L'état de l’éducation dans le monde en 8 graphiques

Dans la seconde moitié de 2017, deux rapports majeurs ont été publiés par la Banque mondiale et le Rapport mondial de suivi de l'éducation pour établir un état des lieux de l'éducation dans le monde, en particulier dans les pays les plus pauvres. Nous avons extrait les huit graphiques ci-dessous de ces rapports, ainsi que de La génération d'apprenants de la Commission pour l'éducation et du Rapport sur les résultats 2015/2016 du GPE.

D'un aspect visuel facile à saisir, ces graphiques illustrent les principaux défis auxquels est confrontée l'éducation et certains de ses résultats les plus prometteurs pour l'émergence d'un monde plus stable et plus prospère pour tous.

1. On ne peut pas trouver de solution aux problèmes qu'on ignore

Le Rapport sur le développement dans le monde 2018 souligne la crise de l'apprentissage qui touche le monde. Obtenir les données appropriées sur la façon dont les enfants apprennent et la quantité de leurs acquis, données qui restent manquantes dans de nombreux pays, est essentiel pour traiter ce problème. Au niveau du premier cycle du secondaire, moins de 50 % des pays dans le monde collectent des données sur les résultats en lecture.

2. La parité entre les sexes demeure un problème dans de nombreux pays

La parité entre les sexes à l'école permet d'offrir équitablement des opportunités et une aide à tous les garçons et les filles. De grands progrès ont été accomplis dans ce domaine, mais dans de nombreux pays, les filles sont à la traîne les premières années d'école, et dans certains cas, ce sont les garçons qui sont à la traîne dans les études supérieures.

3. Le monde a besoin de plus d'enseignants formés

Dans l'ensemble, il y a davantage d'enseignants formés et moins d'élèves par enseignant, ce qui est essentiel pour améliorer la qualité de l'éducation. Mais une forte croissance démographique, surtout en Afrique subsaharienne, augmentera les rangs des élèves et donc le besoin d'enseignants.

4. L'amélioration de la qualité de l'éducation nécessite un financement accru...

... de la part des bailleurs

L'aide publique au développement (APD) consacrée à l'éducation diminue depuis six années consécutives, tandis que l'aide destinée aux autres secteurs tels que la santé ou les infrastructures continue d'augmenter. L'aide à l'éducation doit être accrue pour tenir nos promesses en matière d'éducation.

... et des pays en développement

Les pays en développement doivent également augmenter leurs propres dépenses en matière d'éducation. Le GPE leur demande de dépenser 20 % de leur budget total pour l'éducation, ce que font déjà de nombreux pays partenaires du GPE.

5. Parmi les pays partenaires du GPE, un plus grand nombre d'enfants achèvent le primaire et le premier cycle du secondaire

Les lignes des graphiques ci-dessous augmentent plus rapidement pour les pays partenaires du GPE que pour l'ensemble des pays en développement. Cela prouve que le modèle du GPE, qui aligne tout son soutien aux priorités nationales en matière d'éducation fonctionne.

6. Davantage d'éducation entraîne une plus grande égalité entre les sexes et des emplois mieux rémunérés

Dans toutes les régions du monde, les femmes sont celles qui bénéficient le plus d'un niveau d'études plus élevé. Raison de plus pour investir dans l'éducation des filles.

7. Davantage d'éducation entraîne un monde plus démocratique

L'éducation joue un grand rôle dans la sécurisation et la stabilisation de notre monde. Par exemple, les jeunes qui ne bénéficient pas d'une éducation risquent 9 fois plus d'être recrutés par des groupes rebelles.

Les individus possédant un niveau d'études plus élevé croient davantage à l'importance de la démocratie

Auteur (s)

Le Secrétariat du Partenariat mondial pour l'éducation a son siège à Washington D.C. et compte environ 100 employés. Le Secrétariat fournit un soutien administratif et opérationnel à tous ses partenaires,...

Derniers blogs

Même si les gouvernements sont les principaux responsables du droit à l'éducation, la société civile joue un rôle clé en obligeant les gouvernements à rendre compte des engagements et des résultats....
En Afrique subsaharienne, plus d'un adulte sur trois ne sait pas lire. À l'occasion de la Journée mondiale du livre et du droit d'auteur, nous appelons les dirigeants africains à investir davantage...
L'ambassadeur mondial de la jeunesse, Kenneth Gyamerah, rappelle aux dirigeants la nécessité d'accroître les investissements dans l'éducation de base à l'occasion de la réunion des chefs de...