition de travail. La suspension de recrutement dans la fonction publique des enseignants du primaire et le manque de moyens financiers pour l’éducation ont eu de lourdes conséquences sur la qualité de l’offre éducative. Les enseignants mal ou non payés ont fini par déserter les salles de classe, contraignant certaines communautés à chercher d’autres alternatives comme le recrutement de « maîtres des parents ».
  3. Cette pratique est très courante notamment dans les zones rurales. Toutefois, la majorité de ces « maîtres des parents » n’a reçu aucune formation initiale sur l’enseignement. Pour faire face à ce problème, le gouvernement a mis en place un dispositif pour faciliter la contractualisation des « maîtres des parents ».

    Le soutien financier du GPE a permis de concrétiser la contractualisation de 6 000 instituteurs depuis 2015. Le dernier rapport d’avancement du programme révèle que 85 % des « maîtres des parents » dans les zones désavantagées ont été convertis en contractuels. Une autre vague de 3 000 instituteurs est prévue pour l’année scolaire 2017/18.

    Cette initiative est couplée avec des formations. A titre d’exemple, plus de 60.000 enseignants ont suivi des formations sur l’utilisation des manuels scolaires et guides d’enseignement.

  4. L’amélioration des systèmes de suivi et de supervision pédagogique
  5. Toute la chaine de supervision pédagogique a été revue et renforcée pour assurer un meilleur suivi des prestations de services dans le secteur éducatif et pour assurer que des enseignants formés, qualifiés et payés par l’État soient disponibles dans toutes les régions. À cet effet, des formations ont été organisées pour les responsables d’inspections générales, les inspecteurs coordonnateurs, ainsi que les personnes chargées de la formation des relais comme les inspecteurs régionaux, départementaux, d’arrondissements, les directeurs d’école et les enseignants.

    Abonnez-vous à nos alertes email
  6. La promotion de l’accès des jeunes filles à l’éducation
  7. Certaines localités ont des pratiques culturelles dominantes peu favorables à l’éducation des jeunes filles. Afin d’augmenter la fréquentation scolaire des jeunes filles dans les différentes régions du pays, le GPE soutient des campagnes de sensibilisation retransmises par des radios communautaires en français, en anglais et en langues locales (Fufulde, Baya, Bamoun et Pidgin). Cet effort est renforcé par la distribution de kits pour les jeunes filles avec des manuels scolaires et autres supports.


Grâce aux efforts de plaidoyer du PAEQUE, le gouvernement camerounais a récemment adopté une nouvelle réforme des manuels scolaires.

En plus des résultats du programme PAEQUE, l’appui du GPE permet également un dialogue politique sur les questions clés du secteur éducatif, en discussion avec les autres partenaires. C’est là l’un des atouts les plus importants que le GPE puisse favoriser : l’établissement d’une plateforme de coordination et de dialogue des partenaires en soutien aux priorités du gouvernement.

Auteur (s)

Spécialiste de l'éducation Sénior, Partenariat mondial pour l'éducation
Ludovic Signarbieux est responsable-pays pour le Cameroun, le Togo, le Benin, Haïti, Madagascar et le Cap Vert au sein du GPE depuis mars 2015. Il a travaillé depuis plus de 10 ans sur les questions d’...

Derniers blogs

La Campagne mondiale pour l'éducation célèbre les engagements pris par les pays en développement et les pays donateurs d'intensifier le financement de l'éducation pendant la Conférence...
La Conférence de financement du GPE à Dakar a attiré l'attention du monde entier et placé l'éducation en tête des priorités de développement. Découvrez ce que vous avez peut être manqué et...
Mohamed Sidibay, militant pour le droit à l'éducation et ex-enfant soldat, souligne l'importance de la Conférence de financement du GPE, pour s'assurer que les dirigeants du monde...