Le Partenariat mondial pour l’éducation approuve des financements de 200 M$ pour l’Afghanistan, le Myanmar et le Soudan du Sud

|
Des élèves à l'école Ayno Meena Number Two à Kandahar en Afghanistan. Credit: GPE/Jawad Jalali

Washington D.C., le 26 novembre 2018 --- Le Partenariat mondial pour l’éducation (GPE) augmente son soutien aux pays touchés par les conflits grâce à trois nouveaux financements approuvés par le Conseil d’administration et destinés à l’Afghanistan, au Myanmar et au Soudan du Sud, pour un montant total de 209,4 millions de dollars.

Ces fonds portent le financement total approuvé par le GPE en 2018 à plus de 430 millions de dollars, dans le but d’améliorer l’éducation des enfants dans plus de 40 pays et régions en développement, dont nombre d’entre eux aux prises de conflits et de crises.

Les enfants vivant dans les pays touchés par des conflits courent un risque accru de passer à côté d’une éducation, surtout les filles, qui sont généralement plus défavorisées et susceptibles de décrocher.

Le GPE s’efforce plus particulièrement de donner aux enfants les plus vulnérables une éducation de qualité. Globalement, plus de 60 pourcent des financements du GPE soutiennent l’éducation d’enfants dans des pays touchés par la fragilité et les crises.

« Ces pays partenaires du GPE ont chacun souffert de longues périodes de conflit et d’instabilité qui ont eu un impact énorme sur les possibilités d’apprentissage des enfants, » a déclaré Julia Gillard, Présidente du Conseil d’administration du GPE et ex-Premier Ministre de l’Australie. « Éduquer les enfants en Afghanistan, au Myanmar et au Soudan du Sud est essentiel pour la prospérité, la paix et la stabilité à long terme de ces pays. »

 « Le Partenariat mondial pour l’éducation oriente ses investissements sur les besoins des enfants les plus défavorisés et marginalisés afin de veiller à ne laisser pour compte aucun enfant, quelles que soient ses circonstances, » a déclaré Alice Albright, Directrice générale du Partenariat mondial pour l’éducation. « Le GPE rassemble les forces collectives de ses partenaires et ses ressources pour travailler avec les États partenaires et améliorer les services d’éducation. »   

L’Afghanistan recevra 100 millions de dollars sur 5 ans pour augmenter l’accès équitable à l’enseignement de base, en particulier pour les filles dans les provinces défavorisées du pays. Ce financement sera utilisé pour la construction de nouvelles écoles, la scolarisation de plus d’enfants et l’amélioration de leur apprentissage par une meilleure formation des enseignants et de nouveaux programmes scolaires. La part du financement basée sur les résultats dépend de l’amélioration de la transparence et de la responsabilisation, notamment par la production de meilleures données scolaires, une allocation plus efficace des ressources, une meilleure communication des résultats, une bonne distribution des matériels pédagogiques et un recrutement et une gestion des enseignants au mérite. Le financement du GPE sera regroupé sous un programme unique – la Réforme de la qualité de l’éducation pour l’Afghanistan (RQEA) – avec 100 millions de dollars de la part de l’Association internationale de développement de la Banque mondiale et 100 millions de dollars du Fonds fiduciaire pour la Reconstruction de l’Afghanistan, dans le but de simplifier la coordination des bailleurs dans le pays. La Banque mondiale est l’agent partenaire du GPE en Afghanistan.

Le Myanmar recevra 73,7 millions de dollars sur 4,5 ans en soutien au premier plan sectoriel de l’éducation du pays. Le financement aidera à l’amélioration de la qualité de l’apprentissage et à la satisfaction des besoins des enfants marginalisés en matière d’éducation. Il s’agira de canaliser davantage de ressources vers les écoles les plus vulnérables et de développer l’éducation non-formelle pour les enfants non scolarisés. On estime à 23 pourcent le nombre d’enfants non scolarisés, soit 2,7 millions d’enfants entre 5 et 16 ans. Beaucoup de ces enfants sont issus de minorités ethniques, de populations déplacées internes, de ménages à faible revenu ou sont des enfants handicapés. Sur la totalité du financement, 14 millions de dollars ont été réservés pour l’État du Nord-Rakhine. La totalité du programme est basé sur les résultats, le gouvernement ne percevant les fonds qu’une fois atteints les résultats prévus. L’agent partenaire du GPE au Myanmar est la Banque mondiale.

