Le soutien croissant du GPE en faveur de l’éducation des réfugiés
A l'occasion d'une réunion de haut niveau organisée ce mercredi à New York par le GPE, la communauté éducative discutera de nouvelles mesures à prendre pour que les enfants réfugiés puissent toujours aller à l'école. Mais, voici déjà ce que fait le GPE.
25 septembre 2018 par Margarita Focas-Licht, Global Partnership for Education|
|
Des élèves dans une salle de classe dans le camp des réfugiés de Kakuma au Kenya.
CREDIT: UNHCR/Samuel Otieno

Ce mercredi 26 septembre à New York, le Partenariat mondial pour l'éducation co-organise une réunion de haut niveau sur l'action en faveur de l'éducation des réfugiés. L'événement réunira des gouvernements et des organisations clés pour améliorer les efforts visant à fournir une éducation de qualité aux réfugiés.

L’éducation est essentielle à la promotion de la stabilité et de la paix et peut être le signe visible d’un retour à la normale pour les enfants touchés par les crises.

Pourtant, lorsque des réfugiés sont déplacés par les conflits ou la fragilité, l’éducation des enfants est souvent interrompue. Avec le nombre croissant de personnes déplacées par les conflits ou les crises, il est impératif de ne pas perdre des années d’éducation.

Trente-deux des 67 pays partenaires du GPE sont touchés par le conflit ou la fragilité, et plus de la moitié des financements de soutien du GPE sont destinés à ces pays. Nous travaillons en étroite collaboration avec des partenaires, notamment des gouvernements, l'UNICEF, Save the Children, Education Cannot Wait et de nombreux autres, pour veiller à ce que les enfants puissent maintenir leur éducation en temps de crise.

Pour que les enfants réfugiés poursuivent leur éducation, leurs besoins – et ceux des communautés voisines des pays d’accueil – doivent être inclus dans les plans sectoriels de l’éducation nationaux, les budgets, l’élaboration de programmes, ainsi que dans le suivi. Time to Act, un nouveau rapport de Save the Children, souligne l’importance de cet aspect et offre des recommandations en vue de l’action du GPE et des autres organisations.

Le GPE, quant à lui, œuvre à l’amélioration de son soutien à l’éducation des réfugiés dans les domaines clés du rapport de Save the Children : la planification sectorielle de l’éducation, le financement, l’adaptation du modèle du GPE aux situations d’urgence complexes et aux situations transfrontière, ainsi que de nouveaux mécanismes de financement pour l’échange des connaissances et des innovations, le plaidoyer et la responsabilité sociale.

Le GPE a une grande expérience du soutien à l’éducation dans les contextes de conflit et de fragilité.

Nous soutenons les gouvernements afin que ceux-ci intègrent les besoins des réfugiés dans leur plan sectoriel de l’éducation..

Un financement accéléré pendant l’urgence et le redressement initial

Les pays partenaires du GPE peuvent demander jusqu’à 20 % d’un financement sous forme de financement accéléré afin de répondre aux besoins en éducation directement liés à une crise.1 Par exemple, le Bangladesh vient de recevoir un financement accéléré de 8,3 millions de dollars du GPE pour répondre à la crise des réfugiés rohingyas, suite à la réception par le GPE le mois dernier d’une requête du gouvernement.

Ce financement aidera près de 80 000 enfants à bénéficier d’une éducation, la plupart d'entre eux n’ayant jamais été scolarisés. Deux tiers d’entre eux sont des réfugiés rohingyas situés dans des camps de Cox’s Bazar, et un tiers sont des enfants bangladais des communautés voisines. Près de 2 000 nouveaux enseignants seront recrutés et formés, des salles de classe seront bâties et des matériels pédagogiques distribués.

Un financement accéléré signifie que le GPE peut réorienter les ressources vers un plus grand éventail d'activités nécessaires et pressantes du fait de la situation d’urgence. L’an dernier, lorsque le Somaliland a été confronté à une sécheresse et un déplacement de population, le financement accéléré a soutenu des activités d’urgence notamment des repas scolaire et un approvisionnement en eau.

Par ailleurs, le GPE propose également un mécanisme afin de déplacer efficacement des fonds, grâce aux programmes de financement existants, des activités de développement à des activités d’urgence.

