Un an après la Conférence de financement du GPE, l’éducation demeure une priorité dans le monde
Les engagements extraordinaires pris lors de la Conférence de financement du GPE à Dakar en février 2018 marquaient le début d’une année riche en événements. Revenons sur les points forts, des financements additionnels à l’augmentation du soutien à l’éducation des filles et aux nouvelles initiatives en faveur de l’amélioration des données et des connaissances.
4 février 2019 par Secrétariat du GPE|
|
Des élèves levant la main pour répondre à une question pendant une leçon à l'école de Bitiw Seye 1 à Tivaouane au Sénégal.
CREDIT: GPE/Chantal Rigaud

Il y a presqu’un an jour pour jour, nombre d’entre nous au Secrétariat étions sur le point de clôturer le plus grand événement de financement de l’éducation jamais organisé : la Conférence de financement du GPE, qui s’est tenue à Dakar les 1er et 2 février 2018, animée par les Présidents Macky Sall du Sénégal et Emmanuel Macron de France, avec la participation de l’ambassadrice du GPE dans le monde, Rihanna.

Julia Gillard et Rihanna devant un pupitre pendant la Conférence de financement du GPE à Dakar. Février 2018
Julia Gillard et Rihanna devant un pupitre pendant la Conférence de financement du GPE à Dakar. Février 2018
CREDIT: GPE/Heather Shuker

L’incroyable dynamisme, la volonté politique et l’extraordinaire soutien pour l’éducation, qui ont été démontrés lors de cette conférence, ont donné à tous les partenaires du GPE un nouvel élan pour continuer à faire de l’éducation une priorité dans les mois suivants.

Les partenaires du monde entier – gouvernements des pays en développement, bailleurs de fonds, organisations de la société civile, acteurs du secteur privé – mettent l’éducation au premier plan et prennent des mesures pour garantir à tous les enfants la possibilité d’aller à l’école et d’apprendre.

Revenons sur quelques étapes importantes depuis la conférence :

  • Plus de 430 millions de dollars alloués en financements : au cours de l’année 2018, le Conseil d’administration du GPE a approuvé des financements pour aider les pays partenaires à mettre en œuvre leur plan sectoriel de l’éducation, dans le but ultime d’améliorer l’apprentissage des enfants. Des financements ont ainsi été approuvés pour l’Afghanistan, le Bangladesh, le Bhoutan, Cabo Verde, le Cambodge, la République centrafricaine, les Comores, la Côte d’Ivoire, la Gambie, la Guinée-Bissau, Madagascar, Myanmar, la Sierra Leone, la Somalie (gouvernement fédéral et Somaliland), le Soudan du Sud, le Tchad et le Zimbabwe.

    La plupart de ces pays ont identifié des cibles spécifiques en termes d’apprentissage, d’équité et d’efficacité, pour lesquelles 30 % des financements seront décaissés. Le montant total des financements comprend 45 millions de dollars en financement accéléré pour les pays touchés par une crise.

    Par ailleurs, les financements issus du fonds à effet multiplicateur du GPE ont catalysé des financements extérieurs supplémentaires en soutien aux priorités nationales, en proportion de plus de 3 dollars levés pour chaque dollar du GPE. À ce jour, près de 100 millions de dollars en financements grâce au fonds à effet multiplicateur du GPE ont ainsi été alloués, mobilisant près de 440 millions de dollars supplémentaires auprès de bailleurs bilatéraux, multilatéraux et des banques régionales de développement.

  • 250 millions de dollars de contributions additionnelles au GPE : depuis les annonces de contributions d’un total de 2,3 milliards de dollars faites par les bailleurs à Dakar pour la période 2018 – 2020, des apports additionnels ont été annoncés par l’Allemagne, le Danemark, les États-Unis et les Pays-Bas. .

    Les Pays-Bas ont ainsi annoncé une nouvelle contribution de 100 millions d’euros en soutien au GPE en septembre dernier lors d’un événement de haut niveau aux Nations unies.

    Le Danemark a quant à lui promis 32 millions de couronnes danoises supplémentaires, soit près de 5 millions de dollars, une hausse de 50 % de sa précédente contribution au GPE. Le Danemark est ainsi désormais le 5ème bailleur de fonds le plus important du GPE.

    L’Allemagne a annoncé une augmentation de sa contribution de 28 millions d’euros pour 2019, pour un total de 37 millions d’euros pour cette seule année. Le pays avait déjà doublé sa contribution pour 2018.

    Le Congrès des États-Unis a approuvé une contribution supplémentaire de 87,5 millions de dollars au GPE, en plus des 75 millions de dollars promis à Dakar.

