Des jeunes femmes qui œuvrent au changement d'attitude dans les universités au Zimbabwe

Evernice et Abiona font figurent de pionnières au Zimbabwe. Ces deux jeunes femmes ouvrent la voie à bien d'autres pour qu'elles puissent diriger et s'émanciper, elles-mêmes et les autres, afin de parvenir à une plus grande égalité des sexes tant sur les campus universitaires que dans le reste du pays.

|
Lecture : 3 minutes
|
Des étudiants zimbabwéens célèbrant la remise de leurs diplômes. Crédit : Nataly Reinch/Shutterstock.com
Des étudiants zimbabwéens célèbrant la remise de leurs diplômes.
Nataly Reinch/Shutterstock.com

En 2005, lorsqu'Evernice Munando a fondé le Female Students Network Trust (FSNT), c'était presqu'inédit de voir des jeunes femmes élues dans les syndicats d'étudiants influents au Zimbabwe, considérés comme le terrain de jeu des futurs leaders politiques du pays.

Elle explique que le harcèlement sexuel et la discrimination sont les plus grandes difficultés auxquelles sont confrontées les jeunes femmes dans les universités au Zimbabwe.

Selon une étude récente menée par le FSNT et la Commission nationale du Zimbabwe auprès de l'UNESCO, les normes traditionnelles en matière de genre et la discrimination fondée sur le genre sont encore très répandues, surtout dans les zones rurales. Progressivement cependant, certains signes indiquent que les attitudes patriarcales et les stéréotypes maintenant les filles et les femmes à l’écart commencent à se modifier dans les centres urbains.

En 2019, le FSNT, lauréat du prix de l'UNESCO pour l'éducation des filles et des femmes, a célébré l'élection de trois femmes à la présidence de syndicats étudiants, et l'élection de nombreuses autres à divers postes de direction dans des organisations étudiantes.

À la rencontre d’Abiona, jeune cheffe de file

Abiona Mataranyika, étudiante de 22 ans, est entrée dans l'histoire lorsqu'elle a été élue première femme présidente du Conseil des représentants des étudiants de l'Université du Zimbabwe, la plus ancienne et la plus prestigieuse des institutions de ce type dans le pays.

« J'étais la personne la plus heureuse de la planète parce que j'avais prouvé que la société avait tort. J'avais l'impression qu'une porte de possibilités s'ouvrait et que j’étais la première à la franchir ».

Abiona, se souvenant du jour où elle a gagné l'élection.

Comme d'autres dirigeantes étudiantes, Abiona a fait l'objet d'une multitude d'attaques personnelles, de menaces, de rumeurs et de cyberintimidation, ainsi que de violences le jour du vote, qui a vu l'arrestation de huit personnes pour avoir participé à des émeutes devant le bâtiment du syndicat étudiant.

Elle explique : « Bien que nous ayons de nombreuses organisations qui militent pour l'émancipation des femmes au Zimbabwe, nous rencontrons encore beaucoup de résistance de la part des hommes. À qualifications et réalisations égales, nous sommes pourtant perçues comme moins aptes que nos homologues masculins. C'est ce qui m'a motivé à me présenter à ce poste. Je voulais briser ce mythe selon lequel les femmes ne peuvent pas occuper ces fonctions ».

Crédit : Abiona Mataranyika
Abiona Mataranyika

Changement d'attitude

Pour Evernice, le nombre croissant de jeunes femmes élues à des postes de direction dans les universités est un signe que le travail acharné du FSNT et d'autres organisations porte ses fruits.

« Nous constatons, par exemple, que les jeunes hommes comprennent beaucoup mieux ce qu'est le harcèlement sexuel », déclare Evernice. Cela permet aux jeunes femmes d’évoluer dans un environnement universitaire plus favorable.

La candidature d'Abiona a été soutenue par l'un des plus grands mouvements politiques étudiants du pays, et de nombreux membres masculins ont activement fait campagne pour son élection. « Nous ne pouvons pas nier qu'il y a eu un changement de paradigme dans l'attitude des hommes envers le leadership féminin », dit-elle.

Aujourd'hui, Abiona est déterminée à utiliser sa position unique de première femme présidente du Conseil des représentants des étudiants de son université, pour représenter les opinions de tous les étudiants. Elle est désireuse de trouver des solutions innovantes visant à changer les politiques de gouvernance et à améliorer la vie des femmes, qui représentent 60 % du corps étudiant, sur le campus.

Dans le cadre de ce travail, Abiona prévoit d'organiser des séminaires sur l'autonomisation des femmes en partenariat avec le FSNT pour tous les étudiants intéressés, une fois que l'université rouvrira après la fermeture liée à la pandémie de COVID-19.

Le leadership d'Abiona encourage d'autres jeunes femmes à suivre ses pas. Cela montre l'importance des modèles et le changement progressif d'attitude qui se produit sur les campus universitaires à travers le pays.

« Tant que les filles et les femmes ne seront pas en mesure de participer pleinement au leadership, les changements transformationnels qui sont désespérément nécessaires au Zimbabwe et ailleurs resteront hors d’atteinte ».

Abiona

Pour en savoir plus

La date limite de soumission des candidatures pour le Prix 2020 de l'UNESCO pour l'éducation des filles et des femmes est fixée au 26 mai 2020. Cliquez ici pour consulter les critères d'éligibilité et en savoir davantage.

En 2016, le FSNT s’est vu décerner ce prix pour son travail sur l'autonomisation des étudiantes grâce à des programmes de développement du leadership et de mentorat au Zimbabwe.

Créé en 2015 grâce au financement du gouvernement de la République populaire de Chine, le prix récompense les contributions exceptionnelles et innovantes qui font progresser l'éducation des filles et des femmes.

En savoir plus sur la réponse de l'UNESCO aux perturbations de l'éducation causées par la pandémie de COVID-19.

Laisser un commentaire ou
Égalité des sexes
Afrique sub-saharienne: Zimbabwe

Derniers blogs

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas divulguée. Tous les champs sont requis

Le contenu de ce champ sera maintenu privé et ne sera pas affiché publiquement.

Texte brut

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.
  • Global and entity tokens are replaced with their values. Explorer les jetons disponibles.