Zanzibar investit dans les jeunes élèves

Le nouveau plan sectoriel de l’éducation développé par le gouvernement de Zanzibar vise l’expansion de l’éducation des jeunes enfants dans tout le pays

Une élève s’entraine à écrire les chiffres de 1 à 5 au tableau du Centre TuTu de Mnyimbi, Province du Nord, Zanzibar. Crédit : GPE/Chantal Rigaud

Une élève s’entraine à écrire les chiffres de 1 à 5 au tableau du Centre TuTu de Mnyimbi, Province du Nord, Zanzibar.

CREDIT: GPE/Chantal Rigaud

Les enfants de la section maternelle de l’école primaire Kisiwandui à Zanzibar semblaient bien s’amuser lorsque j’ai visité leur classe. Outre la présentation de nouveaux mots et des images correspondantes dans leur manuel, l’enseignant chantait des chansons avec eux et, pour conserver leur niveau d’attention, faisait quelques exercices physiques rapides, tels que sauter en l’air et danser.

Avec la moitié du mur ouvert sur la grande cour de l’école, la salle de classe était claire et animée, le mobilier, adapté à l'âge des élèves, de nombreux posters habillaient les murs d’images. Des mots et des cartes représentant des lettres et des nombres étaient accrochés au plafond. La classe accueillait un garçon souffrant d'un handicap mental, qui semblait s'amuser tout autant que ses camarades.

Les communautés organisent l’éducation des jeunes enfants

« Moja, mbili, tatu, nne, tano! » (un, deux, trois, quatre, cinq). Au centre TuTu de Mnyimbi, dans la Province du Nord, les enfants, assis sur le sol en béton de leur école à classe unique, apprenaient à compter à l’aide de cailloux, coquillages ou blocs de bois et répétaient les nombres, d’abord ensemble, puis chacun son tour à l’appel des deux enseignantes.

Les enfants dans une classe de pré-primaire à l'école primaire de Kisiwandui à Zanzibar apprennent de nouveaux mots en regardant les images dans leurs manuels scolaires et les répète après leur professeur. Crédit: GPE/Chantal Rigaud

Les enfants dans une classe de pré-primaire à l'école primaire de Kisiwandui à Zanzibar apprennent de nouveaux mots en regardant les images dans leurs manuels scolaires et les répète après leur professeur.

Crédit photo : GPE/Chantal Rigaud

La structure préscolaire de la communauté a été construite en 2013 et accueille 31 filles et 23 garçons du village âgés entre 3 et 5 ans (les enfants de 3 ans suivent généralement un frère ou une sœur aîné(e) à l’école).

Mzee Othman Abdalla, le chef du village, est fier de l’école, et les parents sont heureux que leurs enfants aient la chance de commencer leur apprentissage plus tôt qu’ils n’ont pu le faire eux-mêmes.

Plusieurs pères et mères viennent chaque jour à l’école pour donner un coup de main. Aucun d’eux n’est allé à l’école maternelle, et dans leur souvenir, le chemin à pied était long jusqu'à l'école primaire.

Rendre l’école maternelle accessible à davantage d’enfants

Il y a 77 centres TuTu dans le Nord, et 299 sur l'ensemble du territoire de Zanzibar. TuTu est la forme abrégée de Tucheze Tuchifunze, qui signifie apprendre en jouant. Ces centres ont été créés pour répondre à la demande des communautés désireuses d’envoyer leurs jeunes enfants à l’école maternelle dans des lieux proches de la communauté.

L’école maternelle de Mnyimbi a été construite par la communauté. Les deux enseignants, Amina et Mwasuma, âgés d’une vingtaine d’années, sont du village. Lorsque le chef du village leur a dit qu’une école allait ouvrir, elles se sont portées volontaires pour y enseigner. Toutes deux ont achevé leur cycle d’enseignement secondaire et ont suivi une courte formation sur les techniques pédagogiques à utiliser avec les enfants. Selon elles, des formations supplémentaires seraient bénéfiques.

