Que peut-on apprendre des diagnostics du SIGE ?
Des millions de dollars sont investis dans le renforcement des systèmes d’information et de gestion de l’éducation (SIGE) mais, de nombreux pays ont encore du mal à résoudre leurs problèmes liés aux données. Comment rendre leurs systèmes plus efficaces ? Un diagnostic du SIGE est la première étape.
1 février 2019 par Margaret Irving, Global Partnership for Education et Marc-Antoine Percier, Global Partnership for Education|
|
Des élèves de niveau 6 partageant une table-banc à l'école publique de Vincent Town au Libéria. Le soutien financier du GPE a permis au Libéria de collaborer avec la Banque mondiale pour établir un diagnostic de son système d’information et de gestion de l’éducation grâce au SABER-SIGE.
CREDIT: GPE/Kelley Lynch

Ce blog est le premier d'une série de six blogs sur les Systèmes d’information et de gestion de l’éducation, dont le but est de partager les enseignements et stratégies utilisés par les pays pour améliorer leurs systèmes de données. Cette série s’inscrit dans une cohérence avec le programme de la conférence internationale sur les SIGE organisée par l’UNESCO et le GPE en avril 2018 et offre un résumé actualisé des discussions qui ont eu lieu sur le SIGE au sein du partenariat tout au long de l’année passée. Les détails de la conférence sont disponibles ici : Conférence sur les SIGE de l’UNESCO-GPE

De nombreux travaux de recherche ont été menés sur la production et l’utilisation des données statistiques dans le domaine des politiques publiques au sein des pays en développement, et en particulier dans le secteur éducatif. La documentation disponible sur le sujet suggère que les systèmes d’information et de gestion de l’éducation (SIGE) - en tant que systèmes de production et de diffusion des données statistiques de l’éducation – sont trop souvent dépendants de l’aide des bailleurs de fonds extérieurs, et que la demande pour des données de qualité émane bien souvent des organisations internationales et non des gouvernements des pays en développement eux-mêmes.

Les données de l’éducation bénéficient en fait d'importants investissements, à la fois par les gouvernements et plus d’une douzaine d’organisations d’aide multilatérales et bilatérales, notamment le GPE. La Revue du Portefeuille 2018 du GPE indique que 29 des 37 financements pour la mise en œuvre de programmes actifs ou en attente à la fin de l’exercice fiscal 2018 comportaient une composante dédiée au renforcement du SIGE.

Ces investissements représentent souvent d'importantes sommes : une étude de 2017 publiée par la Banque mondiale a montré que le coût moyen des activités de développement et de renforcement d'un SIGE variait de 1 à 7 millions de dollars par projet de la Banque mondiale.

Bien que des millions de dollars soient investis chaque année dans la consolidation des SIGE, de nombreux pays éprouvent encore des difficultés en matière de données, qu'il s’agisse d’un manque de qualité, de la faiblesse des politiques ou de lacunes dans l’architecture du système.

Une équipe de chercheurs de la Banque mondiale a récemment passé en revue les rapports d’évaluation de 20 plans sectoriels de l’éducation de pays d’Afrique subsaharienne partenaires du GPE. L’étude, présentée au cours d’un webinaire du GPE-Banque mondiale en novembre 2018, a révélé que dans la totalité des cas, la collecte, la présentation, l’analyse et l’utilisation des données - en d’autres termes, le SIGE - étaient inefficaces malgré des investissements conséquents.

Diagnostiquer le SIGE afin d’évaluer systématiquement la solidité des systèmes de données de l’éducation

Pour remédier à l’inefficacité de nombreux systèmes de données de l’éducation, il conviendrait d’encourager les pays à effectuer un diagnostic de leur SIGE au moyen d’un bilan systématique complet de ses différentes parties (cadre juridique, architecture des données, processus méthodologique, accessibilité, etc.).

Il existe de nombreuses formes d’outils de diagnostic et d’évaluation, qui sont tous susceptibles de contribuer à l’identification des points forts et des points faibles, ainsi que des goulets d’étranglement, qui entravent le bon fonctionnement du système.

Les outils de diagnostic du SIGE s'articulent généralement autour d’une série de normes reflétant les bonnes pratiques dans différents domaines. Lorsqu‘on les applique selon une méthode comparable, les diagnostics du SIGE peuvent aider les pays à se comparer entre eux et à identifier les bonnes pratiques susceptibles d’être répliquées d’un pays à l’autre, par exemple en ce qui concerne la collecte ou l’utilisation des données.

L’expérience montre que procéder à un diagnostic peut être un bon point de départ pour obtenir un compromis entre les décideurs politiques sur les actions à entreprendre dans le but d’améliorer l’efficacité du SIGE, générer un élan de réformes et définir une priorité dans les activités de renforcement du SIGE, à court et long terme. Les diagnostics du SIGE restent en fait relativement faciles et peu coûteux à mettre en œuvre.

