Comment tracer les flux financiers relatifs à l’éducation ?
Les comptes nationaux de l'éducation ou CNE (National Education Accounts - NEA) contribuent au suivi des financements de l'éducation quelle qu’en soit la source
Les comptes nationaux de l'éducation ou CNE aident au suivi des financements de l'éducation quelle qu’en soit la source
29 avril 2016 par Suzanne Grant Lewis, UNESCO’s International Institute for Educational Planning (IIEP) et Silvia Montoya, UNESCO Institute for Statistics|
|

Au Népal, les parents paient près de la moitié des frais de scolarité de leur enfant, tandis que l’Etat en finance 38 % (essentiellement au niveau du primaire) et que près de 14 % de ces frais sont couverts par des financements extérieurs et autres sources privées. En Guinée, l’État a fait de l’enseignement primaire sa première priorité et consacre à ce niveau d’enseignement, 42 % de son budget actuel dédié à l’éducation.

Au Laos, des financements extérieurs soutiennent la volonté du pays d’améliorer la qualité de l’éducation et l’accès à l’école mais, ces financements demeurent toutefois fragmentés, avec par exemple, des décaissements qui affichaient un manque à gagner de 63 % en 2014. En Côte d’Ivoire, les contributions des ménages représentaient un tiers des dépenses totales en matière d’éducation pour la même année.

Huit pays ont commencé à suivre les flux financiers relatifs à l’éducation

Ces chiffres ne sont qu’une partie des statistiques issues des comptes nationaux de l'éducation (CNE) récemment créés dans huit pays : l'Ouganda, le Sénégal, la Guinée, le Zimbabwé, la Côte d’Ivoire, le Népal, le Laos and le Vietnam. Le projet dans lequel se sont lancés ces pays vise à produire des données nécessaires au suivi des flux de financements consacrés à l’éducation et à cibler les ressources là où elles sont le plus utiles.

Lancé en 2013 avec le soutien du Partenariat mondial pour l’éducation, le projet est mené par l’Institut de la statistique de l’UNESCO (ISU), l’Institut international de planification de l’éducation de l’UNESCO (IIPE-UNESCO) à Paris et l’IIPE Pôle de Dakar. Les huit pays participants se sont récemment réunis à l’IIPE-UNESCO pour le dernier séminaire international du projet.

Qu'est ce qu'un compte de l'éducation nationale?

Un CNE est un système d’information complet qui contribue à produire des données fiables et transparentes en matière de dépenses liées à l’éducation provenant de toutes les sources, notamment l'État, les ménages et les financements extérieurs, à tous les niveaux d’enseignement.

Dans les pays sans CNE, les informations relatives aux dépenses dans le secteur éducatif sont souvent disséminées entre de nombreuses sources, principalement du fait de la complexité des mécanismes de financement et des difficultés liées à la collecte auprès des sources de données. En conséquence, les principaux chiffres sous-évaluent souvent largement le véritable niveau d’investissement réalisés dans le domaine de l’éducation.

Pour créer un CNE, il est nécessaire de mobiliser des informations d’un ensemble de sources comptables et statistiques. Ceci implique une cartographie des ressources provenant de toutes les sources publiques, non seulement des ministères de l’éducation, mais également des ministères des finances, du budget, de la jeunesse, des autorités locales et autres, ainsi que des enquêtes menées par les offices nationaux des statistiques. Un cadre central veille à la cohérence entre toutes les données ajoutées au CNE. Ces informations sont alors compilées et harmonisées pour produire un ensemble de tableaux constituant le CNE.

La création d’un premier CNE peut prendre entre un et deux ans, selon la disponibilité des données et le temps que l’équipe technique peut y consacrer. Une fois la méthodologie de base en place, la mise à jour du compte les années suivantes ne prend cependant que quelques semaines.

Grâce à ces informations, les pays peuvent évaluer les efforts nationaux en matière d’offre éducative et la part des contributions de toutes les parties prenantes, et disposer également de coûts plus précis à chaque niveau du système éducatif, du niveau préscolaire à l’enseignement supérieur, tant pour l’éducation formelle qu’informelle.

Pourquoi développer un compte national de l'éducation?

Chaque pays, quel que soit son niveau de ressources, se doit de prendre le pouls financier de son système éducatif. Comment attendre des Etats qu’ils atteignent leurs cibles politiques s’ils ne savent pas quelles sont les montants exacts des contributions des différentes sources de financement ?

En effectuant un suivi des flux financiers, les Etats sont plus à même d’allouer les ressources aux domaines qui en ont le plus besoin, afin d’améliorer efficacité et équité en matière d’éducation.

