Renforcer le soutien du GPE dans les situations de fragilité et de conflits

Le GPE s'est engagé depuis longtemps à garantir une éducation de qualité aux enfants vivant dans des situations de fragilité et de conflits. C'est pourquoi nous avons renforcé nos outils pour soutenir les pays en crise et nous assurer que notre soutien est adapté, opportun et flexible.

07 juillet 2022 par Anna-Maria Tammi, GPE Secretariat, Morten Sigsgaard, GPE Secretariat, et Sven Baeten, GPE Secretariat
|
Lecture : 5 minutes
|
Une salle de classe vide dans une école primaire au Niger. Crédit: AFD / Jean-Claude Galandrin
Une salle de classe vide dans une école primaire au Niger.

Le GPE s'est engagé depuis longtemps à garantir une éducation de qualité aux enfants vivant dans des situations de fragilité et de conflits. Un des éléments essentiels de notre mission est de renforcer la résilience et d’atténuer les impacts des crises, comme le prévu dans le GPE 2025, notamment l’objectif consistant à construire des systèmes éducatifs équitables, inclusifs et résilients.

La diversité et la fréquence des crises qui affectent les pays partenaires du GPE - qu'il s'agisse de conflits et de déplacements, de catastrophes provoquées par des aléas naturels ou par le changement climatique, ou d'urgences sanitaires comme la COVID-19 - contraignent le GPE à veiller à ce que la préparation aux crises fasse partie intégrante des diagnostics, de la planification et du soutien à la mise en œuvre d’une part ; et à disposer de moyens pour adapter son soutien de manière flexible et opportune afin d'aider les pays partenaires, d’autre part.

Nous cumulons des années d'expérience en matière de soutien aux pays partenaires touchés par des crises, et reconnaissons l'importance d'apprendre et d'adapter notre modèle opérationnel en conséquence.

Près de la moitié des pays partenaires du GPE ont été dans des situations de fragilité et de conflit en 2020.
Près de la moitié des pays partenaires du GPE ont été dans des situations de fragilité et de conflit en 2020.

C'est pourquoi nous avons récemment mis à jour notre Cadre opérationnel pour un appui efficace dans les situations de fragilité et de conflit, afin de :

  • Nous assurer que le cadre s'aligne sur notre nouveau modèle opérationnel, le GPE 2025 ;
  • Tenir compte des enseignements tirés de la mise en œuvre du cadre ;
  • Intégrer le retour d'information des partenaires et les leçons tirées de notre collaboration renforcée avec L’Éducation sans délai.

Les principaux points à retenir :

  • Reconnaissant la variété des risques auxquels sont confrontés les systèmes éducatifs, tout pays éligible au soutien du GPE sur la période 2021-2025 peut accéder à une partie de son financement de manière accélérée suite à l'émergence ou l’intensification d'une crise ;
  • Les fonds existants du GPE peuvent être réorientés plus rapidement après une crise afin de garantir la continuité du soutien à l'éducation ;
  • Les mesures d’adaptation du soutien du GPE sont basées sur les priorités déterminées par les partenaires, dont le cadre de planification conjoint qui sera utilisé pour déterminer les changements à apporter au soutien à l'éducation de manière plus générale ;
  • Ces changements aident les gouvernements et les partenaires à assurer la continuité du service éducatif, à reconstruire en mieux et à institutionnaliser les capacités de réponse, ce qui se traduit par des systèmes éducatifs plus efficaces, plus résilients et plus inclusifs.

Le GPE renforce ses outils pour soutenir les pays dans des situations de crise

Pour garantir que le soutien du GPE puisse être adapté de manière opportune et flexible pour poursuivre l'aide en temps de crise, nous avons procédé aux changements essentiels suivants :

Nous avons ajusté les critères de déclenchement des modalités adaptées pour le soutien du GPE. Le cadre peut désormais être déclenché par toute crise qui risque d'avoir un impact substantiel sur la continuité de l'éducation pour tous les enfants ou des groupes spécifiques, ou qui menace la continuité du système éducatif lui-même. Cela signifie que les partenaires peuvent adapter le soutien du GPE en réponse à tout type de crise à laquelle ils sont confrontés et mieux assurer la continuité de l'apprentissage des enfants, en coordination avec d'autres acteurs, dont L’Éducation sans délai.

Nous avons introduit un calendrier pour la reprise ou la révision des activités afin d'éviter les retards et garantir la réorientation rapide du financement pour soutenir les besoins en matière d'éducation.

