Les jeunes burundais disent non à la violence, oui à l’éducation et à la croissance !
Depuis un demi-siècle, les élections au Burundi se déroulent dans un climat effroyable, marqué par l’instabilité et souvent la violence. Cette année, les représentants de la partie prenante burundaise la plus importante en nombre – la jeunesse – ont dit « Assez ! Arrêtons la violence !».
25 août 2014 par Salathiel Ntakirutimana, et Lauren Greubel
|
Lecture : 10 minutes
|
Credit: GPE/Lauren Greubel

Depuis un demi-siècle, les élections au Burundi se déroulent dans un climat effroyable, marqué par l’instabilité et souvent la violence. Cette année, les représentants de la partie prenante burundaise la plus importante en nombre – la jeunesse – ont dit « Assez ! Arrêtons la violence !». Plus instruits et plus dynamiques que leurs prédécesseurs, les jeunes du Burundi sont prêts à faire tout ce qu’il faut pour voir des améliorations tangibles dans leurs vies et renforcer la stabilité socioéconomique du pays.

Dans ce petit pays qui compte 11 millions d’habitants, les jeunes de moins de 25 ans représentent près de 60 % de la population.

Les jeunes veulent s’engager

La semaine dernière, plus de 500 jeunes leaders de tout le pays se sont rassemblés dans la capitale Bujumbura pour une rencontre sans précédent. Organisée par l’association YouthGlobe dirigée par des jeunes et fondée par Salathiel, la conférence de trois jours a réuni des jeunes de chacune des 17 provinces du pays pour discuter de la citoyenneté mondiale, de l’éducation et des compétences à développer ainsi que du rôle que les jeunes peuvent jouer dans les élections prévues dans le pays en 2015.

YL’association YouthGlobe a été chargée récemment par la Commission électorale nationale indépendante (CENI) du Burundi de coordonner l’implication des jeunes et faire de l’instruction civique auprès des jeunes du pays avant les prochaines élections.

Au Burundi, l’engagement des jeunes dans les élections a des répercussions directes sur la paix et la stabilité dans le pays. Sans perspectives d’éducation ou d’emploi, les jeunes étaient vulnérables aux manœuvres politiques durant les précédentes périodes électorales, ce qui a entraîné des effusions de sang et de la violence.

Cette année, YouthGlobe a mis en œuvre des moyens humains et matériels pour faire en sorte que la paix chèrement gagnée ne soit pas affaiblie mais renforcée par les élections grâce à la participation des jeunes. La conférence nationale de la jeunesse a constitué la première étape de ce processus.

Création d’un dialogue national entre la jeunesse et les autorités gouvernementales

On voit aujourd’hui une certaine lassitude à l’égard des conférences dans le monde : les réunions se succèdent, rassemblent du monde, génèrent de l’énergie et de l’enthousiaste, et puis l’on se sépare et chacun retourne à son statu quo. Ce qui a fait de cette conférence un cas vraiment à part, c’est que les jeunes ne se sont pas réunis uniquement pour se parler (ou bien des adultes et des experts ne sont pas venus pour discuter des problèmes des jeunes sans aucun jeune présent – ce qui arrive bien trop souvent). Cette fois, des ministres des plus hautes sphères gouvernementales, dont le ministre de l’Intérieur et le ministre de l’Enseignement supérieur, des chefs d’entreprise et des personnalités locales sont venus dans un grand amphithéâtre écouter directement ce que les jeunes du pays avaient à dire, et ceux-ci n’ont pas manqué l’occasion de le faire.

Dans un pays ayant traversé 12 ans de guerre civile jusqu’en 2005, les jeunes présents à la conférence n’ont pas hésité à parler franchement du conflit qui a affecté une bonne partie de leur enfance. Ils ont pris la parole pour expliquer comment ils agissent – même sans ressources – pour empêcher que le fardeau de la guerre ne détermine leur avenir et celui de leur pays.

