Déclaration sur l'attaque d'un bus scolaire au Burkina Faso
|
Des élèves de troisième année à l'école de Sandogo «B», dans district 7 à Ouagadougou au Burkina Faso en novembre 2017. Crédit : PME/Kelley Lynch

Le Partenariat mondial pour l'éducation condamne fermement l'attaque violente contre un convoi d'autobus transportant des écoliers au Burkina Faso.

« Cette attaque cruelle contre des enfants retournant à l'école est inacceptable. Les enfants pris dans un conflit ne sont pas et ne doivent jamais être pris pour cibles », a déclaré Alice Albright, Directrice générale du PME. « J'adresse mes plus sincères condoléances aux victimes et aux personnes touchées par cet horrible incident, ainsi qu'aux familles de ceux qui ont été tués. »

L'insécurité croissante dans les régions du nord du Burkina Faso a menacé de faire dérailler les progrès de l'éducation. Selon les Nations unies, l'escalade de la violence dans le pays a entrainé le déplacement de près d'un demi-million de personnes et contraint près de 1 500 écoles à fermer, privant ainsi plus de 200 000 enfants en âge scolaire de leur droit à l'éducation.

Depuis 2002, le PME travaille avec des partenaires locaux de l’éducation pour soutenir les efforts du gouvernement du Burkina Faso à améliorer la qualité de l’éducation dans le pays et à assurer que plus d’enfants achèvent l'éducation de base, en accordant au pays des financements d'un montant total de plus de 214 millions de dollars. L'actuel financement de près de 56 millions de dollars soutient les efforts du gouvernement visant à accroître l'accès des enfants à l'éducation de base, à réduire les disparités géographiques et à améliorer les résultats d'apprentissage en améliorant la qualité de l'éducation.

Cette dernière attaque fait partie d'une tendance mondiale d'augmentation de la violence contre les enfants et les écoles qui inquiète. Entre 2013 et 2017, plus de 12 000 élèves et enseignants ont été blessés dans plus de 12 700 attaques contre l'éducation dans plus de 70 pays..

« Des attaques comme celle d’aujourd’hui devraient être un signal d’alarme pour le reste du monde », a déclaré Mme Albright. « Les leaders du monde doivent fournir davantage d'efforts pour empêcher les attaques contre l'éducation et protéger les enfants pris dans des situations de guerre. »

Le PME a récemment intensifié son soutien à l'éducation en période de crise, en annonçant notamment le déblocage 250 millions de dollars de financement supplémentaires pour soutenir l'éducation dans les pays en situation d'urgence humanitaire. Par conséquent, le Burkina Faso est éligible à soumettre une demande d'un montant total de 11 millions de dollars supplémentaires en guise de financement accéléré.

###

Des élèves de troisième année à l'école de Sandogo «B», dans district 7 à Ouagadougou au Burkina Faso en novembre 2017. Crédit : PME/Kelley Lynch

Dernières actualités