Une approche régionale

Le GPE convient avec Save the Children qu’un soutien plus systématique de l’éducation des réfugiés est nécessaire, et le Conseil d’administration du GPE a prévu de considérer une nouvelle approche de financement en cas de crises régionales et de soutien transfrontière.

Le GPE travaille actuellement aux adaptations nécessaires afin de répondre de façon efficace aux situations d’urgence complexes et transfrontière. Dans de nombreux cas, les principes et les processus fondamentaux du GPE relatifs à la planification sectorielle, aux groupes locaux des partenaires de l’éducation et au financement au moyen des systèmes nationaux peuvent être adaptés.

Chaque crise est différente, et en tant que partenaires mondiaux, nous devons déterminer où et comment apporter un soutien afin d’optimiser les opportunités éducatives des enfants et des jeunes à plus long terme.

Abonnez-vous aux alertes de notre blog

Deux nouveaux mécanismes pour soutenir l’éducation des réfugiés

Le GPE développe ainsi deux nouveaux mécanismes destinés au plaidoyer et la responsabilité sociale (ASA) et à l’échange de connaissances et d’innovations (KIX) (KIX), et nous accueillons volontiers l’engagement et le soutien de nos partenaires qui travaillent à l’éducation des réfugiés dans leur développement.

KIX vise le renforcement des systèmes éducatifs nationaux par l’implication des pays en développement et des autres partenaires dans la production de connaissances, l’innovation et le renforcement des capacités. Dans ce cadre, KIX pourrait soutenir le partage de bonnes pratiques en matière d’éducation des réfugiés au moyen de son fonds pour l’échange de connaissances et d’innovations.

Le mécanisme d’ASA du GPE soutiendra quant à lui l’engagement et l’exigence pour une éducation de qualité. Il reconnaît que l’apport d’un soutien efficace aux groupes marginalisés tels que les réfugiés nécessite des compétences et des fonds afin d'investir dans l'élaboration d’une politique éducative. Le GPE encouragera les demandes en provenance de groupes de la société civile, y compris de mouvements de la société civile transnationaux, afin de soutenir le plaidoyer et la responsabilité en matière d’éducation des réfugiés.

Un engagement politique en faveur de l'éducation des réfugiés

Il existe un engagement politique fort en faveur de l’éducation des réfugiés dans de nombreux pays partenaires du GPE. En décembre 2017, les gouvernements de Djibouti, de l’Érythrée, de l’Éthiopie, du Kenya, de la Somalie, du Soudan du Sud, du Soudan et de l’Ouganda se sont par exemple engagés à travers la Déclaration de Djibouti sur l’éducation des réfugiés, afin d’intégrer tous les réfugiés dans leur système éducative à l’horizon 2020.

Le GPE soutient les pays en développement partenaires dans cet objectif. Par exemple, en Ouganda, le Secrétariat du GPE a contribué au dialogue entre le ministère de l’éducation, le groupe local des partenaires de l’éducation et le fonds d’Education Cannot Wait afin de développer un plan à long terme pour l’éducation des réfugiés.

Favoriser l’engagement

Alors que les réfugiés cherchent à se mettre à l'abri en traversant les frontières, il est urgent de développer le soutien en faveur de leur éducation.

Demain, au cours de cet événement de haut niveau, nous nous engagerons à poursuivre notre action pour soutenir l’éducation des réfugiés en incluant ces derniers dans les plans sectoriels de l'éducation, en soutenant l’amélioration des acquis scolaires et en augmentant les financements.

Il s’agit d’un moment clé pour l’éducation des réfugiés : seule l’action en partenariat permettra de ne laisser pour compte aucun enfant réfugié.

  1. Selon le Cadre directeur
Laisser un commentaireou
Asie du Sud: Bangladesh

Derniers blogs

Tous les blogs
Le Pôle de Qualité inter-pays sur l’enseignement et l’apprentissage (PQIP-EA) de l’ADEA rassemblent les membres autour de défis communs en matière d'éducation et de formation. De quelle manière cette...
A l'occasion de la Journée internationale des filles, examinons à quel point il serait transformateur que toutes les filles du monde reçoivent une éducation de qualité pendant 12 ans.
Le 11 octobre est la Journée internationale de la fille. En Afrique, les filles sont trop souvent laissées pour compte lorsqu'il s'agit d'acquérir les compétences dont elles ont besoin pour pouvoir...

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas divulguée. Tous les champs sont requis