L'agent partenaire et l'agence de coordination doivent désormais présenter une mise à jour au Secrétariat dans les trois mois suivant l'émergence de la crise, avec diverses possibilités quant à la poursuite du soutien, soit dans le cadre du programme existant, soit dans le cadre d'arrangements alternatifs. S'il n'y a pas de reprise des activités ou d’orientation claire à suivre dans les six mois suivant le début de la crise, le Secrétariat le signalera au Comité exécutif et proposera des options sur les prochaines étapes (voir plus loin les diverses possibilités).

Afin de garantir aux partenaires la flexibilité nécessaire pour adapter le soutien du GPE aux circonstances, nous avons élargi les critères d'éligibilité au financement accéléré : tous les pays éligibles au soutien du GPE sur la période 2021-2025 peuvent accéder à une partie de leur financement sur une base accélérée (jusqu'à 20 % ou 10 millions de dollars, selon le montant le plus bas).

En parallèle, le Secrétariat du GPE est désormais en mesure d'annuler une partie d’un financement et de réaffecter les fonds à un nouveau programme, au lieu d'entamer une procédure plus longue impliquant une décision du Conseil d'administration. Cette réaffectation de fonds peut être programmée comme un financement accéléré.

Grâce à ces ajustements, les gouvernements et les partenaires peuvent mieux veiller à la continuité du service éducatif, mieux reconstruire et institutionnaliser les capacités de réponse, ce qui se traduit par des systèmes éducatifs plus efficaces, plus adaptés aux réalités nationales et plus inclusifs.

Le cadre propose désormais des options pour tout pays partenaire confronté à une situation de crise. Dans cette optique, nous avons également modifié son titre en faisant référence à des « situations » de fragilité et de conflit, plutôt qu'à un groupe défini par « États ».

Les approbations de financements cumulées pour les pays partenaires en situation de fragilité ont dépassé celles des autres pays en 2016.
Les approbations de financements cumulées pour les pays partenaires en situation de fragilité ont dépassé celles des autres pays en 2016. Les allocations du GPE sont pondérées en faveur des pays en situation de fragilité et de conflit, entre autres considérations.

Coordonner notre soutien à travers le lien entre l'humanitaire et le développement pour un impact maximal

Après une crise, les partenaires détermineront les priorités à court et moyen terme, y compris le cadre de planification conjoint qui sera utilisé pour définir les changements à apporter pour soutenir l'éducation. Selon le contexte, il pourra s'agir de la poursuite ou de l'adaptation du plan sectoriel de l'éducation existant, mais aussi d'un plan de réponse humanitaire, d'une stratégie du Cluster éducation, d'un programme de résilience pluriannuel, d'un plan de transition de l’éducation ou d'un autre plan provisoire.

Pour améliorer l'alignement entre les mécanismes de coordination de l'aide humanitaire, du développement et les approches de planification, l'engagement des acteurs concernés dans le dialogue sectoriel est encouragé, comme les représentants du Cluster éducation, du groupe de travail sur l'éducation dans les situations d'urgence ou du groupe de travail sur l'éducation des réfugiés, selon le cas.

Si les partenaires décident de demander un financement accéléré, le groupe local des partenaires de l’éducation et les représentants des mécanismes de coordination de l'éducation humanitaire sont consultés lors de l'élaboration du programme. Une telle consultation améliore la qualité de la réponse et garantit la complémentarité des programmes au soutien apporté par d'autres, comme les programmes pluriannuels de résilience, lorsqu'ils existent.

En principe, le GPE soutient le leadership du gouvernement dans la réponse aux crises. Si la crise est de nature politique (si elle fait suite à un coup d'État, à des violences à grande échelle, à un conflit armé ou à des violations des droits humains, par exemple), le cadre opérationnel permet au GPE de déterminer s'il convient de suspendre l'engagement avec le gouvernement et/ou les activités de financement.

Dans de telles situations, nous donnons la priorité aux droits de l'enfant, aux principes humanitaires et à la sauvegarde des systèmes éducatifs.

Continuer à adapter notre offre aux besoins des pays

Les changements décrits ci-dessus s'inscrivent directement dans l'approche « apprendre et s'adapter » du GPE, qui consiste à répondre à ce que nous apprenons par la mise en œuvre, et à répondre aux demandes et aux besoins des pays partenaires.

Le cadre directeur du financement accéléré est en cours de révision pour assurer son alignement sur les changements apportés au cadre opérationnel. Il sera publié prochainement.

En définitive, ces mises à jour permettent au GPE de mieux aider les pays à reconstruire et renforcer leurs systèmes éducatifs pendant et après une crise, afin que les enfants ne soient pas privés d'éducation.

Laisser un commentaire ou

Derniers blogs

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas divulguée. Tous les champs sont requis

Le contenu de ce champ sera maintenu privé et ne sera pas affiché publiquement.

Texte brut

  • Global and entity tokens are replaced with their values. Explorer les jetons disponibles.
  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.