Réorienter les politiques d’éducation dans les situations d'urgence

Les conflits, les crises climatiques, les catastrophes, la pauvreté - et aujourd’hui une crise de santé publique mondiale - ont un impact dévastateur sur le droit à l'éducation de millions de personnes à travers le monde.

24 janvier 2022 par Cristina Álvarez, Global Campaign for Education, et Julia Sestier, Global Campaign for Education
|
Lecture : 4 minutes
|
Des élèves dans une salle de classe dans une école primaire au Cameroun. Avril 2014. Crédit: GPE/Stephan Bachenheimer
Des élèves dans une salle de classe dans une école primaire au Cameroun. Avril 2014.
Credit: GPE/Stephan Bachenheimer

« Si la structure ne permet pas le dialogue, la structure doit être changée ».

Paulo Freire, éducateur et philosophe brésilien

À l’heure où nous célébrons la Journée internationale de l'éducation 2022, le monde a atteint un point de basculement dans de nombreux domaines : les inégalités économiques, la destruction de l'environnement alimentée par le changement climatique, la polarisation politique, le rétrécissement des espaces d’expression pour la société civile, la dégradation des services publics et les disparités entre les sexes toujours bien ancrées.

À tout cela s'ajoutent les effets dévastateurs d'une pandémie mondiale, qui a mis à mal le droit fondamental à l'éducation.

Malgré les progrès remarquables réalisés au cours des deux dernières décennies, même avant la pandémie de COVID-19, on dénombrait déjà dans le monde plus de 250 millions d'enfants et de jeunes non scolarisés. Près de 800 millions d'adultes étaient analphabètes.

En outre, ces données masquent d'importantes disparités économiques et éducatives entre les pays. Par exemple, un jeune sur quatre dans les pays à faible revenu est aujourd'hui analphabète1, contre un sur dix au niveau mondial.

Les conséquences de la pandémie - et des systèmes profondément inégaux et non inclusifs - mettent non seulement en péril les gains relatifs, mais menacent également d'exclure des systèmes éducatifs les enfants les plus vulnérables.

L'urgence éducative

Pour les personnes les plus marginalisées du monde (les personnes handicapées, les filles et les personnes issues de ménages à faible revenu, entre autres ) l'impact est encore plus significatif.

Dans les pays touchés par une crise, la situation est encore plus dramatique et les enfants vivant dans des contextes d'urgence sont particulièrement exposés au risque d'être exclus des possibilités d'éducation.

Les données ci-dessous illustrent l'ampleur de la crise de l'éducation :

  • Même avant la pandémie de COVID-19, 127 millions d'enfants et de jeunes en âge d’être scolarisés dans le primaire et le secondaire et vivant dans des pays touchés par une crise n’allaient pas à l’école - ce qui représente près de la moitié de la population mondiale non scolarisée.
  • 48 % de tous les enfants réfugiés en âge d'être scolarisés n'ont pas accès à l'éducation.
  • On prévoit que, d'ici 2050, 140 millions de personnes en Asie du Sud, en Afrique subsaharienne et en Amérique latine feront partie des nouveaux déplacés en raison du changement climatique.
  • Les filles sont plus susceptibles que les garçons d'être déscolarisées dans les contextes d'urgence. Jusqu'à 20 millions de filles, en particulier des adolescentes, risquent d'abandonner définitivement l'école d'ici 2023.

Le 1er mars 2022, la Campagne mondiale pour l'éducation (CME) lancera une campagne visant à placer l'éducation en situation d'urgence au centre de l'agenda mondial de l'éducation.

Les États doivent prendre des mesures urgentes, concrètes et efficaces pour qu’une éducation de qualité, inclusive, équitable et transformatrice deviennent une réalité pour tous, notamment dans les situations d'urgence.

La campagne mettra en lumière les dures réalités des enfants affectés dans ces contextes, tout en partageant des parcours de réussite et d'espoir. L'éducation est l'outil le plus puissant, celui qui donne le plus les moyens d’agir et qui est le plus porteur de transformation.

Réorienter les politiques éducatives en situations d'urgence : que faut-il faire ?

Voici une liste non exhaustive d'actions concrètes qui peuvent faire la différence dans les contextes d'urgence :

  • Augmentation des investissements. Les budgets de l'éducation sont parmi les premiers à être réduits dans les situations d'urgence, et l’éducation est l'un des domaines les plus sous-financés de l'aide humanitaire : seulement 2,4 % de l’aide humanitaire internationale est alloué à l'éducation.
  • Engagement avec les acteurs locaux. Les personnes touchées par les situations d'urgence, ainsi que les organisations de la société civile locale et les autres acteurs locaux - communautés, enseignants, parents - sont les premiers intervenants dans les situations d'urgence. Toute action doit s'appuyer sur les connaissances et l'expertise locales, ainsi que sur les capacités et la résilience des communautés touchées. Un engagement significatif des personnes touchées et des acteurs locaux dans le processus d'élaboration des réponses d'éducation en situation d'urgence garantit non seulement l'efficacité de l’intervention, mais affirme également la dignité des personnes.
  • Des systèmes d'éducation publique résilients. Il est crucial de renforcer, construire et/ou reconstruire des systèmes d'éducation publique capables d’offrir une éducation de qualité et inclusive à tous dans les situations d'urgence, et particulièrement dans le cas de crises prolongées.
  • Une éducation transformatrice. L'éducation doit être un espace sûr et un fondement pour la paix. Elle doit promouvoir un dialogue qui nous permette de transformer nos structures actuelles, un espace pour une participation égale et une pensée critique. L’éducation doit remettre en question les préjugés.

L'éducation comme fondement d’un changement transformateur

La CME espère que la Journée internationale de l'éducation 2022 marquera le début d'une transformation radicale dans et par l'éducation, notamment dans les contextes d'urgence.

L'éducation est le fondement à partir duquel on peut lutter contre toutes les formes de discrimination et construire des sociétés pacifiques, plus équitables et durables.

Vous pouvez suivre la campagne sur les réseaux sociaux via le compte @globaleducation et le mot-dièse #ProtectEiENow

  1. UNESCO, 2021. The futures of education.
Laisser un commentaire ou

Derniers blogs

Commentaires

Bonjour cher tous,
Ma question et commentaire est simple : n'est-il pas possible de mettre en place une cellule au sein du GPE, pour collecter ou recevoir des propositions des résultats, des réalisations ou découvertes issues des recherches et ayant des résultats pertinents avec des impacts sur le terrain dans l'amélioration de l'apprentissage ?
Au nord Cameroun et au Tchad par exemple la méthode " Forès Gong Nota" qui est une méthode facilitatrice de l'apprentissage de l'écriture fruit d'une recherche indépendante, permet aux apprenants jeunes et adultes dans le cadre de l'alphabétisation d'apprendre à écrire et à lire en 21 jours. Cette méthode et pour le résultat quelle affiche dans l'amélioration de l'apprentissage peut être utilisé dans le cadre de l'apprentissage en situation d'urgence au vu de sont délai d'acquisition très réduit.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas divulguée. Tous les champs sont requis

Le contenu de ce champ sera maintenu privé et ne sera pas affiché publiquement.

Texte brut

  • Global and entity tokens are replaced with their values. Explorer les jetons disponibles.
  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.