Le financement de 35,7 millions de dollars au Soudan du Sud soutiendra le secteur éducatif du pays pendant 4 ans. Avec un tiers de sa population déplacée par le conflit, le nombre d’enfants non scolarisés a augmenté de manière significative au cours des deux dernières années. Au Soudan du Sud, les inégalités entre les sexes sont les plus marquées de l’Afrique subsaharienne, les disparités étant plus grandes encore selon les régions. Le financement destiné au Soudan du Sud soutiendra un million d’enfants en formant des enseignants, développant de nouveaux programmes et manuels scolaires et en améliorant les systèmes de gestion, de supervision et d’inspection. Un programme spécifique de plaidoyer sera axé sur l'augmentation de la scolarisation des filles. Afin de veiller à toucher les enfants les plus vulnérables, le soutien du GPE établira également une cartographie des enfants non scolarisés en vue d’augmenter l’accès à l’école dans les zones les plus marginalisées. L’UNICEF est l’agent partenaire du GPE au Soudan du Sud.

 ***

Le Partenariat mondial pour l’éducation (GPE) collabore avec plus de 65 pays en développement afin de garantir à tous les enfants une éducation de base de qualité, et en priorité aux plus pauvres, aux plus vulnérables et à ceux qui vivent dans les pays touchés par la fragilité et les conflits. Le partenariat finance l’éducation et soutient les pays en développement afin d'établir des systèmes éducatifs efficaces basés sur une planification et des politiques fondées sur des données empiriques. En tant que seul partenariat multilatéral exclusivement axé sur l’éducation, le GPE réunit les gouvernements des pays en développement et des pays donateurs, les organisations internationales, la société civile, les enseignants, les fondations et le secteur privé. Au cours de la Conférence de financement du GPE, qui a rencontré un franc succès au Sénégal en février, les bailleurs ont promis 2,3 milliards de dollars pour la période 2018 – 2020, tandis que d’autres engagements sont encore annoncés.

Le modèle de financement basé sur les résultats du GPE fournit 70 pourcent des fonds sur la base d’un plan sectoriel de l’éducation, d’une stratégie en matière de données et d’une augmentation des dépenses intérieures pour l’éducation qui soient crédibles. Pour percevoir les 30 pourcent restants, les pays doivent montrer qu’ils ont atteint les résultats prévus en matière d’équité, d’efficacité et d'acquis scolaires.

Contenu associé :

Des élèves à l'école Ayno Meena Number Two à Kandahar en Afghanistan. Credit: GPE/Jawad Jalali

Dernières actualités

Réunion du Conseil d'administration du GPE de décembre 2018 à Dublin. Crédit: Liang Cai
06 décembre 2018
S'appuyant sur la dynamique internationale croissante en faveur de l'éducation des enfants dans les pays en développement par le biais du Partenariat mondial pour l'éducation (GPE), le Danemark et l'...
Des élèves en classe au Somaliland. Crédit : UNICEF/Hana Yoshimoto
29 octobre 2018
Un nouveau financement due 17,9 millions de dollars à la Somalie aidera la scolarisation dans le primaire de plus de 32 000 enfants non scolarisés, qui pourront ainsi bénéficier d’une éducation...
Serigne Mbaye Thiam, Vice-président du GPE, et Martin Jäger, Secrétaire d'état au Ministère pour la Coopération économique et le Développement, Allemagne. Crédit : GPE / Sabine Terlecki
12 octobre 2018
Le Partenariat mondial pour l’éducation (GPE) se réjouit d’accueillir 9 millions d'euros de fonds additionnels de la part de l’Allemagne. Ce montant portera la contribution globale de l’Allemagne...