La voie vers l’égalité des sexes passe par l’éducation
Pourquoi le genre est important dans l’éducation
Zoom sur l'éducation des filles et l'égalité des sexes
L'UNGEI et le GPE, en collaboration avec d'autres partenaires, aident les pays en développement à identifier les obstacles liés à l'égalité des sexes dans leurs systèmes éducatifs et à mettre en place des stratégies et des politiques pour les éliminer par le biais de leurs plans sectoriels de l'éducation.
8 mars 2019 par Nora Fyles, UN Girls' Education Initiative et Jo Bourne, Global Partnership for Education|
|
Une enseignante fait cours à l'extérieur à l'école primaire Nurul Islam pour filles, dans la localité de Nyala Sud, Sud Darfour, au Soudan
CREDIT: GPE / Kelley Lynch

On entend si souvent dire que l’éducation est le grand égalisateur. L’éducation est l’investissement le plus sûr pour égaliser les différences économiques et sociales entre les individus.

De plus, lorsqu’elles fonctionnent correctement, les écoles peuvent lutter contre les inégalités liées au genre les plus enracinées. Pour nous, la voie de l’égalité des sexes passe en fait par l’éducation.

L’égalité des sexes est en effet fondamentalement une question de choix : elle vise à doter filles et garçons, femmes et hommes, des mêmes savoirs et possibilités de prendre des décisions éclairées dans leur vie.

Or nous nous heurtons là à une faille de notre argument, car il ne s’agit pas juste d’un nombre égal de filles et de garçons scolarisés ou d’opportunités individuelles.

En effet, même lorsque les filles et les garçons ont un accès égal à l’éducation, nous savons que l’égalité des sexes n’est pas évidente pour autant. Dans de nombreux pays, les filles sont les premières à décrocher de l’école, les premières laissées pour compte par le système.

Dans d’autres, ce sont les garçons qui ont généralement du mal à suivre. Et le système lui-même – les outils et pratiques d’enseignement et d’apprentissage, la culture de la classe et la façon dont l’éducation est gérée – peut renforcer plutôt qu’éliminer les croyances portant sur ce que doivent faire et être filles et garçons.

Pour que l’éducation remplisse son objectif de faire émerger un monde égalitaire entre les hommes et les femmes, les garçons et les filles (et tous les garçons et les filles) doivent en bénéficier à égalité.

La question essentielle est : que faudra-t-il pour parvenir à l’égalité des sexes dans l’éducation, et pour que les écoles contribuent à la promotion d’une société égalitaire pour les hommes et les femmes ?

Le plan sectoriel de l’éducation : une opportunité cruciale

Une chose est claire : pour lutter contre les obstacles à l’éducation, l’approche du statu quo ne fonctionnera pas.

En effet, pour que le système change dans sa globalité, les systèmes éducatifs doivent favoriser l’égalité des sexes dans leur conception même. De même que la conception d’un immeuble naît dans le plan de l’architecte, le point d’entrée doit être ici le plan sectoriel de l’éducation (PSE).

Véritable plan d’un pays pour la réforme de son éducation, le PSE représente une opportunité essentielle d’intégrer l’égalité des sexes dans l’ADN de l’éducation sous tous ses aspects – de la vision du type d’écoles qu’un pays espère créer à la façon dont les données de l’éducation sont recueillies et analysées, aux politiques qui sont créées et à la façon dont les écoles et les institutions pédagogiques sont gérées.

Ce que nous défendons est donc une planification sectorielle de l’éducation favorisant l’égalité des sexes. À partir des outils existants pour une planification de l’éducation avisée, l’UNGEI, le GPE et les partenaires ont ainsi élaboré un guide qui permet de mettre l’accent sur le genre.

C’est la raison pour laquelle, pour la Journée internationale de la femme 2017, avec le soutien de l’UNICEF, l’UNGEI et le GPE ont publié le Guide pour l’élaboration des plans sectoriels de l’éducation favorisant l’égalité des sexes.

Guide pour l’élaboration des plans sectoriels de l’éducation favorisant l’égalité des sexes.

Point de départ important, cette approche identifie les obstacles à l’égalité des sexes au sein des systèmes éducatifs et garantit la mise en œuvre de stratégies et politiques pour les éliminer, au moyen du PSE.

Ainsi, l’étude des disparités entre les sexes peut identifier l’absence d’installations sanitaires non mixtes, l’existence d’un environnement d’enseignement et d’apprentissage empreint de violence ou la présence de stéréotypes genrés dans les matériels pédagogiques.