Se repérer parmi les différents outils de diagnostic

En avril 2018, le GPE et l’UNESCO ont organisé une conférence internationale sur les SIGE, au cours de laquelle se sont réunis différents pays en développement et agences de développement international. Il s’agissait de partager les enseignements relatifs aux différents aspects du SIGE, de la qualité et l’utilisation des données aux défis rencontrés par les SIGE dans des situations de fragilité ou des contextes décentralisés.

Une session spécifique fut consacrée aux outils de diagnostic et indicateurs variés du SIGE : les représentants des organisations qui les ont développés et les pays qui les ont utilisés ont pu ainsi partager leurs expériences, leurs méthodes et leurs résultats.

Conférence sur les outils de diagnostic des SIGE.
Cliquez sur l’image pour regarder l’enregistrement vidéo de la session portant sur les outils de diagnostic du SIGE de la conférence.

Cette session a bénéficié de la participation de :

  • Husein Abdul-Hamid, Spécialiste principal en Éducation & Coordinateur des statistiques de l’éducation, Banque mondiale (début à 00:03:17)
  • Shem Bodo, Secrétaire exécutif par intérim, Association pour le développement de l’éducation en Afrique (ADEA) (début à 00:24:19)
  • Ismaïla Berthe, Conseiller technique en charge des Partenariats et de la Planification et Tiéoulé Diarra, Directeur du Centre de Documentation et Communication de l’Unité de planification et de statistiques du Secteur éducatif au Ministère de l’Éducation du Mali (début à 00:37:36)
  • Matt Brossard, Conseiller principal en Éducation (Systèmes, Innovations, Données et faits probants pour les résultats), UNICEF (début à 00:54:55)
  • Joe Kai, Chercheur, Division du SIGE et Alton Kesselly, Ministre délégué à la Planification, Recherche et Développement au Ministère de l’Éducation du Libéria (début à 01:37:50)
  • El Haddad Ahmed, Spécialiste du SIGE et Oumou Saleme Mint Cheikh, Directeur de la Stratégie, de la Planification et de la Coopération au Ministère de l’Éducation de Mauritanie (début à 01:44:42)

Diagnostic du SIGE basé sur l’outil SABER de la Banque mondiale

Le plus connu est l’outil SABER-SIGE de la Banque mondiale. L’Approche systémique pour de meilleurs résultats éducatifs (SABER) permet aux décideurs politiques d’évaluer la performance d’un système de données et des pratiques d’utilisation des données d’un pays. Pour chaque domaine politique évalué dans le cadre de SABER-SIGE, le cadre d’évaluation comprend une notation sur quatre niveaux, de « latent » à « avancé », ce qui permet des comparaisons entre les pays.

À ce jour, la Banque mondiale a appliqué le diagnostic SABER-SIGE à 13 pays en développement, dont six pays partenaires du GPE.

Avec le soutien financier du GPE, le Libéria a collaboré avec la Banque mondiale pour procéder à un diagnostic SABER-SIGE. Cet exercice a aidé les autorités libériennes à identifier les principales difficultés dans la collecte et le traitement des données, et a jeté les bases d’un projet de transition vers un système électronique de collecte, validation et saisie des données.

Notons avec intérêt que d’autres partenaires s’appuient également sur le cadre SABER-SIGE pour mesurer l’efficacité des systèmes de données de l’éducation dans les pays en développement. Dans le cadre de son Plan stratégique pour 2018-2021, l'UNICEF mesure la proportion de SIGE capables de produire des données ventilées par sexe, zone urbaine/rurale, richesse et handicap, sur la base des indicateurs alignés sur la méthodologie SABER-SIGE.

Lorsque les données sont disponibles, nous constatons que l’efficacité du SIGE s’est légèrement accrue dans le temps, même s’il reste des domaines à améliorer, en particulier dans l’utilisation des données et la possibilité d'un SIGE inclusif pour les enfants handicapés.

Le cadre d’évaluation de la qualité des données de l'éducation de l’ISU

Autre exemple d’outil de diagnostic du SIGE, celui de l’Institut de la Statistique de l’UNESCO, créé à partir du Cadre d’évaluation de la qualité des données de l’éducation (CEQD), initialement développé par le Fonds monétaire international (FMI) en 2002 pour évaluer la qualité des données économiques. En 2004, la Banque mondiale et l’ISU ont modifié ce cadre du FMI pour l’utiliser dans l’évaluation des données de l’éducation, sur la base de six domaines de qualité des données.

Entre 2004 et 2013, près de 30 diagnostics ont ainsi pu être menés en Afrique subsaharienne. Plus récemment, l’ISU, en partenariat avec le Ministère australien des affaires étrangères et du commerce extérieur et le Secrétariat général de la Communauté du Pacifique, a également mené des diagnostics dans six pays insulaires du Pacifique.

Faire du diagnostic du SIGE un exercice d’apprentissage entre pairs

L'Association pour le Développement de l’Éducation en Afrique (ADEA) a elle aussi développé un outil de diagnostic du SIGE, qui passe en revue sa performance au moyen de 17 normes et 117 standards. Ces normes et standards ont été élaborés et endossés par les États-membres de l’Union africaine dans leurs Communautés économiques régionales respectives.