  • Faire de l’éducation des filles une priorité : en marge de l’Assemblée générale des Nations unies l’an dernier, le Premier Ministre Justin Trudeau (Canada), le Président Emmanuel Macron (France) et la Première Ministre Theresa May (Royaume-Uni) ont renouvelé leur engagement à trouver de nouveaux moyens de lutter contre les obstacles à l’éducation des filles.

    Le GPE continue de promouvoir l’égalité des sexes à tous les niveaux des systèmes éducatifs et a organisé avec l’Initiative pour l’éducation des filles de l’ONU (UNGEI) au Togo le troisième atelier portant sur les principes directeurs pour une planification sectorielle de l’éducation en faveur de l’égalité des sexes.

Le Premier ministre Justin Trudeau (Canada), le président Emmanuel Macron (France) et la Première ministre Theresa May (Royaume-Uni) à la session sur la suppression des obstacles à l'éducation des filles lors de l'Assemblée générale des Nations Unies à New York. Septembre 2018. Crédit: Global Affairs Canada
Le Premier ministre Justin Trudeau (Canada), le président Emmanuel Macron (France) et la Première ministre Theresa May (Royaume-Uni) à la session sur la suppression des obstacles à l'éducation des filles lors de l'Assemblée générale des Nations Unies à New York. Septembre 2018.
CREDIT: Global Affairs Canada
  • Trouver des solutions au défi des données : la Table ronde sur les solutions relatives aux données de l’éducation a été lancée à Dakar le 1er février 2018. Elle vise à mobiliser l’expertise des partenaires, en particulier du monde de l’entreprise, et à améliorer la disponibilité et l’utilisation de données de l’éducation exactes et à jour. Les membres de la table ronde se sont déjà rencontrés deux fois. Un an plus tard, certains de ses membres se trouvent actuellement en visite en Gambie, deuxième visite du genre en deux semaines après l’Éthiopie. Le groupe rencontre des directeurs d’écoles et des responsables locaux et nationaux afin de mieux comprendre les difficultés rencontrées en matière de données de l'éducation dans le contexte national. Ces visites permettront à la table ronde de formuler des propositions concrètes qui seront présentées en juin.
  • Développement de deux nouveaux mécanismes pour le partage des connaissances et le plaidoyer : les équipes du Secrétariat du GPE, aux côtés de nombreux partenaires, ont travaillé sans relâche au développement de deux nouveaux mécanismes de financement : le mécanisme d’ Échange de connaissances et d’innovations (KIX) et celui de Plaidoyer et responsabilité sociale (ASA). Une fois lancés plus tard dans l’année, ils permettront au GPE de garantir aux pays partenaires les ressources nécessaires pour résoudre des difficultés spécifiques et de promouvoir une plus grande transparence et responsabilité dans le secteur éducatif grâce au financement de la société civile.
  • 2018 fut une année charnière pour le GPE, qui a pu accroître ses engagements politiques et financiers dans l’éducation, multiplier les liens avec les autres secteurs et parties prenantes et consolider son pouvoir rassembleur.

    L’année 2019 semble déjà poursuivre la mobilisation de l’attention du monde sur l’éducation. Entre autres moments clés de l’année, il y aura la Conférence .Women Deliver. en juin, avec une série d'événements sur l’éducation des filles organisée par le GPE, ainsi que le Sommet du G7 animé par la France, qui place l’éducation au centre de son programme de lutte contre les inégalités.

    Nous espérons qu’il y aura encore cette année bien d’autres moments et réussites passionnants sur la voie de la réalisation de l’ODD 4.

    Laisser un commentaireou

    Derniers blogs

    Tous les blogs
    Un élève lisant à haute voix pendant un cours de lecture dans une école en Gambie.
    Dans certains contextes, la manière de réaliser un enseignement multilingue basé sur la langue maternelle, peut dissuader certains parents à en demander la mise en œuvre. Avoir recours à « l'...
    Un manuel d'enseignement en langue maternelle. Centre Mnyimbi TuTu, province du Nord, Zanzibar. Tanzanie, avril 2017. Crédit: GPE/Chantal Rigaud
    La journée internationale de la langue maternelle est l’occasion pour le GPE de rappeler son soutien à l’enseignement en langue maternelle, une composante clé des bases de l’apprentissage. Voici...
    Du matériel d'apprentissage en kinyarwanda à l'école maternelle Jean de la Mennais, dans le district de Burera, au Rwanda rural en février 2016. Crédit: GPE/Alexandra Humme
    La Journée internationale de la langue maternelle célébrée chaque année le 21 février, est l'occasion de promouvoir la diversité linguistique et culturelle ainsi que le multilinguisme. Où en est-on...

    Laisser un commentaire

    Votre adresse email ne sera pas divulguée. Tous les champs sont requis