Enseigner l’égalité des sexes aux plus jeunes élèves
Zoom sur l'éducation des filles et l'égalité des sexes
Développée par le VVOB et le FAWE, une nouvelle boîte à outils sur une pédagogie prenant en compte les disparités en termes genre pour l'éducation de la petite enfance s'avère prometteuse pour aider les enseignants de maternelle dans leur pratique quotidienne.
14 mars 2019 par Sven Rooms, VVOB Education for Development et Martha Muhwezi, FAWE Regional Secretariat|
|
Des élèves de l'école primaire de Mkunazini à Zanzibar en Tanzanie.
CREDIT: GPE/Chantal Rigaud

Ces dernières années, l’éducation de la petite enfance et l’égalité des sexes ont été élevées dans la liste des priorités de l’éducation dans le monde. Il n’est donc pas surprenant que ces deux thèmes soient également très importants dans la liste des domaines d’action du Partenariat mondial pour l’éducation, mais aussi dans les cadres régionaux d’importance stratégique tels que la Stratégie continentale de l’éducation pour l’Afrique (CESA 16-25) de l’Union africaine.

L’attention particulière portée à ces domaines a permis de produire quelques-uns des résultats tant espérés : le nombre d’enfants inscrits dans l’EPE a augmenté dans toutes les régions du monde et jamais autant de filles n’ont été scolarisées.

Ce qui est cependant remarquable, c’est que jusqu’à présent, il ne s’est pas passé grand-chose en termes de croisement de ces deux domaines. A travers une boîte à outils pédagogique favorisant l’égalité des sexes destinée à l’éducation de la petite enfance (GRP4ECE toolkit), des organisations internationales telles que VVOB – l’éducation pour le développement et le Forum des éducatrices africaines (FAWE) comblent ce vide. Le fait que cette boîte à outils ait été approuvée par l’Union africaine et l’Institut international de l'UNESCO pour le renforcement des capacités en Afrique (IIRCA) illustre la pertinence actuelle de cette ressource.

Mettre l’éducation de la petite enfance au service de l’égalité des sexes

Les recherches montrent que, chez les enfants, la notion de genre s'acquiert forme entre 3 et 7 ans. Au cours de cette phase initiale, les enfants acquièrent une compréhension des normes, identités et stéréotypes liés aux genres. C’est également à cet âge qu’ils acquièrent de forts préjugés sur le genre, tels que le type d’emploi destiné à un homme ou à une femme.

À cette période, il est également courant que les filles aient été touchées de façon négative par les interactions entre les deux sexes et le comportement masculin des garçons à l’école. Tout ceci a un énorme impact sur la future vie des enfants.

Une approche rigide des normes, identités et stéréotypes liés aux genres restreint assurément la liberté de l’enfant de développer la totalité de son potentiel selon ses talents et intérêts uniques et précieux, quel que soit son sexe.

Observant l’importance croissante de l’éducation de la petite enfance dans de nombreux pays, VVOB et FAWE voient un potentiel non négligeable dans l’utilisation de l’impact de celle-ci sur les enfants en faveur de l’égalité des sexes ; il ne s’agit pas seulement de veiller à ce que les filles soient inscrites dans des établissements préscolaires pour stimuler leur éducation, mais également de se pencher sur la façon dont ces établissements et les centres d’apprentissage précoce peuvent remettre en question les stéréotypes, normes et identités liés au genre qui auront un effet durable sur la vie des enfants.

Comment le contexte éducatif perpétue les normes et les stéréotypes

Comme dans d’autres régions du monde, en Afrique, le taux de fréquentation des établissements d’éducation de la petite enfance est à la hausse. Cela aggrave des difficultés persistantes, comme le grand nombre d’enseignants non qualifiés ou d’enseignants qui n’ont pas été formés à l’enseignement au niveau préscolaire ; des programmes et méthodes pédagogiques non adaptés aux différents stades de développement de l’enfant ; et un manque de méthodes pédagogiques fondées sur le jeu. De plus, une grande majorité du personnel enseignant est constitué de femmes.

Comme le montrent les conclusions des études menées dans les régions nord du globe, on sait que les enseignants valident de façon inconsciente des normes et stéréotypes problématiques sur le genre. Par exemple, les filles sont plus souvent félicitées par les enseignants pour leur tenue, leur apparence ou leur comportement attentionné. Les garçons, à l’inverse, sont complimentés sur leur force physique, se voient confier des tâches plus complexes dans la classe et accorder davantage d’attention et d’espace d’expression que les filles.

Au Kenya, les études révèlent que les enseignants des établissements préscolaires influencent les enfants dans leur choix de jouets en fonction de leur genre plutôt que de les encourager à choisir des jeux traditionnellement destinés à l’autre sexe ou carrément neutres.

Les normes et stéréotypes basés sur le genre ne sont pas limités à la salle de classe. Ils envahissent la vie des jeunes enfants de bien des façons : on les retrouve dans les médias, la publicité, les jouets et le matériel pédagogique d’apprentissage par exemple. Ils sont transmis par les parents, les pairs, dans ce que les enfants voient dans leur communauté et à travers les normes sociales.