Si le cadre d’évaluation a été développé de façon à permettre l’auto-évaluation d’un pays, la valeur ajoutée de cet exercice tient au fait que les diagnostics de SIGE sont généralement menés selon la méthodologie de la revue par les pairs.

Des responsables de Ministères de l’Éducation de 3 à 5 pays sont ainsi généralement invités dans un autre pays pour rencontrer des représentants de l’État et le groupe local des partenaires de l’éducation afin d’évaluer la performance du SIGE.

Cet exercice permet aux participants d’apprendre de leurs pairs et d’échanger avec eux pour déterminer si les pratiques observées peuvent être répliquées efficacement dans d’autres contextes. À ce jour, une revue du SIGE par les pairs a été menée en Angola, au Botswana, en Gambie, au Ghana, au Mali, au Mozambique, dans le Swaziland et en Ouganda.

Lors de la conférence sur le SIGE en avril dernier, les participants du Mali ont évoqué la revue de leur SIGE par les pairs avec le soutien de l’ADEA. L’exercice a permis à l’équipe d’identifier les principaux points forts du SIGE malien, en particulier le fait que le pays ait une agence chargée de tous les sous-secteurs de l’éducation, ce qui a inspiré l’équipe du Burkina Faso qui participait à la mission de revue par les pairs. Suite à cet exercice, le Mali a développé un plan d’action chiffré pour la période 2017–2020 en vue de renforcer son SIGE.

Le GPE financera également, conjointement avec la Banque mondiale, une activité d’échange des connaissances de l’ADEA début 2019, afin de faciliter la participation de responsables du Ministère de l’Éducation haïtien à la revue par les pairs du SIGE d'un pays d’Afrique de l’Ouest.

Les investissements et le soutien du GPE en faveur du diagnostic des systèmes

Au cours de l’année passée, le Secrétariat du GPE a mis sur pied une équipe spéciale composée de plusieurs agences de développement international : l’ADEA, l’AFD, ECW, le DFID, le DFAT, l’UNESCO – et notamment ses instituts, l’IIPE, l’ISU, l’UNICEF, l’UNHCR, USAID et la Banque mondiale.

Grâce à cette équipe spéciale, la communauté internationale de l’éducation a pu discuter et réfléchir sur les expériences d’évaluation de la performance des systèmes d’information et de gestion.

Entre ces différents outils de diagnostic, nous avons constaté que plus de 50 diagnostics de SIGE avaient été menés au cours des dix dernières années. Lors de plusieurs consultations auprès d'acteurs variés de l’éducation, nous avons constaté que les pays avaient besoin d’être guidés pour mieux se repérer parmi les différents outils existants et mieux comprendre leur différence et valeur ajoutée.

L’échange de connaissances et d’innovations du GPE (KIX) : ce mécanisme de financement soutiendra les initiatives mondiales et régionales qui font appel aux échanges de connaissances, aux données empiriques et à l’innovation pour aider les pays en développement à résoudre les défis essentiels en matière d'éducation.

Partie intégrante du volet de financement du KIX pour les systèmes de données, la simplification et la signalisation des outils de diagnostic de SIGE ont été identifiées comme une priorité afin que le personnel des ministères de l’éducation et les membres des groupes locaux des partenaires de l’éducation puissent les utiliser.

Ceci doit être entrepris parallèlement au développement de normes cohérentes et coordonnées en matière de systèmes de données. Entre autres activités nécessitant un financement, ce volet soutiendra les partenaires intéressés par la création d’un outil ou d’une boîte à outils unifiés de diagnostic de SIGE et le développement de normes cohérentes et coordonnées en matière de systèmes de données.

Le prochain blog de la série traitera de la durabilité et de la qualité des données du SIGE.

Le Secrétariat du GPE tient à remercier Matthieu Brossard, Ahmed Hadad et Ismaila Berthe pour leur précieuse contribution à ce blog.

Laisser un commentaireou
Suivi et évaluation

Derniers blogs

Tous les blogs
Un enfant tient des bananes en plastique pendant une leçon dans une école maternelle communautaire du district de Kang Meas, au Cambodge, en 2015. UNICEF/UN0144155/Pirozzi
Un nouveau rapport de l'UNICEF souligne qu'à travers le monde, au moins 175 millions d'enfants en âge de fréquenter le préscolaire ne sont pas inscrits dans des établissements d'enseignement maternel...
Alice Albright et la Ministre Ulla Tornæs en visite dans une école au Burkina Faso. Crédit: GPE/Roland Zanre
Alice Albright et la ministre danoise Ulla Tornæs reviennent sur leur récente visite conjointe dans le pays.
Micheline Bonou est enseignante d'Histoire et de Géographie au Collège d'enseignement général de Sô-Ava au Benin. Crédit: GPE/Chantal Rigaud
Des enseignants efficaces sont le facteur le plus important dans l’apprentissage des élèves. Soutenons-nous assez nos enseignants pour qu'ils soient aussi bons qu'ils le peuvent ?

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas divulguée. Tous les champs sont requis