La planification sectorielle favorisant l'égalité des sexes peut identifier le manque de formation et de sensibilisation au genre des enseignants ou des déséquilibres au sein du personnel enseignant, avec une insuffisance de femmes dans l’enseignement des maths et des sciences, et peu d’homme, sinon aucun, dans les petites classes.

Au-delà de la salle de classe, l'approche prend également en compte les normes sociales à l’origine des mariages et grossesses précoces, de la violence liée au genre, et de la stigmatisation qui entoure la menstruation, comme des questions d’éducation aux conséquences négatives.

La mobilisation en faveur de l’égalité des sexes dans l’éducation signifie la pris en compte de ce type de questions liées au genre à chaque niveau de l’analyse, la planification et la budgétisation des PSE.

Elle nécessite également que les ministères de l’éducation collaborent avec d’autres ministères pour une approche globale des pouvoirs publics dans la formation de systèmes égalitaires entre les femmes et les hommes.

Un outil, un atelier et désormais, un mouvement

En l’espace de trois ans, le guide, d’abord outil, est devenu atelier, et désormais, mouvement.

À ce jour, des représentants des délégations des ministères de l’éducation, des groupes locaux des partenaires de l’éducation et des organisations de la société civile (OSC) de 27 pays ont déjà participé à quatre ateliers régionaux en Afrique occidentale et du Centre, en Afrique orientale et australe, et en Asie du Sud.

Chaque atelier est constitué d’un programme intense sur quatre jours, conçu pour améliorer la compréhension qu’ont les délégués de l’étude des disparités entre les sexes et de son rôle dans la planification de l’éducation.

Grâce à une immersion, les ateliers renforcent les capacités des participants à appliquer les principes clés de l’égalité des sexes dans leur travail, à augmenter leur implication dans cette mission et à faciliter l’apprentissage entre pairs, grâce au partage des remarques et expériences entre les équipes des pays.

 

Participants à l'atelier sur la planification sectorielle de l'éducation favorisant l'égalité des sexes à Nairobi en novembre 2018
Participants à l'atelier sur la planification sectorielle de l'éducation favorisant l'égalité des sexes à Nairobi en novembre 2018
CREDIT: UNGEI/Sarah Winfield

Les ateliers sont conçus pour prendre en compte l’aspect professionnel afin que les délégués puissent étudier leur propre PSE, étudier les disparités entre les sexes au sein de leur propre contexte éducatif et, à la fin, créer un plan d’action pour les travaux de suivi qui rendra leur PSE plus favorable à l’égalité des sexes.

Dans les prochains billets, nous étudierons de façon approfondie les expériences, les enseignements et les résultats d’un récent atelier à travers la perspective des participants eux-mêmes.

Pour notre part, avoir été témoins de l’impact du programme sur les délégués nous redonne l’espoir que notre mission en faveur de l’égalité des sexes dans l’éducation peut être et est en cours de réalisation.

Ce n’est que lorsque l’intégration systématique du genre dans tous les aspects de l’éducation deviendra une priorité nationale que sera libéré le pouvoir de transformation de l’éducation.

La planification sectorielle favorisant l'égalité des sexes ouvre cette voie.

 

Laisser un commentaireou
Éducation des filles

Derniers blogs

Tous les blogs
Education activists supporting the #YouthStrike4Climate movement in Abidjan. Credit: GCE
Réunis en Côte d’Ivoire le mois dernier, des défenseurs de l’éducation du monde entier ont adopté les Principes d’Abidjan sur l’obligation des États en matière de droits de l’Homme de fournir un...
Une élève posant avec ses livres dans ses bras. Ecole publique de Nyeri dans le Comté de Nyeri au Kenya. Crédit: GPE/Kelley Lynch
Depuis 2005, le Partenariat mondial pour l’éducation (GPE) soutient les progrès impressionnants du Kenya permettant à tous les enfants d'être scolarisés et engagés dans l’apprentissage. Ces progrès...
Alice Albright échangeant avec des élèves à l'école primaire de Laye au Burkina Faso. Crédit: GPE/Roland Zanre
Zoom sur l'éducation des filles et l'égalité des sexes La directrice générale du GPE, Alice Albright, a rencontré de jeunes militants pour le droit à l'éducation qui appellent le G7 et les dirigeants...

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas divulguée. Tous les champs sont requis