Réponse du secteur de l'éducation au COVID-19 : aucun pays et aucun acteur ne peut agir seul

Le PME encourage une coordination des réponses apportées à la pandémie de COVID-19 et soutient les groupes locaux des partenaires de l’éducation dans leurs réponses aux besoins des pays partenaires dans le secteur de l'éducation. Le succès de ces efforts repose sur des actions coordonnées par le biais de partenariats efficaces et responsables.

29 avril 2020 par Janne Kjaersgaard Perrier, GPE Secretariat, et Carmela Salzano, GPE Secretariat
|
Lecture : 5 minutes
|
La revue sectorielle conjointe du Ghana qui s’est déroulée pendant la Semaine nationale de l'éducation à Accra, en août 2019, a été l’occasion d’un apprentissage entre pairs entre des représentants du Libéria, de Sierra Leone et de Gambie.
La revue sectorielle conjointe du Ghana qui s’est déroulée pendant la Semaine nationale de l'éducation à Accra, en août 2019, a été l’occasion d’un apprentissage entre pairs entre des représentants du Libéria, de Sierra Leone et de Gambie.
PME/Philippe Menkoue

Le nouveau coronavirus a généré une urgence éducative mondiale sans précédent, nécessitant une solidarité extraordinaire pour lancer les efforts d’intervention et de rétablissement, et minimiser les effets néfastes à long terme sur l'apprentissage et le développement des enfants.

Les fermetures d'écoles à travers le monde ont perturbé l'éducation à une échelle encore jamais vue, coupant les enfants de l'apprentissage ainsi que d'autres services vitaux fournis par les écoles, notamment les soins de santé et les repas nutritifs. À la mi-avril, on comptait 65 pays partenaires du PME et 383 millions d'enfants touchés.

L'urgence et l'ampleur de la crise ont nécessité l'innovation, le partenariat et la solidarité, les acteurs internationaux et nationaux œuvrant ensemble à différents niveaux pour éviter une interruption de l'apprentissage des communautés les plus vulnérables et marginalisées.

Des efforts conjoints aux niveaux national et mondial

La Coalition mondiale pour l'éducation, lancée par l'UNESCO et rejointe par le PME, travaille en étroite collaboration avec les pays pour surveiller la fermeture des écoles et augmenter les investissements dans les solutions d'apprentissage à distance, notamment les modèles de meilleures pratiques pour l'enseignement et l'apprentissage à distance, qui garantissent la continuité de l'accès à une éducation de qualité.

Le PME s'est rapidement mobilisé afin d’apporter un soutien financier et technique aux pays partenaires, notamment à travers l’octroi de :

  • 8,8 millions de dollars pour aider les pays à lancer une riposte du secteur de l'éducation à la pandémie, y compris en soutenant la planification des interventions, la coordination et l’échange de connaissances
  • 250 millions de dollars pour aider les pays à atténuer les effets de la pandémie et à s'en remettre. Ce montant comprend 25 millions de dollars dédiés aux activités régionales et mondiales, dont la coordination.

Dans les pays partenaires, les ministères de l'Éducation s'assurent le soutien d'un écosystème plus large d'acteurs du secteur de l'éducation, notamment des ONG et des OSC dans les domaines de l'éducation et de la santé publique, de la nutrition et de la protection sociale, ainsi que des universités, des fondations du secteur privé et du monde des affaires.

Dans certains cas, les gouvernements négocient pour la première fois des partenariats de connectivité à grande échelle avec des fournisseurs de télécommunications, des opérateurs de téléphonie mobile et d'autres entreprises. Sans ces partenariats, les capacités de soutien de l'enseignement et de l'apprentissage à distance au niveau requis seront insuffisantes.

En ces temps nouveaux, il est difficile de diriger des systèmes d'éducation

De nombreuses voix cherchent à se faire entendre, la situation des pays évolue rapidement et la nécessité d'une réaction rapide et d'une certaine souplesse peut générer une forte tentation de contourner les structures de dialogue et de coordination établies. Cependant, il est crucial pour les ministères de l'Éducation de maintenir une certaine fermeté, de coordonner les multiples efforts de manière efficace et de diriger rapidement le flux d'engagement vers les domaines qui en ont le plus besoin.

Pour ces raisons, les efforts de réponse dans le domaine de l'éducation doivent permettre de renforcer le leadership des pays, et notamment des formes de leadership davantage collectives et collaboratives qui mutualisent les ressources et les responsabilités, et renforcent les capacités des pays dans la mesure du possible.

Il est essentiel d'ancrer les interventions dans des mécanismes de coordination pilotés par les pays qui canalisent, harmonisent et alignent tout le soutien pour assurer la pertinence, la cohérence, la rentabilité et la durabilité.

