Plaidoyer pour des politiques sensibles au genre : comment la société civile influence l'éducation des filles

Le suivi et la transparence au niveau local, le dialogue politique inclusif et un environnement transnational favorable font une différence pour le droit des filles à l'éducation.

26 mars 2022 par Alvelyn Berdan, E-NET Philippines, Aisha Cooper Bruce, Helping Our People Excel, et Emma Pearce, Girls Not Brides
|
Lecture : 5 minutes
|
Des élèves de l'école de Bislig dans leur salle de classe récemment rénovée. L’école se trouve dans la ville de Tanauan, dans la province de Leyte aux Philippines. 13 juillet 2014. Crédit : Banque mondiale
Des élèves de l'école de Bislig dans leur salle de classe récemment rénovée. L’école se trouve dans la ville de Tanauan, dans la province de Leyte aux Philippines. 13 juillet 2014.

La voix d'une fille qui défend ses propres droits peut être très forte. Elle l’est encore plus lorsque sa communauté la soutient et que les décideurs politiques créent un environnement qui permet de faire respecter ses droits.

Notre travail s'articule autour du renforcement des liens que les garants des droits individuels entretiennent avec leur communauté et les décideurs politiques.

Notre but ici est de vous en dire plus sur la façon dont le suivi et la transparence au niveau local, le dialogue politique inclusif et un environnement transnational favorable font une différence dans les droits des filles à l'éducation.

Le plus grand fonds de soutien du plaidoyer en faveur de l'éducation dans le monde accorde une attention particulière à la condition des filles

En 2019, le GPE a renforcé son engagement à soutenir le plaidoyer de la société civile avec l'introduction de L'Éducation à voix haute.

Depuis sa création, L'Éducation à voix haute s’est fortement engagé en faveur de l'égalité femmes-hommes.

Le plaidoyer sensible au genre occupe une place importante dans le portefeuille d'activités de L'Éducation à voix haute. De nombreuses organisations bénéficiaires contribuent à l'élaboration des politiques nationales avec des diagnostics sur les causes profondes de l'inégalité entre les genres fondées sur les réalités communautaires.

20 % des organisations bénéficiaires des financements de L'Éducation à voix haute, par exemple, mettent en œuvre des programmes portant sur l'éducation des filles, l'égalité des genres et le droit à l'éducation des mères adolescentes.

Ce blog offre un aperçu de l'éventail des travaux axés sur le genre et les différents types d'organisations de la société civile soutenues par le GPE, notamment une coalition nationale pour l'éducation, une organisation nationale de responsabilisation et une alliance transnationale de plaidoyer.

Données factuelles et soutien local : des éléments clés pour un changement de politique aux Philippines

Depuis 2000, E-Net Philippines accompagne ses 89 organisations membres dans leur travail de plaidoyer en faveur de systèmes éducatifs plus équitables entre les genres.

En plus de 20 ans de travail, les principales leçons que nous avons apprises sont que les données probantes sont essentielles pour avoir un effet de levier pour gagner un soutien politique. La sensibilisation crée un soutien local et la participation des citoyens est une condition préalable à l'amélioration de la société.

En gardant ces principes à l'esprit, nous partons de l'intérieur. E-Net promeut l'égalité des genres au sein de nos organisations membres : les questions de genre sont intégrées dans toutes les discussions relatives aux politiques éducatives et nous promouvons l'expression de l'identité de genre et l’acceptation de l’orientation sexuelle parmi nos membres. Nous utilisons également des approches sensibles au genre dans nos campagnes de plaidoyer.

Notre travail nous a conduit à soumettre une proposition de budget alternatif aux agences d'éducation et au forum législatif pour l'évaluation des plans, du budget et de la mise en œuvre du genre et du développement.

Nous avons également mené une évaluation du programme et des manuels en utilisant la perspective du genre qui a été soumise aux représentants du gouvernement.

Accroître la disponibilité et l'accès à l'information au Libéria

S’agissant des taux de non-scolarisation des enfants dans les pays ayant connu des guerres, le Libéria se classe au premier rang, avec un nombre d'enfants non scolarisés estimé à 21,36 %.

Les crises successives, notamment la guerre civile intermittente (entre 1988 et 2003), la crise d'Ebola (2014-2015) et la pandémie actuelle de coronavirus, ont créé d'importants défis démographiques et de développement pour les droits à l'éducation des filles et l'égalité des genres.

En réponse, en 2006, le gouvernement a adopté la Politique nationale sur l'éducation des filles - NPGE (en anglais) qui reconnaît les disparités entre les genres dans le secteur de l'éducation, la nécessité pour le secteur de donner la priorité à l'intégration du genre et de prendre des mesures positives pour l'éducation des filles. Malgré son adoption il y’a 14 ans, la NGPE n'a toujours pas été mise en œuvre de manière effective.

Trois organisations de défense des droits des femmes dirigées par des femmes (Helping Our People Excel - HOPE, CAREFOUND Liberia et Paramount Young Women Initiative - PAYOWI), se sont réunies pour aider les décideurs politiques et les organisations de la société civile à contribuer à la mise en œuvre efficace de la NGPE. C’est ainsi que la campagne Educate HER est née.