Lorsque les enseignants sont sensibilisés et conscients de leurs propres préjugés sur les différents genres, ils peuvent dès lors se comporter proactivement en agents du changement, remettant ainsi en question les normes et stéréotypes qui influencent leurs élèves en dehors de la salle de classe ; faisant ainsi des enfants de véritables acteurs de leur avenir dès le plus jeune âge.

Comment remettre en question et prévenir les stéréotypes sur le genre pour les enseignants

Convaincus de l’effet des stéréotypes liés au genre sur un enseignement de qualité dans l’éducation de la petite enfance, VVOB et FAWE se sont associés aux ministères de l’éducation, aux enseignants et formateurs d’enseignants au Rwanda, en Afrique du Sud et en Zambie pour développer une « boîte à outils pédagogique favorisant l’égalité des sexes destinée à l’éducation de la petite enfance » (GRP4ECE).

Guide sur la pédagogie sensible au genre dans l'éducation de la petite enfance

Cette boîte à outils fournit aux enseignants de jeunes enfants et aux chefs d’établissement un ensemble d’instruments pratiques et économiques dont ils pourront se servir pour réfléchir à leurs propres préjugés sur le genre, ainsi que des astuces pour leur permettre d’introduire une pédagogie favorisant l’égalité des sexes dans leurs écoles et salles de classe.

La boîte à outils comprend 4 livrets distincts :

  1. contexte pédagogique favorisant l’égalité des sexes,
  2. livret pour les enseignants,
  3. livret pour les chefs d’établissement,
  4. activités concrètes pour sensibiliser les jeunes élèves sur le genre.

La boîte à outils contient également un jeu auquel peuvent jouer les enseignants et les chefs d’établissement, dans le but de lancer une réflexion collective sur le moyen d’introduire des méthodes pédagogiques favorisant l’égalité des sexes dans leur école et leur salle de classe.

Des essais menés en Zambie et en Afrique du Sud ont démontré l’utilité et la pertinence de cette boîte à outils pour les professionnels de l’éducation de la petite enfance dans leur pratique quotidienne. Comme l’a formulé un participant en Afrique du Sud : « Nous avons joué au jeu de la boîte à outils avec les enseignants, les chefs d’établissement et les parents. C’était intéressant de voir les différents points de vue. Nous avons pu immédiatement faire le lien avec nos activités en classe. À présent, nous avons des idées concrètes sur comment procéder différemment. »

À l’avenir, VVOB et FAWE prévoient de mettre en œuvre cette boîte à outils aux côtés de leurs partenaires d’éducation. Bien que cette boîte à outils soit essentiellement une ressource d’autoformation, elle sera utilisée pour améliorer la formation initiale et continue des enseignants, avec le soutien des directions du ministère de l’éducation pertinentes. Son utilisation sera lancée en Zambie avant d’être déployée dans d’autres pays africains.

La boîte à outils GRP4ECE est une ressource pédagogique libre disponible sur les sites Web du VVOB et de FAWE. En tant que créateurs de ces outils, nous encourageons vivement toute autre organisation animée du même esprit à les utiliser dans leurs activités. Nous encourageons également toute remarque ou question sur la boîte à outils et sommes ouverts à toute discussion sur des idées et propositions d’étude aux fins d’en mesurer l’efficacité. Saisissons le pouvoir de l’éducation de la petite enfance pour parvenir ensemble à l’égalité des sexes !

À propos du Forum des éducatrices africaines

FAWE est une organisation panafricaine non gouvernementale fondée en 1991 par cinq femmes ministres de l’éducation visant à promouvoir l’éducation des filles et des femmes en Afrique subsaharienne, en cohérence avec le programme « Éducation pour tous ». L’organisation est composée de femmes ministres de l’éducation, de vice-présidentes d’universités, de décideurs politiques, de chercheurs, de spécialistes du genre et de défenseurs des droits humains.

À propos de VVOB – l’éducation pour le développement

VVOB aide les ministères de l’éducation en Afrique, Asie et Amérique du Sud à améliorer la qualité de leur système éducatif. VVOB est a été cofondé par les gouvernements belge et flamand, la Commission européenne et d’autres bailleurs internationaux.

Laisser un commentaireou
Afrique sub-saharienne: Zambie

Derniers blogs

Tous les blogs
Des participants à un atelier d'information durant les activités de diffusion du nouveau plan sectoriel de l'éducation en Guinée-Bissau. Crédit: UNICEF
Pour renforcer les connaissances de tous les partenaires impliqués dans le secteur autour du plan d’éducation, le GPE, ainsi que l’UNICEF et le ministère de l’Éducation, ont collaboré à l’élaboration...
Les membres du Conseil consultatif du G7 sur l'égalité des sexes posent pour une photo de groupe après leur réunion à Paris les 8 et 9 mai.
Réflexions à l'issue de la réunion du Conseil consultatif du G7 sur l'égalité des sexes, début mai.
Un élève devant le nouveau bloc scolaire de l'école de St. Lawrence en Ouganda. Crédit: GPSA
Un engagement fort des citoyens et une responsabilité sociale peuvent aider à améliorer les résultats en matière de développement. Découvrez comment deux communautés scolaires en Ouganda sont allées...

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas divulguée. Tous les champs sont requis