Étendre l’éducation préscolaire à davantage d’enfants

Selon la version préliminaire du Plan de Développement du secteur éducatif de Zanzibar (ZEDP II), le système préscolaire de Zanzibar a étendu ses capacités au cours des six dernières années, et les inscriptions ont quasiment doublé, cette augmentation étant principalement concentrée dans les écoles publiques (gérées par l’Etat). La politique de Zanzibar, adoptée en 2006, est que tous les enfants puissent avoir accès à 2 ans d'éducation préscolaire avant d’entrer en première année d'école primaire à l'âge de 6 ans.

À ce jour, Zanzibar estime qu’entre un quart et la moitié de ses enfants ont accès à l'école maternelle. Nombre des enfants inscrits sont déjà trop âgés. Sur le total des enfants scolarisés, 55 % sont inscrits dans des écoles maternelles gérées par le secteur privé (écoles privées et écoles communautaires ou madrasas), les autres fréquentent les écoles publiques ou centres TuTu.

L’accès à l’enseignement primaire est inégal selon l’endroit, avec seulement 18 % des enfants des zones rurales inscrits à l'école primaire. Actuellement, il y a environ 21 élèves pour un enseignant au niveau préscolaire, mais Zanzibar souhaiterait réduire ce ratio à 15 élèves par enseignant en vue d’améliorer l’apprentissage.

Le GPE soutient les objectifs de Zanzibar en matière d’éducation préscolaire

Zanzibar a bénéficié d’un financement du GPE de 5,2 millions de dollars en 2013, mis en œuvre sur trois ans jusqu’à la fin de 2016. Son objectif global était d’améliorer l’apprentissage des élèves, et l’une des composantes était d’étendre et de renforcer les programmes préscolaires tels que les centres TuTu.

Le centre TuTu de Mnyimbi accueille 54 enfants du village. Certains parents viennent également à l'école pour aider les deux enseignants. Crédit: GPE/Chantal Rigaud

Le centre TuTu de Mnyimbi accueille 54 enfants du village. Certains parents viennent également à l'école pour aider les deux enseignants.

Photo Credit: GPE/Chantal Rigaud

Grâce à ce financement, Zanzibar a pu établir 30 centres d’éducation préscolaire supplémentaires et former plus de 300 enseignants de maternelle.

Le gouvernement est satisfait des résultats mais veut accomplir davantage. Son prochain plan sur 5 ans, le ZEDP II, en cours de finalisation, comprend l’objectif d’augmentation du taux de scolarisation préscolaire de 27,5 % à 50 % d’ici 2020, avec une majorité d’enfants fréquentant les écoles publiques et l’abandon progressif des centres TuTu.

Ce plan préconise également une meilleure qualité de l’apprentissage dans les écoles maternelles en veillant à ce que les compétences de base soient maîtrisées par les enfants avant que ceux-ci n'entrent à l'école primaire, ainsi qu'une meilleure coordination entre les ministères et services chargés de l'éducation des jeunes enfants.

Le GPE, l’UNICEF (agence de coordination), la Suède (agent partenaire pour le financement du GPE) et les autres partenaires de développement sont prêts à soutenir le gouvernement de Zanzibar pour garantir à davantage d'enfants l'accès à une éducation préscolaire de qualité.

Auteur (s)

Communication Specialist, Global Partnership for Education
Chantal Rigaud est Chargée de communications au Partenariat mondial pour l’éducation. Aux côtés de l’équipe de communication, son rôle est d’œuvrer pour une meilleure visibilité de l’éducation en général et...

Derniers blogs

2018 sera une année cruciale pour l'éducation dans le monde. En effet, la communauté internationale s'engagera à doter la prochaine génération des compétences et des outils dont elle a...
Suite au Sommet de l’UA-UE d’Abidjan en novembre dernier, un membre de l’initiative Youth plug-in (YPII) revient sur les propositions présentées lors du sommet et sur sa propre action en faveur de l’...
Le PAEQUE (Projet d’amélioration de l’équité et de la qualité de l’éducation) soutenu par un financement du GPE, a permis d'obtenir des résultats prometteurs dans l'amélioration de la...