Une conclusion heureuse du programme d'éducation de la petite enfance au Guyana
22 septembre 2018 par Daisuke Kanazawa et Carolina Valenzuela||
La cérémonie de clôture du projet d’éducation préscolaire au Guyana a été marquée par les discours de plusieurs partenaires et les témoignages de bénéficiaires du programme.

En début de semaine, nous avons été invités à assister à la cérémonie de clôture du Programme d’éducation préscolaire du Guyana (GECEP). Financé à hauteur de 1,7 million de dollars par le GPE, le programme a été mis en œuvre sous la direction du gouvernement du Guyana avec le soutien de la Banque mondiale.

Le but du GECEP était d'améliorer les compétences en littératie et en numératie des enfants, de la maternelle jusqu'à la première année du primaire, dans les régions reculées du pays. Le programme s'est déroulé de 2015 à 2018 et a obtenu des résultats remarquables dans l'amélioration de l'apprentissage et de l'équité dans l'éducation de la petite enfance.

Réunissant plus de 150 participants, la cérémonie a été l'occasion de célébrer les réalisations du programme et de rendre hommage à tous ceux qui ont contribué à son succès.

Elle a été marquée par la présence de la Première dame du Guyana, Sandra Granger ; L'honorable ministre de l'éducation Nicolette Henry ; Le directeur de l'éducation Marcel Hutson ; le Chef de l'équipe de travail de la Banque mondiale, Hongyu Yang ; la Coordonnatrice du GECEP Quenita Walrond et Evelyn Hamilton, la cheffe de la planification. Les bénéficiaires du programme faisaient également partie du public, notamment les formateurs principaux et les enfants.

Cérémonie de clôture du programme d’éducation préscolaire du Guyana. Crédit : GPE/Carolina Valenzuela
Cérémonie de clôture du programme d’éducation préscolaire du Guyana.
CREDIT: GPE/Carolina Valenzuela

En entrant à Umana Yana, le centre de conférences situé dans la capitale du pays, Georgetown, nous avons pu ressentir une atmosphère vibrante et énergique, immédiatement contagieuse. Une réplique de salle de classe mettait en évidence du matériel didactique que le programme avait aidé à acquérir et à distribuer, tels que des jouets, des livres et des jeux ; et les enfants attendaient avec impatience de se produire.

Une réplique de salle de classe mettant en évidence du matériel didactique que le programme avait aidé à acquérir et à distribuer. Crédit : GPE/Carolina Valenzuela
Une réplique de salle de classe mettant en évidence du matériel didactique que le programme avait aidé à acquérir et à distribuer.
CREDIT: GPE/Carolina Valenzuela

La coordinatrice du GECEP, Quenita Walrond, nous a fait découvrir le parcours du programme en le décrivant comme « une histoire d'amour de passion, de finalité et de pouvoir indomptable de l'esprit humain ». Lors de sa présentation, elle a également souligné certains des résultats remarquables obtenus.

8 000 écoliers vivant dans l'arrière-pays et les zones riveraines ont amélioré leurs capacités de lecture de 139 % et leurs compétences en calcul de 133 %, contre respectivement 90 % et 75 % dans les zones côtières.

Abonnez-vous aux alertes de notre blog

« Les chiffres parlent d'eux-mêmes… Autant d'enfants ayant démarré le programme avec un noveau plus bas que leurs homologues des régions côtières, ont fini plus forts. Ces progrès ont été rendus possibles parce que nos enseignants étaient mieux préparés, ils avaient de meilleurs matériels d’enseignement et d’apprentissage, avaient la confiance, l’appui et le soutien des parents et des principaux intervenants de la chaine éducative, qui ont veillé à la réussite de ce programme.

Dans son discours, la ministre de l’Education a souligné les efforts du ministère pour développer et mettre en œuvre des systèmes visant à assurer la durabilité du programme; et a souligné l'importance d'investir dans les premières années de scolarisation. « Les investissements dans l'éducation de la petite enfance de qualité rapportent plus que les investissements dans l'éducation à tout les autres niveaux », a-t-elle ajouté.

L'honorable ministre de l'Éducation, Nicolette Henry, s'adressant à l'auditoire. Crédit: GPE/Carolina Valenzuela
L'honorable ministre de l'Éducation, Nicolette Henry, s'adressant à l'auditoire.
CREDIT: GPE/Carolina Valenzuela

Moi (Kana) j'ai fait écho aux paroles de la ministre. Lors de mon discours, j’ai souligné que l’accent mis par le programme sur les premières années donnerait aux élèves plus de chances de réussir dans l’avenir.

« Je pense que ce projet a un impact significatif sur l’éducation des enfants au Guyana, car nous savons que ces premières années constituent une base importante pour l’apprentissage des enfants. »

Daisuke Kanazawa, responsable pays pour le Guyana au GPE, prenant la parole lors de la cérémonie de clôture du programme d’éducation préscolaire au Guyana. Crédit: GPE/Carolina Valenzuela
Daisuke Kanazawa, responsable pays pour le Guyana au GPE, prenant la parole lors de la cérémonie de clôture du programme d’éducation préscolaire au Guyana.
CREDIT: GPE/Carolina Valenzuela

Les bénéficiaires du programme ont également eu l'occasion de partager leurs expériences. Les uns après les autres, certains formateurs ont exprimé leur reconnaissance au GECEP. Ils ont notamment souligné l’importance des écoles amies des enfants, l’amélioration du matériel pédagogique et l’autonomisation des parents.

Tout au long de la cérémonie, les enfants ont été les vedettes du programme. Récitant des poèmes, chantant et dansant, ils ont transmis l'importance d'acquérir des compétences en numératie et en littératie.

Récitant un poème, l’une des écolières a affirmé : «  [grâce à l'éducation], le ciel est la seule limite pour moi ». Nous ne pouvions pas être plus d'accord.

Nous avons quitté la cérémonie avec une grande fierté. Fiers des résultats tangibles obtenus par le programme du GPE pour améliorer l'apprentissage et l'équité. Fiers des enseignants et des parents pour leur engagement et leur détermination. Et certainement - fiers des enfants, qui savent depuis leur plus jeune âge que l’éducation les aidera à s’épanouir.

Pour en savoir plus sur le travail du GPE au Guyana

Laisser un commentaireou

Derniers blogs

Tous les blogs
Une enseignante stagiaire distribuant des manuels scolaires pendant une leçon dans une école au Burkina Faso. Crédit: GPE/Kelley Lynch
À l'occasion de la Journée des droits de l'homme, nous réfléchissons à l'importance d'intégrer l'éducation aux droits de l'homme dans les systèmes éducatifs.
La directrice générale du GPE, Alice Albright, a rencontré les élèves des écoles primaires et secondaires de Warrenton à Dublin, en Irlande. Crédit: GPE/Alexandra Humme
En marge de la réunion du Conseil d'administration du GPE qui s'est tenue à Dublin en Irlande cette semaine, Alice Albright, Directrice générale du GPE, s'est rendue dans une école et y a discuté...
Une jeune fille assise sur des marches et lisant un livre. Honduras. Crédit: GPE/Paul Martinez
Axée sur les problèmes les plus pressants auxquels l’éducation est confrontée aujourd’hui, la Réunion mondiale sur l’éducation s'est achevée sur deux axes principaux : la nécessité de mobiliser...

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas divulguée. Tous les champs sont requis