Grâce à cette nouvelle coalition d'organisations nationales, la campagne Educate HER a fait de l'amélioration de la disponibilité et de l'accès à l'information et aux données désagrégées sur l'éducation des filles grâce au développement de plusieurs outils, l'un de ses principaux objectifs.

Cette plateforme (en anglais), par exemple, qui propose des données désagrégées sur les inscriptions par comté, le nombre d’enseignantes, les taux d’élèves non-scolarisés, de fréquentation scolaire, de rétention et d'achèvement, ainsi qu’un suivi des tendances des investissements financiers et des systèmes adéquats, vise à aider l'élaboration de politiques fondées sur des preuves.

Parallèlement aux données, le site Web sert de référentiel de notes d'orientation et de documents de cartographie sur des questions telles que l'équité dans la budgétisation de l'éducation, les cycles budgétaires nationaux pour la NGPE, entre autres.

Juliana, élève en classe de CM2, à Mamakoffikro, Côte d'Ivoire. Décembre 2015. Crédit : GPE/Carine Durand
Juliana, élève en classe de CM2, à Mamakoffikro, Côte d'Ivoire. Décembre 2015.
Credit:
GPE/Carine Durand

Partager l'apprentissage et renforcer le plaidoyer collectif en Afrique de l'Ouest

En Afrique de l'Ouest et du Centre, 39 % des filles sont mariées avant l'âge de 18 ans. Six des dix pays ayant la plus forte prévalence de mariages d'enfants au monde se trouvent dans la région, dont le Niger (76 %) et le Burkina Faso (52 %).

La crise sécuritaire au Sahel, ayant conduit à la fermeture de plus de 2 000 écoles (en anglais) au Mali, au Niger et au Burkina Faso avant même le début de la pandémie de Covid-19, a davantage réduit les chances pour les filles de poursuivre leurs études.

Les responsabilités accrues à la maison, l’absence d'infrastructures appropriées pour gérer leurs règles à l'école, la violence basée sur le genre en milieu scolaire, la mauvaise qualité de l'éducation, la pauvreté, les grossesses et mariages précoces, poussent également les filles à abandonner l'école au moment critique de la transition entre le primaire et le secondaire.

Filles, Pas Epouses est un partenariat mondial de plus de 1 600 organisations de la société civile de plus de 100 pays déterminées à mettre fin au mariage des enfants et à assurer aux filles d’atteindre leur plein potentiel.

Notre projet financé par L'Éducation à voix haute vise la mise en œuvre de lois, de politiques et de programmes qui améliorent l'accès et la rétention des filles dans une éducation de qualité, et contribuent à mettre fin au mariage des enfants en Afrique francophone de l'Ouest et du Centre. Nous travaillons avec deux coalitions pour mettre fin au mariage des enfants au Burkina Faso (CONAMEB) et au Niger (Plateforme nationale pour mettre fin au mariage des enfants).

Nous cherchons à garantir que les jeunes et les femmes jouent un rôle de premier plan dans le plaidoyer pour mettre fin au mariage des enfants et promouvoir l'éducation des filles.

Aux niveaux local et national, nos partenaires soutiennent une implication et un leadership accrus des organisations de la société civile dirigées par des jeunes et des femmes dans le travail des coalitions.

Au niveau régional, nous nous concentrons sur la recherche menée par les jeunes sur l'éducation des filles et le mariage des enfants dans les contextes de crise (COVID-19 et insécurité), promouvons la participation des organisations dirigées par des jeunes et des femmes aux événements régionaux clés et nous organisons des campagnes de plaidoyer et des événements pour promouvoir l'apprentissage et le partage d’expérience.

Notre travail a un impact

Au cours des 3 dernières années, les bénéficiaires de financements EOL comme nous ont contribué à la mise en œuvre de 4 changements politiques liés à l'amélioration de l'éducation des filles, et nos recherches ont été utilisées pour améliorer le dialogue politique.

En Somalie (en anglais) par exemple, la coalition nationale pour l’éducation (CNE) a contribué à l'approbation de la politique d'éducation relative au genre.

En Côte d’Ivoire, la CNE a beaucoup œuvré pour l'approbation de la Stratégie nationale pour la réintégration des filles mères/enceintes dans le système éducatif ivoirien.

En Tanzanie (en anglais), les résultats des recherches sur l'état de l'éducation des filles ont été utilisés pour influencer la politique de réintégration des mères adolescentes dans les écoles.

Les activités financées par L'Éducation à voix haute se poursuivant jusqu'à fin 2023, nous vous tiendrons informés de leur évolution car, elles ont un impact supplémentaire sur le droit des filles à l'éducation.

Laisser un commentaire ou

Derniers blogs

21 novembre 2022 par Rasha Alsabbagh
Syrie : un avenir prometteur pour Ameer
Pour aider les enfants handicapés à accéder à l'éducation en Syrie, le GPE et l'UNICEF ont soutenu des programmes d'éducation non formelle dont ont bénéficié des centaines d'entre eux. Ameer, qui est né...

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas divulguée. Tous les champs sont requis

Le contenu de ce champ sera maintenu privé et ne sera pas affiché publiquement.

Texte brut

  • Global and entity tokens are replaced with their values. Explorer les jetons disponibles.
  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.