La plupart des jeunes présents occupent déjà des responsabilités dans leurs communautés et ont fondé des associations à l’intérieur d’une école, d’une université, d’une entreprise privée ou dans un autre cadre. L’un d’entre eux est Adelard Kakunze, qui dirige à Bujumbura la communauté Global Shapers du Forum économique mondial. Fondateur de Burundi 3.0, une toute jeune entreprise sociale qui utilise les TIC pour s’attaquer au chômage des jeunes, Adelard a discouru avec passion sur la nécessité de développer les compétences dans le pays. Il a interpelé les jeunes et les pouvoirs publics en déclarant :

“Obama a créé le programme YALI (Young African Leaders Initiative) pour renforcer les compétences et les capacités des jeunes Africains – mais pourquoi devons-nous attendre Obama pour le faire ? Pourquoi notre propre gouvernement ne peut-il créer un YALI ?

Une autre jeune leader, Lise-Claire Nimubona, représentante des étudiants de l’Université du Burundi, a réagi immédiatement et avec fougue aux propos de certains responsables gouvernementaux et dirigeants du secteur privé selon lesquels les jeunes Burundais seraient paresseux. « Comment pouvons-nous être productifs si l’enseignement que nous recevons dans notre université ne nous apporte aucune qualification concrète ? », a-t-elle demandé. Ce sentiment a été exprimé par beaucoup d’autres participants qui estiment que le pays devrait faire davantage pour dispenser un enseignement propre à doter les jeunes des compétences qui leur permettront de trouver des solutions inventives à certains des problèmes les plus ardus auquel le pays est confronté.

Former une génération de leaders

A L’un des fils rouges de la conférence a été l’idée que les jeunes, s’ils seront les dirigeants de demain, sont d’ores et déjà des leaders. Pour les appuyer dans leur travail et poursuivre le renforcement de leurs capacités, deux membres du Groupe consultatif des jeunes pour l’éducation mondiale de l’Initiative mondiale pour l’éducation avant tout lancée par le Secrétaire général des Nations Unies ont piloté une séance de formation au plaidoyer en faveur de l’éducation. Cette formation était basée sur la Boîte à outils de plaidoyer ((Comprendre, Planifier et Faire) dans l’optique d’aider les participants à développer leurs qualités d’initiative.

La fin d’une conférence mais pas d’un mouvement

Les participants à la conférence et ses organisateurs étaient conscients de l’importance de définir les prochaines étapes – afin que chaque jeune présent puisse rentrer chez lui et mobiliser d’autres jeunes de sa communauté pour qu’ils participent activement à tracer leur avenir et celui de leur pays.

Afin de progresser vers cet objectif, un Forum national de la jeunesse a été créé pour donner aux participants à la conférence et aux autres jeunes un espace de discussion sur la manière de préserver de la paix et de contribuer au développement du Burundi

Le Forum sera présidé par Edmond Harabandi, à qui le Président du Burundi a décerné une médaille d’honneur nationale pour avoir construit des écoles et deux ponts dans sa communauté sans demander aucune aide des pouvoirs publics ni de l’extérieur, et par Lise-Claire Nimubona, mentionnée plus haut.

Comme l’a souligné l’un des intervenants, la plus grande richesse du Burundi est sa jeunesse. Avec des jeunes leaders engagés en faveur de la paix et de l’éducation comme ceux qui se sont réunis la semaine dernière, nous avons de bonnes raisons de croire qu’aucun enfant à naître au Burundi ne grandira dans un climat de guerre civile et que chacun aura accès à une bonne éducation.

YouthGlobe est une association à but non lucratif dont le siège se trouve au Burundi et qui aspire à « faire émerger une génération de Burundais bien informés, dynamiques et responsables ». À travers ses programmes, YouthGlobe vise à fournir aux universitaires, aux chefs d’entreprise et à d’autres acteurs une structure qui les aide à créer de la valeur dans leurs communautés par la coopération et l’innovation afin d’amener leur génération à construire un meilleur Burundi. 

Laisser un commentaire ou
Burundi

Derniers blogs

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas divulguée. Tous les champs sont requis

Le contenu de ce champ sera maintenu privé et ne sera pas affiché publiquement.

Texte brut

  • Global and entity tokens are replaced with their values. Explorer les jetons disponibles.
  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.