Ces informations sont également vitales pour les bailleurs de fonds cherchant à soutenir des plans de l’éducation, ainsi qu’aux organisations de la société civile, aux ménages et aux organisations scolaires qui tentent de garantir à chaque enfant la possibilité d'aller à l'école et d’apprendre.

Les CNE peuvent également aider les pays à concevoir et mettre un œuvre des plans nationaux de l’éducation. Koffi Nguessan, du Ministère de l’Éducation nationale de Côte d’Ivoire, a déclaré que son Gouvernement s'était engagé à assurer une éducation gratuite de grande qualité à tous les enfants âgés de 6 à 11 ans.

Nous devons garder à l’esprit que les réformes ne peuvent être menées qu'avec une planification suffisante, et il nous faut donc être en possession des données nécessaires,” a déclaré Nguessan au cours du séminaire. “Nous investirons de l’argent mais, les CNE peuvent contribuer à dresser l’inventaire des financements de l’éducation et nous aider à mieux planifier.

Les CNE contribuent à mener des réformes basées sur des données probantes

Alors que le programme d’éducation à l’horizon 2030 bat son plein, la nécessité des données financières de qualité se fait de plus en plus évidente. Les plans de mise en œuvre, notamment ceux relatifs aux dépenses financières, doivent être suivis. Les CNE peuvent apporter un éclairage essentiel dans le suivi des ressources en mettant en évidence tous les ressorts des financements de l'éducation : où, comment et par qui l’éducation est-elle financée et quels en sont les bénéficiaires. Sans CNE, ces questions cruciales liées à l’équité et la qualité restent sans réponse.

Au niveau mondial, le manque de données pose également des difficultés significatives à des institutions telles que l'ISU, source officielle des données permettant de suivre les avancées du programme d'éducation à l'horizon 2030. Par exemple, seuls 50 % des pays ont pu rapporter leurs dépenses publiques en matière d’éducation au moins une fois entre 2012 et 2014.

Faire des CNE une pratique à l'échelle mondiale

Inspiré de la méthodologie du Système des Comptes nationaux cet outil « satellite » pour le secteur éducatif est nouveau pour de nombreux pays, en particulier comparé à d’autres secteurs tels que la santé ou l’agriculture. Riches de l’expérience acquise au cours du projet initial, les huit pays contribuent désormais à la finalisation d’un ensemble de directives méthodologiques afin de faire des CNE, une pratique à l'échelle mondiale.

Les équipes nationales œuvrent également à l’institutionnalisation des CNE au sein de leur pays, la production, la diffusion et l’utilisation des données ne devant pas constituer une activité occasionnelle. Le partage des expériences de mises en œuvre, ainsi que des résultats analytiques et leur traduction en politiques, constituent des moyens importants dans le but de sécuriser la durabilité d'un CNE.

Tout en représentant un investissement certain, la compréhension de la santé financière d’un système éducatif peut engendrer à terme, des économies considérables.

La clôture du projet des Comptes nationaux de l'éducation en juillet 2016 verra le développement de plusieurs types de ressources. Les rapports nationaux comprenant des directives techniques seront publiés pour les huit pays, accompagnés de directives méthodologiques, afin d’aider les partenaires et autres pays, à mettre en place le système du CNE.

Pour en savoir plus sur les CNE et leur lien avec d’autres instruments de suivi des dépenses, veuillez consulter le document de l’ISU : A roadmap to better data on education financing.

Laisser un commentaireou
Suivi et évaluation

Derniers blogs

Tous les blogs
Des élèves lisant en classe pendant une leçon. École de Kivukoni, MC Mpanda à Katavi en Tanzanie.
De nouvelles données de l'Institut de statistique de l'UNESCO (ISU) confirment la nécessité d'accélérer les efforts pour que tous les enfants soient scolarisés et apprennent.
Fasil, 11 ans, élève à l'école de Felege Abay à Bahar Dar, en Éthiopie, s'exerce avec un puzzle. Crédit: PME/Kelley Lynch
Les engagements pris à l'échelle mondiale afin de réduire les inégalités en matière d'éducation et de garantir à tous les enfants l'accès à l'apprentissage ne sont pas encore atteints. Le mécanisme...
Une jeune fille écrit sur son tableau. Elle est élève à l’école de Sô-Ava, près de Cotonou au Bénin. Cette école a bénéficié de la construction d’un nouveau bâtiment financé par le PME. Crédit: PME/Chantal Rigaud
La Journée internationale de l’alphabétisation célébrée ce 8 septembre, est l’occasion de nous rappeler que beaucoup reste encore à faire pour que davantage d’enfants soient scolarisés et apprennent.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas divulguée. Tous les champs sont requis