Qu'il s'agisse de travailler au sein de groupes locaux des partenaires de l’éducation en tant que plateforme de collaboration pour le dialogue sur les politiques sectorielles entre les gouvernements et leurs partenaires de l'éducation, ou de toute autre structure nationale ou mécanisme de partenariat mis en place pour la riposte au COVID-19, le PME a généré un ensemble de principes directeurs et d'outils de partenariat qui restent pertinents dans la situation actuelle, et qui peuvent aider les pays à gérer leur réponse en matière d'éducation et à gérer plus efficacement leurs efforts de création de partenariats.

Dans le contexte de la crise actuelle, ces principes et outils mettent en évidence les facteurs suivants qui contribuent au succès des partenariats :

  1. Veiller à la clarté de l'objectif dans tous les efforts de dialogue et de coordination liés à la riposte au COVID : l'efficacité stratégique de la riposte au COVID-19 commence par la clarté des objectifs du dialogue avec les différents acteurs (c'est-à-dire des buts et objectifs précis) et la co-création de plans d'action basés sur une compréhension commune de ces buts et priorités, de la manière dont ils peuvent être traités le plus efficacement possible et dans quel ordre. Il est plus probable que cela incite à la mobilisation collective des ressources et génère des investissements intelligents autour d'actions ciblées ayant un impact immédiat.
  2. Inclure les perspectives, les talents, l'expertise et les compétences de divers pays pour définir la voie à suivre : l'inclusion de diverses perspectives dans le dialogue contribuera à garantir que les efforts de mobilisation aux niveaux national et international s'appuient sur les connaissances, les atouts et l'expertise des ONG et des OSC partenaires expérimentées déjà actives sur le terrain, et évitent la duplication des rôles. La cartographie et l'exploitation des données, des infrastructures et des équipements existants au niveau national et mondial, ainsi que l'établissement de relations de coopération avec les parties prenantes des pays, seront essentiels pour prendre des engagements « à l'échelle » et assurer la durabilité à plus long terme.
  3. Veiller à des dispositions claires en matière de gouvernance : la clarification des rôles de leadership et des relations entre les différents organismes impliqués dans la riposte au COVID en matière d'éducation (et d'autres secteurs), ainsi que des pouvoirs sur les différents types de prise de décision, facilitera la prise de décision et le suivi des progrès réalisés par rapport aux engagements pris.
  4. Veiller à ce que les modalités de travail soient souples, adaptées à l'objectif visé et bien communiquées : les modalités de travail doivent être souples et adaptées pour faire avancer les priorités. Il s'agit notamment de faire preuve de souplesse dans la prise de décision sur la base des données probantes ou des meilleures connaissances disponibles, de réorganiser et d'adapter les rôles organisationnels si nécessaire, de gérer les contributions des parties prenantes et de communiquer régulièrement, afin que tous les partenaires soient informés des décisions prises, des progrès réalisés et des modalités de collaboration plus larges.
  5. Revoir régulièrement les modalités de dialogue et de coordination afin d'apprendre et de s'adapter. La création d'un espace de révision régulière permettra aux partenaires de l'éducation d'identifier les goulots d'étranglement, les problèmes de capacité et de ressources au fur et à mesure qu'ils se présentent et d'exprimer toute préoccupation relative à la mission et aux objectifs généraux du partenariat. Un examen régulier contribue également à maintenir une dynamique de partenariat saine, ainsi que la crédibilité et la légitimité au sein de la communauté éducative.

Pour en savoir plus sur les directives et les outils du PME, veuillez consulter :

  • Les Principes pour des groupes locaux des partenaires de l’éducation efficaces qui se concentrent sur les fonctions essentielles possibles d'un groupe local des partenaires de l’éducation qui contribuent à son efficacité stratégique, les principaux défis à relever pour remplir ces fonctions et les principes directeurs pour établir un dialogue sectoriel efficace basé sur des priorités convenues, des capacités organisationnelles et de collaboration.
  • Les Outils d'auto-évaluation et de performances des GLPE qui peuvent être utilisés pour faciliter une réflexion structurée entre les acteurs de l'éducation sur les objectifs et la qualité du dialogue sectoriel au sein d'un mécanisme de coordination sectorielle donné, sur les principales difficultés et les actions ou éléments de base visant à renforcer l'efficacité du groupe.

Ces principes et ces outils sont complémentaires et s'inscrivent dans le cadre plus large de la mise en œuvre d’un partenariat efficace du PME, qui vise un plus grand impact du partenariat au niveau national, grâce à des processus et un engagement plus efficaces et à une attention accrue en faveur de l'appropriation et de la capacité du gouvernement.

Laisser un commentaire ou
Planification sectorielle

Derniers blogs

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas divulguée. Tous les champs sont requis

Le contenu de ce champ sera maintenu privé et ne sera pas affiché publiquement.

Texte brut

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.
  • Global and entity tokens are replaced with their values. Explorer les jetons disponibles.